Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles RÉCents

Liens

26 août 2022 5 26 /08 /août /2022 09:07

Quand j’ai appris que le président Macron allait nommer un ambassadeur dédié aux droits lgbt + , j’ai d’abord cru à une plaisanterie. Mais non , c’est vrai . Le premier ministre l’a annoncé le 4 août. Les idéologues ne s’arrêtent jamais,  car  c’est d’idéologie qu’il s’agit , pas d’un quelconque sentiment humanitaire.

Discriminations envers les homosexuels :   qui peut y croire aujourd’hui ? Certains disent, à tort ou à raison,  que c’est le contraire, que dans de nombreux milieux, comme les médias audiovisuels, c’est d’ une discrimination positive qu’ils bénéficient. Mais chut. Cela vaudrait à ces gens des poursuites. Comme le dit une fois un observateur lucide que je connais  : « quand une minorité peut revendiquer bruyamment ses droits, c’est qu’elle est déjà privilégiée ».

Que signifie d’ailleurs « ambassadeur » au moment où le corps diplomatique est abrogé ? Un indice de rémunération  ?

Il n’est pas sûr que Macron trouve quelqu’un qui accepte cette curieuse ambassade. Nous imaginons que la feuille de paye de cet homme sera immédiatement scrutée et rendue publique. Qui courra le risque ?

On nous apprend que dans la foulée, dix centres anti-discrimination seront créés pour un budget total de 30 millions d’euros.  De belles sinécures en perspective . Pour qui donc ?

L’autre étrangeté de cette institution est qu’ elle ne concernera pas d’abord la France, mais toute l’Europe, voire le reste du monde : « cet ambassadeur coordonnera l’action des   ministères des affaires étrangères et de l’Europe pour la protection contre les discriminations et la promotion des droits LGBT et portera la voix de la France,  notamment pour défendre « la dépénalisation universelle de l’homosexualité et de la transidentité ». 

La France, en avance sur certains « droits »,  est, selon Macron,  investie de la mission de les promouvoir chez ses voisins, en houspillant si nécessaire la commission européenne , voire les autres pays . Singulière dégénérescence de l’idée que la France doit être la lumière du monde en matière de libertés. L’arrogance de cette posture, bien digne de l’intéressé, risque de nous rendre un peu plus insupportables à nos partenaires, spécialement ceux qui sont soupçonnés de ne pas s’abandonner aux mêmes délires que les autres : Pologne,  Hongrie.  Arrogance et ridicule.

On peut imaginer qu’une telle décision ait le but, éminemment politicien, de compenser le maintien au gouvernement de Caroline Carrieux qui vient de faire l’objet d’un odieux lynchage médiatique pour avoir il y a dix ans  participé à la « Manif pour tous ».  Lynchage qui l’a contrainte à une piteuse repentance digne de la révolution culturelle chinoise. Comme si une fois qu’une loi est votée  ( si tant est que la loi Taubira ait été jamais vraiment votée par le Sénat ! ) , il devenait criminel de s’y être opposé ou même de soutenir encore que cette loi, entrée en application,   n’est pas bonne. Comme si un vote abrogeait ipso facto la liberté d’opinion sur tel ou tel sujet. On a là l’exemple de l’inacceptable restriction de libertés qu’entraîne le terrorisme woke sous toutes ses formes.

Pourquoi tant de haine ? 

Mais nous n’avons pas encore dit le plus grave.  A la suite de l’entrée des troupes russes en Ukraine, violation incontestable du droit international pourtant, les pays de l’OTAN, Etats-Unis et France en tête se sont étonnés que l’immense majorité des pays du monde ( en termes de population ) ne les suivent pas pour condamner ou sanctionner la Russie. Macron a même traité de lâches les pays africains !  Les plus lucides auront compris à quel point 80 % de la population de la planète ne nous aime pas. Au temps où on parlait encore de Tiers monde, les griefs à l’égard de l’Occident étaient d’abord économiques : l’exploitation capitaliste sans vergogne par les pays riches des ressources et de la main d’œuvre des pays pauvres. Aujourd’hui, cette problématique n’a plus guère cours. La principale raison pour laquelle nous sommes détestés, c’est une certaine dérive sociétale ,   « droits » des  LGBT en tête. Ces derniers ont obtenu en France que l’état-civil ne mentionne plus père et mère mais parent 1 et parent 2. Poutine s’est publiquement gaussé de cette manière de faire . Gageons que d’autres rient avec lui sur la planète. Refuser ces néfastes innovations qui donnent , faute de fondement scientifique,  un statut officiel à la très contestable théorie du genre, ce n’est pas là de l’homophobie.  La détestation atteint son comble quand les Etats-Unis, l’Union européenne et toute une série d’organisations internationales sous contrôle des Etats-Unis font pression sur les pays petits ou moyens d’Amérique latine, l’Afrique ou d’Asie, pour qu’ils reconnaissant les mêmes « avancées » sociétales. Ces pays ont le sentiment que les riches viennent piétiner leurs fondamentaux naturels et spirituels.  Même le pape François, généralement proche de la sphère mondialiste, qualifie ces politiques de « colonialisme culturel ».  Pauvre Macron qui passe son temps à dénigrer   le passé colonial de la   France et qui fait pire !  

Nous ne sommons pas seulement détestés, nous sommes   méprisés. Les pays que nous mentionnons, Russie et Chine en tête,  voient dans ces « avancées » le signe d’une décadence profonde et, longtemps humiliés par l’arrogance coloniale ou néocoloniale , ils attendent tranquillement que le monde occidental tombe de l’arbre comme un fruit mûr , voire corrompu,   qu’ils n’hésiteront pas alors à piétiner.

Macron, par ses initiatives incongrues et inutiles,  sera donc détesté , non seulement par nos voisins européens, mais par le reste du monde.  Il serait temps qu’il atterrisse.

 

Roland HUREAUX

 

13/8/2022

 

 

   

Partager cet article
Repost0

commentaires