Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles RÉCents

Liens

6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 13:11

LE VRAI DANGER, C’EST L’ISLAMO-CENTRISME

(L’islamo-gauchiste c’est Macron)

04/03/2021

D’abord bien choisir les mots.  

J’ai du mal à admettre l’expression d’islamo-gauchisme.

Elle a signifié au départ quelque chose de précis : l’intérêt pris dans les années qui ont suivi Mai 68 par les mouvements gauchistes français (trotskistes et surtout maoïstes) pour la cause palestinienne dans le cadre d’un tiers-mondisme élargi. Cette tendance les a amenés à côtoyer dans les manifestations non des islamistes mais tout simplement des musulmans.

Déjà pendant la guerre d’Algérie de nombreux marxistes, communistes ou pas mais généralement athées,  avaient été amenés à collaborer à une révolte, celle du FLN, dont les recherches récentes ont montré que la motivation était essentiellement religieuse – et le résultat le fut aussi puisqu’elle aboutit à l’expulsion d’Algérie d’un million de non-musulmans, chrétiens, juifs ou agnostiques.  Au demeurant l ‘URSS athée fut au fil des ans un soutien actif sinon exclusif de la nouvelle république algérienne où les tendances islamistes ne cessèrent de s’affirmer.

 

L’influence américaine

 

Aujourd’hui ce système de collusions apparemment contre-nature s’est transformé sous l’influence des université américaines.  Celles-ci ont ouvert largement leurs porte aux noirs, souvent par l’effet de la discrimination positive. Assez vite,  s’y sont développées des études « décoloniales » conjuguant la critique de l’esclavage, de la situation des noirs aux Etats-Unis, du colonialisme, surtout français, et de la situation supposée des minorités immigrées dans les différents pays d’Occident. Faute de contradicteurs, puisque aucun adversaire de leurs thèses n’avait envie d’aller, ni n’aurait été accepté dans les départements concernés, une culture consensuelle anticoloniale et antiraciste à base de haine du Blanc s’est peu à peu incrustée jusqu’à déborder dans   une partie de l’opinion. Conjuguée avec la critique du mâle  par l’ultra féminisme, de l’hétérosexualité par les homosexuels militants, elle a fini par devenir l’idéologie officielle des Etats-Unis, assortie d’une intolérance croissante à la contradiction,  aggravée  depuis la désignation de Biden à la tête du pays.

Le rayonnement de la puissance américaine aidant, ces idées se sont diffusées    en Europe et ont  conquis peu à peu des départements spécialisés du CNRS et de certaines Universités.

Des gens branchés sur le monde universitaire américain, ont fini par se rallier à  la légende sombre  attachée à la colonisation occidentale à travers le monde aux cours des   derniers siècles dont l’exploitation et le rejet  des immigrés ne serait que la suite.  On ne peut qu’être choqué par les accusations d’un Macron à l’égard de la colonisation françaises, qualifiée par lui à plusieurs reprises de crime contre l’humanité. Les considérations électorales,  d‘ailleurs bien aléatoires, n’expliquent pas tout, c’est la culture du président qui est en cause, peu instruit  au fond de l’héritage européen et entièrement imbibé des idées qui prévalent  aujourd’hui dans les universités, les médias et le parti démocrate américains et que son maître Richard Descoings a introduites à l’Institut d’études politiques de Paris. 

Si l’Université française avait été longtemps marquée par l’idéologie marxiste, les contrôles de la qualité scientifique de ses travaux avaient persisté, le parti communiste lui-même  y veillant. On admettait qu’un chercheur marxiste fasse une thèse, pas que cette thèse ne soit qu’un pamphlet haineux et superficiel. Certes, le statut de la fonction publique, tant critiqué à droite, garantit encore leur poste à ceux qui résistent aux idéologies destructrices ,  mais ces barrières sont fragiles. La réforme Pécresse, notamment la fusion à tout va des universités, a éliminé les quelques ilots conservateurs qui subsistaient dans notre enseignement supérieur et ouvert grand la porte aux délires idéologiques.

L’UNEF avait été une des citadelles de l’esprit de mai 68 fondé sur la libération de la femme et des mœurs. Qu’elle soit aujourd’hui dirigée par une jeune fille  voilée témoigne que nous avons changé d’époque.  

Quoi de commun entre   des mouvement marxisants en principe héritiers des Lumières et   un islamisme dont les références datent du  VIIe siècle ?  Le premier « islamo-gauchisme » avait pour cible Israël. Le dénominateur commun de l’actuel est la haine de l’héritage chrétien occidental pris en grippe tant par les ennemis intérieurs issus des Lumières et  rendus bien plus dangereux par le phénomène idéologique, expression de la haine de soi,  que les ennemis extérieurs : la frange des musulmans  qui veut que l’Europe devienne    terre d’islam. Tout le monde comprend que les idées des uns et des autres sont contradictoires. Les musulmans modérés préfèrent généralement les chrétiens croyants aux ultra-laïques et aux libertaires. Les gauchistes haïssent leurs racines, les islamistes ne les aiment que trop. Mais le même esprit de destruction ronge les uns et les autres. 

 

L’islamo-gauchisme est une expression trompeuse

 

On se tromperait cependant lourdement à penser que cet  esprit est le propre du gauchisme. Nous avons évoqué Macron : c’est toute la mouvance mondialiste qui se tient derrière lui  pour promouvoir la subversion de notre culture, tant par l’antiracisme idéologique, l’intégrisme écologique, le brouillage des repères familiaux et sexuels. Ni les gauchistes, ni les islamistes n’auraient acquis tant de prestige s’ils n’avaient reçu  l’appui des maîtres du monde, des gafas, de la quasi-totalité   des médias, des tribunaux, des institutions internationales. Quelle différence entre l’islamo-gauchisme et la coalition  qui a mis, sans  doute par de méthodes frauduleuses,  Biden au pouvoir  aux Etats-Unis ?  Le secrétaire général de Nations-Unies, le portugais Antonio Guterres propagateur infatigable de  l’immigration, désignait récemment le « suprématisme blanc »  comme le premier danger pour la civilisation .On ne pense pas différemment à  Bruxelles.  La  grande nouveauté de ce début du XXIe siècle, c’est que l’oligarchie mondiale (ne parlons pas d’élites), à commencer par celle de l’argent, s’est, pour l’essentiel,  ralliée à la culture d’extrême-gauche sur absolument tous les sujets - à la seule exception des questions d’argent puisqu’il n’est pas question pour elle, évidemment, d’ égaliser    les fortunes ou les revenus , au contraire .  L’internationalisme est même un bon alibi pour accroître les leurs : une mondialisation apparemment généreuse ouvre un espace cruel aux pauvres et favorable aux très  riches :  le libre-échange et l’immigration font baisser les salaires dans les pays avancés, l’idéologie antiraciste alimente le mépris des classes moyennes , l’idéologie  antifamiliale dilue leur système de valeurs , la philosophie libertaire justifie les moeurs débridées des grands de ce monde  . Or tous ces gens qui dominent  le monde ne passent pas pour  des gauchistes au sens habituel du terme : ils sont de bon ton, ils seraient  plutôt centristes  , comme les  médias qu’ils  contrôlent. Est-il nécessaire de dire que les islamo-gauchistes proprement dits ne se sentiraient pas si audacieux s’ils ne se savaient soutenus par les puissants ? Ce qui menace le monde aujourd’hui, ce n’est pas l’islamo-gauchisme, c’est l’islamo-centrisme.

 

Roland HUREAUX     

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires