Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles RÉCents

Liens

7 juin 2022 2 07 /06 /juin /2022 11:14

A propos des élections américaines

 

Le vieux  Marx,  qui aura bientôt 200 ans , nous avait prévenus : les sociétés sont gouvernées par une classe dirigeante et en attendant une hypothétique révolution prolétarienne, la vie politique n’est qu’un théâtre d’ombres où  cette  classe dirigeante impose ses volontés aux politiques.

La classe dirigeante, ce n’est pas le pharmacien du coin, ce sont les quelques dizaines d’immenses fortunes, aujourd’hui propriétaires de tous les grands médias de l’Occident, et qui décident seuls de  ce qui est politiquement correct ou ne l’est pas. On le savait dès le XIXe siècle : quand les intérêts de la bourgeoisie sont en jeu, la démocratie n’est pas pour elle une valeur absolue : elle s’était ainsi  ralliée à  Napoléon III parce qu’il était garant de l’ordre . Elle avait  applaudi  la  répression féroce de la Commune. La République n’a pu s’installer que parce qu’ elle « serait  conservatrice ou ne serait  pas » (Gambetta).

Les  événements  présents des Etats-Unis s’inscrivent dans la  même  logique. Donald Trump, malgré l’ image d’homme de droite que lui a faite une presse aux ordres,  avait la quasi-totalité des   plus grands milliardaires américains contre lui. Et cela lui a été fatal.

Si l’on regarde son électorat : en gros, dans ce pays où les choses sont simplifiées, parmi les Blancs, la moitié la plus riche a voté Biden, la moitié  la plus pauvre a voté Trump.

Si l’on regarde la géographie électorale, les grandes métropoles,  à commencer par celles de la côte Est et la Californie ont voté Biden, les zones d’habitat dispersé : Amérique des villages , peu nombreux, et des  petites et moyennes villes, spécialement dans les Etats de l’intérieur, où les revenus sont moins élevés, ont  voté Trump.  Les Noirs à cause du souvenir de Kennedy, hostile à la ségrégation,  et d’Obama  ont continué à voter  démocrate mais nettement moins que la dernière fois,  confirmant que le clivage de classe est plus pertinent que celui de la  race. Les Latinos aussi.

Pourquoi ce clivage électoral brutal ? La politique économique, déterminante en dernière instance, l’explique.

Nous l’avons oublié en Europe où le libre-échange   passe pour progressiste.   Le protectionnisme profite au peuple et le libre-échange, généralement le dessert. Il en va de même du contrôle l’immigration.

Le protectionnisme promu par Donald Trump a  protégé  les entreprises américaines et donc l’emploi  contre la concurrence étrangère, principalement  chinoise. Il a permis d’ouvrir ou de réactiver de nombreuses usines ou activités qui avaient dû fermer en raison des délocalisations.

En fermant les frontières aux immigrés latino-américains, Trump a mis fin à la pression à la baisse qu’exerçaient les nouveaux venus,  à commencer sur les salaires des  ouvriers non qualifiés noirs  ou latinos ; cette relation  de cause à effet est moins  visible en Europe en raison des minima sociaux de toutes sortes ;  elle apparait à cru en revanche aux Etats-Unis : toute  entrée de nouveaux immigrants fait baisser les salaires et  monter le chômage de ceux qui sont déjà là, surtout les moins qualifiés , souvent de couleur.  C’est ce qui explique la pénétration que certains trouvent surprenante de Trump dans l’électorat noir ou latino. Il n’a pas pris de posture antiraciste comme ses adversaires démocrates mais, en créant des millions d’emplois non-qualifiés, il a facilité l’accès à l’emploi des jeunes noirs. Et c’est cela qu’ils attendent :  Jobs not words.

Cette conjoncture économique, résultat direct de la politique de Trump,  lui aurait permis une réélection facile si l’arrivée, très opportune pour ses adversaires, du Covid-19, l’année de l’élection, n’avait mis fin à  ce retour d’une  prospérité partagée.

Mais n’importe comment, il est très difficile  de se maintenir au pouvoir contre la classe dirigeante des super-riches.

Pourtant la  politique « populiste » , c’est-à-dire favorable au peuple, ne semble  pas avoir affecté les bénéfices colossaux des oligarques  américains, en premier lieu les patrons des Gaffas, ses plus coriaces adversaires. Pas plus que le contrôle de l’immigration n’a empêché le président du Mexique d’être un des derniers à  soutenir  Trump. Alors pourquoi tant de haine ? Pourquoi tant de fanatisme chez les anti-Trump ?  Au point de les amener à  violer toutes les  règles de la démocratie : nous ne parlons pas tant de la fraude électorale dont la réalité est acquise  mais  dont  l’ampleur reste débattue que de la position unanimement hostile de  l’ensemble des médias au cours du mandat  et surtout de la campagne électorale : Trump fut en permanence privé d’accès aux médias, ce qui l’obligea à user de tweets pour communiquer, vecteur dont il est même aujourd’hui privé , et à vie !   Nous parlons des  oukases inouïs du patron de Facebook, première fortune mondiale,  annonçant à l’avance que c’est lui  et lui seul  qui désignerait  le vainqueur de la présentielle et qui se permet  d’interdire à vie le citoyen Trump et 70 000 de ses supporters  de tout  accès aux réseaux sociaux.  Toutes les spéculations de Marx sur le pouvoir de l’argent sont dépassées : désormais les très riches dirigent directement.

Trump lui-même milliardaire mais très en dessous de ses ennemis des Gafas (dans la ploutocratie américaine,  il n’aurait pas même pu se présenter en  2016 s’il n’avait pas été  doté de quelques moyens personnels) , n’a jamais manifesté son désir de subvertir le  capitalisme. Il n’est ni Lénine ou Trotsky. Mais ça ne suffisait pas : les milliardaires qui ont dirigé l’offensive contre lui ne supportaient pas qu’il ne  soit pas entièrement aux ordres, qu’il ait mené une politique qui ne va pas dans le sens de leur idéologie : libre circulation de marchandises et des hommes, perspective d’un gouvernement mondial  se substituant à terme  à celui des Etats-Unis. Le grand capital ne pardonne pas à ceux qui ne lui sont pas entièrement inféodés. Et généralement il gagne.

 

Roland HUREAUX   

Partager cet article
Repost0

commentaires