Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles RÉCents

Liens

31 août 2022 3 31 /08 /août /2022 13:17

Pour asseoir la légitimité d’un homme ou d’un régime, plus  décisif  que les considérations économiques et sociales, est le succès ou l’insuccès de la politique étrangère, particulièrement quand elle va jusqu’à la guerre. La victoire a toujours été un signe de légitimité .

Les pays d’Europe occidentale se sont aventurés loin dans le soutien à l’Ukraine confrontée depuis le mois de février 2022 à l’entrée de l’armée russe sur son territoire . Ils ont suivi aveuglément l’impulsion donnée par les Etats-Unis.  Non seulement les gouvernements mais aussi une partie des populations ont été entrainés dans une véritable hystérie antirusse sans précédent , où le président français n’a pas été en reste.  

Tous les gouvernements européens importants ont envoyé des  armes à l’armée ukrainienne, mais la présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen s’est surpassée. Contre toute raison car ces armes coûtent cher et l’espoir que l’Ukraine gagne la guerre était  proche de zéro. Une grande partie est confisquée par les mafias ukrainiennes  et reviendront à l’Ouest par le marché noir. Des conseillers militaires engagés dans les combats,  issus de principaux pays l’OTAN,  étaient  aux côtés des forces ukrainiennes depuis dès avant le conflit.

Il résulte de tout cela que la plupart des pays de l’OTAN , la Turquie et la Hongrie faisant exception, se sont engagés à fond dans la guerre d’Ukraine, même s’ils n’étaient pas officiellement belligérants.

 

Une défaite inéluctable

 

Or la défaite va venir. Quand ? Dans un mois, dans deux mois , dans six mois, elle sera patente aux yeux de l’opinion occidentale, la même à qui on a tenté de faire gober que la Russie allait perdre et  que Zelenski préparait une contre-offensive victorieuse.  D’ores et déjà l’armée ukrainienne est en déliquescence.

Les Etats-Unis ont réussi à cacher la défaite qu’ils ont déjà subie en Syrie, pas celle d’ Afghanistan que l’armée américaine a abandonné piteusement.

Mais l’Afghanistan est loin, l’Ukraine est proche.

Il est aujourd’hui inéluctable que l’armée ukrainienne soit anéantie . Poutine aura gagné la guerre d’Ukraine.

Certes les faucons de l’Occident : le secrétaire d’Etat Victoria Nuland qui est à l’origine des  problèmes de Ukraine, Volodymyr Zelenski et d’autres peuvent , sous  l’effet de l’excitation idéologique,  refuser de perdre et se livrer à des manœuvres désespérées qui pourraient conduire à l’Apocalypse.  Que le département d’Erat laisse bombarder la centrale nucléaire de Zaporijia ; qu’on ait osé assassiner la jeune Darya Douguina, fille d’un proche de Poutine,  sont les signes d’un inquiétant jusqu’au boutisme. Que Liz Truss qui doit devenir premier ministre du Royaume-Uni à la rentrée,  se dise prêtre à utiliser l’arme nucléaire, même ce cela signifie une « annihilation totale » , n’a rien de rassurant. Mais nous nous plaçons dans l’hypothèse ou, devant l’Apocalypse, la raison finira par l’emporter.

Les ébranlements majeurs des régimes politiques, au moins en France : 1815, 1870, 1940 se sont produits sous l’effet d’une défaite.

 

Décrédibilisation

 

Les dirigeants européens qui se sont engagés inconsidérément dans la guerre d’Ukraine jusqu’à mentir à leur peuple, les médias qui les ont accompagnés dans cet engagement , ne pourront que se trouver   gravement décrédibilisés face à leurs populations. Ils le sont déjà,  dira-t-on. Peut-être mais c’est en raison de leur obéissance aveugle à un commandement extérieur , celui de Washington, qui a mené de bout en bout   toute cette aventure.

Nul ne sait quelles seront exactement les répercussions de la défaite de l’OTAN sur les gouvernements qui la composent.  En  l’espace de deux mois, sont tombés les gouvernements du Royaume-Uni, d’Italie, de Bulgarie, de Lituanie sans qu’on en sache les raisons exactes . On connait la fragilité de ceux de la France et de l’Allemagne. On s’attend à la défaite des démocrates aux élections législatives américaine en fin d’année.

La révélation de l’ échec d l’OTAN coïncidera avec le début des graves difficultés économiques résultant entre autres des sanctions   imposées à la Russie.

 

L’effet des sanctions  sur l’économie de l’Europe occidentale

 

Quand ces sanctions se traduiront pour les Européens par la baise du  niveau de vie ou l’incapacité à se chauffer l’hiver prochain,  voire de se déplacer, les peuples ne pourront pas ne pas dire :  « tout ce branle-bas pour rien ! ; c’est pour finalement échouer qu’on nous a imposé des restrictions si considérables ! Macron a beau préparer l’opinion pour ces vaches maigres, leur annonçant avec emphase la fin de l’abondance ( sauf  pour les très riches qui ont eu jusqu’ici toutes ses faveurs) , sa crédibilité sera proche de zéro quand la situation s‘aggravera. Il a beau se poser en résistant de la liberté face au totalitarisme, comme s’il n’était jamais sorti de la guerre froide, les populations vont s’interroger sur la différence abyssale entre le régime de Poutine et ce qu’était le communisme, sur la gigantesque corruption qui règne en Ukraine, sur les provocations américaines et européennes qui ont, depuis 2014,  favorisé le conflit. Il y a peu de chances qu’ils s’acceptent les yeux fermés les restrictions prêchées par des gens qui auront perdu toute crédibilité. 

Les Etats-Unis ne seront pas épargnés. Il ne faut pas exclure que l’aventure ukrainienne et les sanctions qu’ils nous ont imposé de prendre aient eu pour but secret d’affaiblir l’Europe coocdnetale, singulièrement l’Allemagne, de la domestiquer un peu plus et de continuer comme avant car ils ont , eux, du gaz et du pétrole en abondance.  Ont-ils cependant envisagé dans leurs calculs le gigantesque affaiblissement du dollar, que les Russes proposent à leurs soutiens de remplacer par le rouble ? Derrière le rôle du dollar, c’est toute la puissance américaine qui est en cause.

L’ébranlement ne portera pas seulement sur l ’hégémonie politique de L’Occident mais aussi sur toute une vision du monde portée par la majorité démocrate américaine ( avec tous les lobbies qui l’ont soutenu des Gafam à Hollywood, de l’Etat profond américain à Black lives matter, des LGBT aux ultra féministes ,avec l’appui massif de la presse,  eux-mêmes relayés en Europe par la plupart des gouvernements spécialement celui de Macron ) , portée aussi par le  Forum de Davos, par des  milliardaires comme Bill Gates, Mark Zuckerberg, Jeff Bezos , Warren Buffet ou  George Soros,  par le GIEC . Les milieux LGBT , qui sont les plus engagés dans le soutien à l’Ukraine, dont ils voudraient faire une réserve de bébés à GPA, l’ont compris, les gens du Forum de Davos ( les milliardaires du monde ) aussi : le dernier forum  s’est tenu  dans un climat assombri par la crainte de la défaite de l’OTAN en Ukraine dont les participants  ont bien compris  bien qu’elle sera la leur.

Il est douteux que la Russie veuille poursuivre son avantage, comme on le dit pour nous faire peur, en envahissant les pays baltes, la Pologne, la Roumanie  : Poutine n’est pas assez fou pour cela. Mais son influence invisible va s’exercer bien plus qu’avant sur la culture dominante de l’Europe de Ouest ; comme l’a montré Hegel, le rapport des civilisations est tributaire de leurs  rapports de forces militaires.  L’influence subliminale des vainqueurs n’a pas besoin de domination politique pour s’exercer.  Il est clair que , même si aucune de ses institutions n’est remise ne cause ( ce qui reste à voir), les manières de pensée de l’Europe occidentale seront infléchis. L’idée d’une marche en avent inexorable vers une société libertaire ( voir le  projet de Macron sur l’euthanasie)  ou libre-échangiste ou vers moins d’Etat seront remis en cause.

Face aux évènements immenses qui sont en train de se produire   dans l’espace américain et eurasiatique, nous sommes comme les riverains d’un océan  en attente d’un  tsunami. Parmi les hommes et les valeurs aujourd’hui en place, on ne se sait pas encore qui restera debout après son passage. C’est dans ce contexte qu’il convient d’être,  comme le dit l’Ecriture,  le rocher inébranlable, la pierre à même de résister à la vague attendue et sur laquelle se construira le monde nouveau.   

 

 Roland HUREAUX  -  28/8/2022

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires