Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles RÉCents

Liens

4 novembre 2021 4 04 /11 /novembre /2021 13:27

Avant de rependre le transfert des articles, je suis heureux de vous annoncer que je viens de publier un  nouveau livre  qui nous sort des sujets politiques habituels mais, en ces temps troublés, représente  un   retour aux fondamentaux de notre civilisation :

 

        JESUS DE NAZARETH, ROI DES JUIFS

        Desclée de Brouwer, 570 pages

 

Bon connaisseur de l’Antiquité romaine, l’auteur s’efforce d’insérer au plus près  la vie de Jésus dans la continuité du contexte politique, économique et social de son temps. Considérant que la principale source reste les quatre Evangiles, il pose par hypothèse que ses auteurs, juifs imbus du 9e commandement « Tu ne porteras pas de faux témoignage », ont voulu faire un récit véridique. Ce qui pose, entre autres, la question des miracles.

Les faits sont pour lui plus importants que l’interprétation symbolique.

Jésus de Nazareth, roi des juifs est la pancarte (titulus) que Pilate affiche en haut de la croix. En abrégé INRI.

Le livre insiste donc sur la dimension royale, prenant au sérieux le titre de « fils de David » et donc héritier légitime du trône d’Israël que la foule attribue à Jésus sans que personne ne le lui refuse. Hérode moins que personne qui fait tout pour éliminer un rival. Pilate y insiste aussi « Crucifierai-je votre roi ? ». Le titre de messie, en revanche, est vivement contesté.

Dans la Judée du Ier siècle, avoir une origine illustre et un métier modeste (charpentier) n’était pas incompatible, les Juifs, à la différence d’autres peuples, n’interdisant pas aux plus illustres d’exercer un métier manuel.

L’auteur insiste sur la dimension juive de la figure de Jésus, démontant de fausses oppositions, comme celle de la Loi et des Béatitudes. Parmi les groupes auxquels se heurte Jésus, les Pharisiens sont à la fois les plus hostiles et les moins éloignés : l’expérience politique de l’auteur lui a appris comment les petites différences font les grandes haines.  

Fidèle à la loi juive, Jésus la comprend différemment des Pharisiens : une meilleure hiérarchie des commandements, un retour à ce qui en fait la raison d’être : le sabbat est fait pour l’homme et non l’inverse.  Il en durcit certains : indissolubilité du mariage, interdiction de haïr, de jurer.  L’idée que Jésus serait venu adoucir la Loi et y ajouter le commandement de l‘amour et la miséricorde (déjà très présente dans a Loi juive) est fausse.  

Comme chez les Maccabées, puis les Pharisiens, les Zélotes ou les Esséniens, l’attachement à la loi est pour Jésus une manière de résister à la toute puissance de la civilisation hellénistique dominante. Mais, pas plus que les Pharisiens, il n’envisage une révolution violente.

Hureaux tente de comprendre ce qui a déterminé la mise à mort de Jésus, exécutée par l’autorité romaine à la demande du grand prêtre Caïphe : plus que son enseignement, la crainte que l’agitation qu’il suscitait ne rompe le pacte « colonial » entre la puissance romaine et les élites juives.

S’y ajoutent le fait anthropologique (non spécifique aux Juifs), décrit par René Girard du caractère sacrificiel de toute royauté ou encore l’hostilité naturelle des bureaucrates (scribes) et des leaders charismatiques.

Sur toute une série de questions, l’auteur tente d’apporter des éclairages nouveaux :

- Le jeune homme riche ne serait-il pas Saul, le futur Saint Paul ?

- Les paraboles sont-elles un enseignement à la portée du peuple ou au contraire une manière cryptique de parler, réservée aux initiés ?

- Quelle opinion avait Jésus de la richesse, de pouvoir, du ciel, de l’enfer ? A-t-il voulu fonder une religion ?

- Jésus était un surdoué : quelles langues savait-il, outre l’hébreu et l’araméen :   le grec, le latin et les autres langues de la région ?

- Pourquoi les Esséniens sont-ils absents des Evangiles ?

- Les frères de Jésus étaient-ils de vrais frères ou des cousins ?

- Quelle était l’état de l’opinion à Jérusalem avant l’arrestation ?

- Jésus Christ a une relation très particulière avec les femmes, en particulier Marie Madeleine, ce qui suppose que, contrairement aux légendes pieuses, il ait pris à un moment donné ses distances avec sa mère Marie.

- L’auteur évoque dans un chapitre final les récits de la Résurrection.

La couverture est illustrée par un tableau peu connu d’Honoré Daumier, Ecce homo, le célèbre caricaturiste du XIXe siècle.

Partager cet article
Repost0

commentaires