Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles RÉCents

Liens

3 août 2006 4 03 /08 /août /2006 12:29

 

Vingt siècles d’un  christianisme  parfois trop mièvre, ont fait  perdre de vue ce que pouvait avoir de sage la maxime biblique « Œil pour œil , dent pour dent » (Exode 21, 25 ; Lévitique 24, 20 ).

Dans le contexte tragique de la guerre au Proche-Orient  où il est de bon ton de  dénoncer  la « loi du talion »,  cette affirmation pourrait passer pour une mauvaise plaisanterie  si on ne considérait combien  un tel  commandement a constitué  un progrès dans  une époque barbare où la pratique ordinaire était plutôt « deux yeux pour un oeil, trente-deux dents pour une dent ». D’autant que le livre du Lévitique ajoute  « la sentence sera la même, qu’il s’agisse d’un concitoyen ou d’un étranger, car je suis Yahvé, votre Dieu ».

Le même commandement  serait  aussi un progrès  en notre temps, qui se pense civilisé, mais  où peut-être à cause de cela,  les plus forts  ont pris l’habitude de représailles démesurées.

Le bilan provisoire  du conflit en cours s’établit à plus de  800 victimes libanaises , principalement civiles et 52 israéliens, 34 militaires et 18 civils : un rapport qui est déjà de un à quinze .

Même si l’on comprend l’exaspération des Israéliens face à cette écharde dans le pied  que constitue pour eux le Hezbollah, fallait-il tuer plusieurs centaines de personnes, civils pour l’essentiel,   pour libérer  ou venger  deux soldats enlevés ?  Faut-il détruire sous les bombes un pays entier  pour déloger quelques centaines de miliciens qui se trouvent  à peu de  distance de la frontière ?  

Dans le même esprit, on se souvient que la seconde Intifada ( à partir de septembre 2000)  avait causé la mort    de 4 907 personnes  dont 3 815 Palestiniens et 1 092 Israéliens , ce rapport de 1 à 3 ou 4 se retrouvant à peu près constant à chaque opération.

Israël n’est pas seul en cause. Son grand allié les Etats-Unis présente la même fâcheuse propension à sur-réagir. Quelle que soit l’horreur de l’attentat du World Trade Center , ses 3000 morts ont été largement dépassés – peut-être dans un rapport de 1 à 10 – par le nombre de victimes afghanes de la guerre de représailles menée en Afghanistan . Il en va de même en Irak où  malgré le nombre croissant de  victimes américaines –  plus de 2000 à ce jour,  on est encore loin des 100 000 victimes irakiennes  environ qu’a fait l’intervention américaine.    

On peut trouver à cette propension à la  sur-réaction  plusieurs motifs. L’ exaspération devant le terrorisme, bien sûr :   même s’il a toujours été la réponse du faible au fort, il bafoue toutes les règles,   est insaisissable et imprévisible.  La théorie du zéro mort ( largement  battue en brèche aujourd’hui à Bagdad) ou en tous les cas le souci de limiter au maximum les pertes dans son camp conduit à l’usage de bombardements massifs aux dommages collatéraux considérables.

Mais il  faut aussi faire sa part, tant dans l’attitude Israël  que dans celle des Américains, de ce qu’on appellera la volonté d’éradiquer le « mal ». En sur-réagissant aux agressions par  des représailles généralement disproportionnées,  Israël veut arracher  une paix durable avec ses voisins.  De manière encore plus manifeste, les Etats-Unis agissent avec le propos délibéré  - et parfaitement illusoire - de préparer la paix perpétuelle, en éliminant les fauteurs de trouble de la surface de la terre. Les uns et les autres veulent   faire comprendre une fois pour toutes  aux « méchants » qu’il faut qu’ils plient.

Le caractère impitoyable des foudres des Etats-Unis  est  inséparable de la théorie de la « fin de l’histoire » . Fin tenue pour imminente, déjà proclamée,  mais encore  retardée par les forces du mal . Plus on frappe fort, plus on espère hâter cette fin . Chaque guerre depuis 1918 est la der de der.

Cette idéologie ne connaît pas le combat entre égaux ; il ne connaît que la lutte du bien et du mal. Et pour cette raison aussi , cette lutte  ne peut être qu’impitoyable. Que l’enfer de la  terreur  soit pavé des bonnes intentions de l’utopie n’est pas nouveau. S’agissant des Etats-Unis ,  Henry Kissinger  (1)  a montré après d’autres combien leur mentalité  était depuis longtemps propice à une vision manichéenne de la guerre . Dix dents pour une dent , cent s’il faut : qu’importe  si la paix définitive , fondée sur l’avènement de la démocratie et du marché, est à ce prix.

Nous sommes ainsi loin du temps féodal où la guerre était acceptée comme une  donnée de la condition  humaine qu’il s’agissait non point d’abolir mais de régler au mieux: c’était le temps de la chevalerie , il est révolu.

Mais comment penser que les non-Occidentaux, spécialement les peuples directement frappés par ces impitoyables représailles, qui vont du double au décuple, parfois au centuple  , vont y voir la marque de l’idéalisme ?

Comment n’y verraient-ils pas   au contraire une forme de racisme ? Ma vie vaut trois , dix , cent, mille des tiennes. Poussé à l’extrême ; le raisonnement israélien ou américain    signifie « ma vie vaut tout , la tienne rien » .  

C’est  là que le vieux principe , où  les  esprits superficiels ne verront   qu’un esprit de vengeance archaïque , avait du bon. « Oeil pour œil , dent pour dent » signifie certes : « prends garde, je ne me laisserai pas faire » . Mais il signifie aussi : « nous sommes fondamentalement des égaux, ceci est une dispute  entre égaux : mon œil vaut le tien , ma vie vaut ta vie , pas moins mais pas plus .   

Au demeurant le principe est devenu universel . Le Koran lui-même ne dit-il pas : « Mois sacré contre mois sacré . Ce qui est sacré relève du talion. Quiconque transgresse contre vous , transgressez contre lui d’une manière égale » ( I, 190-191) ?

S’il est vrai que la rivalité mimétique , selon laquelle le sang appelle le sang , se trouve comme le dit René Girard , au cœur de l’aventure humaine , le commandement biblique invite à un premier degré de modération , prélude peut-être à des pourparlers en vue de quelque paix de compromis , d’autant plus accessible que la symétrie des représailles contient le message implicite d’une parité et donc, au moins potentiellement , d’une fraternité .

Certes, dira- t-on,  l’Evangile va plus loin : « si on te frappe la joue droite , tends la joue gauche » (Mathieu 5, 39) . Mais   on dit aussi que l’enfer est pavé de bonnes intentions. L’idéalisme christique , pour fondé qu’il soit dans l’absolu , a nourri toutes les formes de millénarisme , dont l’idéologie de la fin de l’histoire  est un des aboutissements .

Il faut que les combats cessent au Liban, spécialement après l’affreux massacre de Cana,  mais ne donnons pas dans l’utopie : la paix perpétuelle ne sera pas instaurée si vite  entre  Israël et ses voisins. Il faut peut-être que les partenaires , Israël en premier lieu,   prennent leur parti de l’état de guerre et , faute de pouvoir  l’abolir, songent d’abord à la contenir , cela par cette vieille vertu qu’est le  sens de la mesure . Dans cette région troublée l ’application du principe  « Oeil pour oeil, dent pour dent » mais rien de plus, ce ne serait déjà pas si mal.  

 

                                                 

Roland HUREAUX

 

 

 

1.                      Henry Kissinger, Diplomatie, traduit de l’anglais par Marie-France de Paloméra, Paris, Fayard, 1996

 

 

2.                      On oublie souvent de citer la suite : « Ainsi vous serez les fils de votre père qui est aux cieux car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes »  (Mt 6, 45) , autrement dit « vous serez des dieux ».

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Monsieur, je viens de lire un ecrit sur Obama portant votre signature. Si j'ai vraiment affaire a l'auteur, permettez moi de vous dire que vous etes tres jurassic sur la connaissance que vous avez de l'Afrique. Quel detour pour parler de Kagame et de Pean ainsi que de la France. C'est quoi les "nilo-hamitique", c'est quoi la definition? Vous n'etes donc pas au courant que les Tutsi, ainsi que les Luo sont des Bantu? Je dirais meme que vos observations sont d'un racisme primaire. Peut-etre est ce inconscient, peut-etre etes vous restez fige a l'anthropologie Darwinienne? C'est etrange que vous ne mentionner pas egalement la lutte de la Francophonie contre "l'Anglophonie dans votre commentaire. Je n'ai meme pas envie de lire quoi que se soit de votre part ... Je vous conseille de la lecture: Odile Tobner "Du Racisme Francais" editions les Arenes. Bonne lecture.
Répondre
F
Monsieur Hureaux, pouvez vous me donner votre numéro de téléphone. Je souhaiterais que vous veniez présenter votre dernier livre à Bordeaux, d'abord pour les adhérents du MPF, et aussi pour les clients de Mollat le libraire, (à organiser si vous êtes d'accord...) Meilleeus sentiments, François Jay.
Répondre
F
Je réponds tardivement à votre demande.<br /> Voici mes numéros de téléphone: 0145242189 ; 0688952539.<br /> A bientôt peut-être.<br /> RH