Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles RÉCents

Liens

7 juin 2022 2 07 /06 /juin /2022 14:12

 

LES QUATRE FRACTURES PROVOQUEES PAR LE CONFINEMENT

 

L’épidémie du Covid-19 et surtout les mesures qui ont été prises pour la combattre, principalement   le confinement, ont généré ou aggravé quatre fractures de la société française.

La première   s’est creusée entre les persones âgées et les autres. Ce sont déjà, du fait de la nature, les personnes âgées qui sont plus affectées par la maladie. Mais les circulaires du ministère de la santé prévoient qu’au-delà de 70 ans, elles ne seront plus prioritaires dans l’admission aux soins intensifs. La chloroquine interdite, il ne leur reste plus, en cas de contagion, que d’attendre chez elles et, s’il y a aggravation, la perspective d’une sédation profonde (autre nom de l’euthanasie). Le   seul fait de risquer de se voir appliquer ce traitement – ou non-traitement - ne peut   être qu’anxiogène.

L’autre fracture est économique et financière : le clivage entre la France à revenus garantis : fonctionnaires, retraités, salariés de grandes structures comme les banques et le tertiaire où le télétravail était possible, qui a pu continuer et continuera à être payée et la France qui a vu s’effondrer tout à coup ses rentrées d’argent  : commerçants et artisans, PME , entreprises de transport ,  bref l’essentiel du secteur productif.  Il est inexact de dire que l’Etat subventionne le chômage partiel.  Le mot partiel fait illusion :   c’est du chômage tout court qu’il s’agit, partiel pour l’entreprise, et encore pas toujours, et total pour le salarié. Par une approche moins hystérique et un confinement plus souple, l’Allemagne a mieux protégé son secteur productif.  On attentait du gouvernement quelque geste fort de solidarité nationale pour permettre à l’économie de repartir le jour venu à plein régime, par exemple une garantie des revenus des professions affectées  ou un moratoire sur  les dettes fiscales  et sociales et sur les dépôts de bilan  : rien ne vient  ; le risque que la prudence des consommateurs aidant, la crise se prolonge,  est sérieux.

La troisième fracture concerne le confinement : il est très inconfortable pour les uns, ceux qui vivent dans de petits appartements, sociaux ou pas, dans les villes et ceux qui ont pu quitter la région parisienne (20% de sa population, dit-on) pour rejoindre des maisons de campagne plus ou moins spacieuses.

Mais il est une quatrième fracture dont on a peu parlé, et qui est sans doute la plus choquante : entre la caste des super-pistonnés du monde politique, médiatique ou médical qui peuvent se faire prescrire par un médecin compréhensif  le traitement  du Pr Raoult , à base de chloroquine et d’antibiotiques et le commun de mortels qui se heurte à l’interdit imposé par le ministère de la santé.  A ces privilégiés, on peut ajouter l’armée française qui a commandé 70 kg de chloroquine.  Comment une société avancée, qui se targuait de l’excellence de son système de santé, a-t-elle pu accepter que, selon les directives ministérielles, le médicament le moins inefficace soit refusé aux populations à qui on n’a rien d’autre à dire en cas de contamination que :  restez chez vous et prenez   du doliprane !

Qu’un tel discours ait été reçu par le grand nombre, alors que chacun en haut lieu s’efforce d’échapper à  ces  prescriptions (ou  non-prescriptions ) , sans susciter une immense  révolte , témoigne du degré d’ asservissement mental qu’on a réussi à inoculer à   notre société. 

 

Roland HUREAUX  

Partager cet article
Repost0

commentaires