Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

21 janvier 2021 4 21 /01 /janvier /2021 20:19

BIDEN SERA PLUS DANGEREUX POUR L’EUROPE QUE POUR LES ETATS-UNIS

 

La victoire de Biden à la présidentielle américaine étant  confirmée, il est possible que la politique intérieure des Etats-Unis change, dans un   sens plus favorable aux très riches qui l’ont presque tous soutenu et d’une moindre protection des travailleurs pauvres (noirs compris) contre l’entrée, fatale pour eux, de  main d‘œuvre à bon maché et de produits chinois. Cependant la marge de manœuvre du nouveau président serait limitée car deux institutions essentielles, le Sénat et la Cour suprême, resteraient probablement  entre les mains  des  Républicains[1]. En outre, même si la justice arbitre in fine pour lui, Biden serait affaibli par un fort soupçon de fraude qui lui ôterait une grande partie de sa légitimité.

 

Biden promet un regain de militarisme

 

En revanche le président des Etats-Unis a les mains bien plus libres en matière de politique étrangère. Or ce que promet Biden, en premier lieu un regain du militarisme idéologique, est extrêmement inquiétant, en tous les cas pour l’Europe occidentale, peut-être pour la paix du monde.

Nous avions été beaucoup à pousser un soupir de soulagement quand Hillary Clinton avait été battue en 2016.  Pas seulement pour sa corruption abyssale – qui n’a peut-être d’égale que celle de Biden, mais parce que son  élection promettait une agressivité accrue à l’égard de Moscou, une relance de la  guerre de  Syrie pour vaincre  Bachar el-Assad , peut-être au prix de quelques centaines de milliers  de morts de plus,  un soutien renforcé à Erdogan , comme à tous les mouvements  islamistes, Al Qaida en tête, et peut-être une attaque sur l’Algérie et le Maroc pour les démocratiser ( après l’Egypte, la Libye et la Tunisie :   il n’y avait aucune raison pour Mme Clinton ,  grande prêtresse de  la gauche libérale-impérialiste, que la brise   des printemps arabes ne souffle pas jusqu’à l’Atlantique.)

Nous pensions naïvement que les démocrates avaient tiré la leçon de leur échec et étaient prêts à revenir à une politique internationale plus modérée , ne cherchant pas    par exemple à remettre en chantier les  régime change, fondés sur cette invraisemblable prétention à imposer partout dans le monde par la force  le modèle de démocratie occidentale (dont on voit dans quel état lamentable il se trouve  aujourd’hui).

 

 

Rien appris, rien oublié

 

Or c’est le contraire : les discours  de Biden avant l’élection font craindre que les démocrates  n’aient rien compris et   que Biden s’apprête   à revenir dans les ornières de la politique  de Bush, puis d’ Obama-Clinton,  en pire ( pour ceux qui l’ignoreraient, le clivage démocrate-républicain n’est plus pertinent  : la politique d’Obama continuait celle de Bush : déstabilisation  de la Libye, de la  Syrie et de l’ Ukraine après celles de l’Irak et de l’Afghanistan, seul Trump a changé de  ligne .)  

En quoi la politique de Trump a-t-elle rompu avec celle des prétendus néo-conservateurs (« néo-cons » et vrais faucons) ?  Il a d’abord pris ses distances avec l’universalisme qui fondait ceux-ci à intervenir sur toute la planète : « Je ne cherche pas à devenir le président du monde, seulement le président des Etats-Unis ». Biden promet au contraire le retour à l’universalisme idéologique.

Ensuite un changement stratégique essentiel. Alors que le triangle inavoué Clinton-Obama, était : les Etats-Unis s’allient   aux islamistes contre la Russie, les intérêts des Européens étant passés par pertes et profit, celui de Trump au contraire repose  sur un  rapprochement  avec la Russie contre  l’islamisme, une posture éminemment plus favorable aux Européens tant sur le plan de la sécurité du continent   que  de la lutte contre le terrorisme ( premier acte de Bush, la destruction de Daech en liaison avec les Russes alors qu’Obama le soutenait par en-dessous).  Au centre du projet diplomatique de Biden, une prise de distance et une posture plus offensive face à la Russie.  Ce n’est pas assez que la Russie soit entourée sur plusieurs de ses frontières (Pays baltes, Pologne, Ukraine) de batteries de missiles et de chars d’assaut (comme si les forces russes étaient massées au Mexique sur la rive sud du Rio Grande !). Non, pour Biden, c’est une posture de faiblesse, le signe de complicité inavouée avec Poutine. Qu’un tiers de son équipe annoncée vienne du lobby militaro-industriel et qu’il ait annoncé une nouvelle augmentation des dépenses militaires fait froid dans le dos. Biden a aussi annoncé le retour des forces américaines au Proche-Orient : pour relancer la guerre de Syrie, qui avait failli provoquer une guerre mondiale en août 2013  ?   Trump, bloqué par les procédures judiciaires démocrates n’a pu aller aussi loin qu’il le souhaitait pour se rapprocher de Poutine mais tous les Européens lucides se sont sentis plus en sécurité de savoir qu’ils n’étaient pas fondamentalement hostiles.  De même quand il a coupé tout soutien aux  djihadistes de Syrie et d’ailleurs.  Comme dans le pays manichéen que sont les Etats-Unis, il fallait un bastard, Trump a préféré s’acharner sur l’Iran que sur la Russie, mais sans lui faire la guerre :  qui ne voit que c’est bien moins dangereux pour nous ?  

 

Un pas de plus vers l’asservissement de l’Europe

 

Les partisans de l’Europe idéologique jubilent car  Biden promet de renforcer l’OTAN et de soutenir le processus d’unification européen.  Comment ne pas voir que ce serait la voie d’une  servitude aggravée  ?  L’ éditorialiste  d’un journal libéral n’a pas attendu la confirmation de la victoire de Biden pour avertir la Hongrie et la Pologne que désormais il faudra qu’ils cessent de faire les malins et qu’ils devront s’aligner sur Bruxelles car ils n’ont  plus (depuis l’élection présumée  de Biden) le vent en poupe. Sombre perspective aussi pour les citoyens du reste de l’Europe qui s’aviseraient encore  de contester le politiquement correct libre-échangiste, migratoire,  climatique, sanitaire et libertaire. Les défenses immunitaires de l’Europe occidentale contre l’islamisme, déjà faibles,  seraient, à un moment critique, encore affaiblies. La chape de plomb que nous impose l’idéologie prétendue libérale, soutenue des deux côtés de l’Atlantique par une presse aux ordres de la haute finance, ne ferait que s’alourdir. Cette chape de plomb est l’effet d’un mode de pensée idéologique, messianique et manichéen, qui ne peut que conduire, comme toutes les idéologies, à la guerre. Il serait temps que les 60 % d’une opinion européenne largement manipulée ouvre enfin les yeux sur le danger mortel que représenterait pour le   continent l’élection de Biden si elle est  confirmée.

 

Roland HUREAUX

 

 

 

[1] En outre la majorité démocrate a la Chambre des représentants est plus étroite.

Partager cet article
Repost0

commentaires