Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

29 janvier 2021 5 29 /01 /janvier /2021 20:35

ET SI ON AJOUTAIT UN PALMIER A LA CRECHE !

 

Paru dans Causeur

 

La  fin de l’année est marquée par une polémique  récurrente sur l’opportunité de placer des crèches de Noël non seulement dans les lieux publics mais même dans les lieux privés visibles de la rue  comme une vitrine ou une fenêtre. Sans qu’aucune réglementation ait été établie, il est fréquent que ceux qui auraient voulu en faire une, en particulier les commerçants,  reculent devant les critiques.

L’objection qui est faite à ces malheureuses crèches est qu’il faut ménager la susceptibilité   des  musulmans et, pour cela, respecter la laïcité .   Objection qui ne tient pas : la naissance de Jésus figure dans le Coran. Jésus (Issa) est un prophète important dans l’Islam et sa mère Myriam (variante de Marie) une figure particulièrement vénérée.  Tout comme l’ange Gabriel ( Jibril) qui dicte le Coran à Mahomet. N’oublions  pas  non plus que Jésus, Marie et Joseph sont des juifs  poursuivis par un tyran.

Le Coran  ne parle ni de grotte ni d’étable mais dit que Jésus naquit au pied d’un palmier.  Ce n’est nullement  incompatible avec le récit évangélique : qui dit étable dit  point d’eau. Bethléem est  la lisière  du désert. S’il y a un point d’eau, il devait y avoir un palmier. Ajoutons que si l’Evangile de Luc situe la naissance de Jésus dans  une étable, il n’est pas question de grotte jusqu’au  milieu du IIe siècle. Grotte, maternité sacrée :  on imagine la symbolique que les psychanalystes verront dans ces développements, mais ils sont  tardifs.

Une proposition œcuménique serait qu’aux crèches publiques on ajoute un palmier. On ajoute bien un bœuf et un âne qui ne figurent pas non plus  dans les Evangiles,  seulement dans  la Bible  juive, dans  le prophète Isaïe.

Il est donc possible de faire, sans trahir  le texte biblique, une  crèche œcuménique en ajoutant un palmier. 

Cela vaudrait assurément mieux que d'ajouter un sapin. Le sapin est un symbole de pérennité, issu des mythologies nordiques, dont on sait l’usage qui a été fait  : arbre aux feuilles pérennes, il figure la continuité  de la vie au moment du solstice d’hiver. Mais comme les nouveaux laïcistes ne le savent pas ( que savent-ils d’ailleurs puisque leur philosophie  est  d’éradiquer le passé ? ) , ils s’en prennent  aussi à lui.

Les crèches ne gênent nullement  les musulmans de France  même les plus exaltés. Les ménager n’est pour les partisans d’une laïcité radicale qu’un prétexte pour effacer  du domaine public un symbole ancestral, d’affaiblir   encore  un héritage  chrétien bimillénaire. De manière étonnante , les  crèches qui étaient acceptées par les républicains laïques au  temps du petit père Combes ne le sont plus par les néo-laïcistes du XXIe siècle .

 

Le néo-laïcisme soixante-huitard  contre la laïcité  républicaine

 

Loin d’apaiser les relations avec l’islam  , le nouvel antichristianisme les envenime.  Loin de représenter la vieille tradition laïque française, il en est la négation.  Rappelons-nous  l’ordre donné   par Jules Ferry dans sa fameuse   Lettre aux instituteurs[1] de respecter scrupuleusement  la   conscience des élèves et de leurs  parents. Le   nouveau laïcisme,  fondé sur les idées de Mai 68,  se situe aux antipodes de la laïcité  républicaine.  Il conçoit la laïcité comme  la   transgression systématique de la morale commune et des sensibilités religieuses.  Ses promoteurs identifient,  à tort,  ces dérives avec l’héritage national. Malheureusement, beaucoup de  musulmans les croient et  , du coup, e, viennent à détester la France.  La laïcité a été inventée en Europe au sortir des guerres de religions pour empêcher que les croyances ne divisent la  nation. Le nouveau  laïcisme , lui, loin d’apaiser les tensions intercommunautaires, les envenime. 

Est- il nécessaire de dire que  les musulmans   préfèreront   toujours un chrétien respectueux  d’un symbole religieux qu’ils partagent en partie, à ce néo-laïcisme radical   qui n’admet la présence du religieux à l’école ou sur la place publique que sur le mode transgressif.

Il ne s’agit pas que d’un débat d’idées. Les pouvoirs publics, au motif  d’intégrer  l’islam,   font des lois pour renforcer la laïcité ; ces lois aboutissent généralement   à refouler un peu plus l’héritage  chrétien ;  ainsi l’interdiction  des signes religieux ostensibles , peu respectée par les  musulmans,  conduit à une inhibition croissante des chrétiens à porter des signes religieux même discrets.  La future loi  contre le  séparatisme ( terme trompeur puisque ce n’est pas du tout de séparatisme qu’il  s’agit) a pour seul effet connu  à ce jour,  d’interdire l’enseignement à domicile pratiqué par les familles les plus attachées à l’héritage chrétien.  Ainsi, comme pour les crèches,  la  question de l’islam est utilisée pour refouler encore davantage l’héritage chrétien.  

Les promoteurs de cette idéologie  ne se soucient  pas qu’en atteignant l’ objectif de détruire les racines chrétiennes , non seulement ils rendent la France plus répulsive aux tenants d’autres religions , mais aussi qu’en passant l’héritage national au karcher,  ils préparent    le terrain pour des herbes  plus vivaces.    

Loin d’être une agression chrétienne, la crèche est  un symbole de concorde  entre les religions. Les fanatiques qui, au nom d’une laïcité dévoyée,  en rupture avec la tradition laïque elle -même,  veulent les évacuer de l’espace  public   sont au contraire des diviseurs.

 

Roland HUREAUX*

 

* auteur de Gnose et gnostiques des origines à nos jours , Desclée de Brouwer, 2015

 

 

 

 

[1] Lettre aux instituteurs du 27 novembre 1883 :  https://enseignement-moral-civique-pedagogie.web.ac-grenoble.fr/content/jules-ferry-1832-1893-lettre-aux-instituteurs

Partager cet article
Repost0

commentaires