Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles RÉCents

Liens

6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 13:21

LA BATAILLE DES MOTS

04/03/2021

Que faire contre l’idéologie ? Rien ne le dessert plus qu’une stérile indignation ; rien de plus stupide que de lever le bras au ciel sur le thème « vous vous rendez compte de ce qu’ils en viennent  à dire ! ».  En attendant des jours meilleurs, usons d’une arme que déjà Soljenitsyne recommandait  aux dissidents du communisme :  ne rien concéder de la vérité. Pour cela, il faut la connaitre en réfléchissant suffisamment à partir d’une bonne connaissance de l’histoire. Tout aussi important est  le juste emploi des mots qui ne sauraient être ceux de l’adversaire.  La vision décoloniale assimile tout : l’esclavage, le racisme, la colonisation, la race banche et même le « machisme » et l’hétérosexualité . Nous devons, nous,  inlassablement maintenir les distinctions qui s’imposent : non, nous ne sommes pas islamophobes (ou homophobes),  car la notion de phobie implique une nausée irrationnelle alors que nous nous voulons rationnels. Non, l’islamophobie n’est pas la même chose que le racisme puisque la majorité des musulmans   sont des blancs   - et même ont mis autant que les Européens les Noirs en esclavage. Le juste mot serait « intolérance religieuse » : attendons que les pro-djihadistes nous l’envoient à la figure ! La notion de non-Blancs incluant tous les musulmans doit être absolument récusée. Non, la question du statut de la femme n’est pas le même que celui du colonialisme puisque la colonisation s’est presque partout traduite par sa promotion.  C’est toujours le plus rigoureux qui gagne.  RH

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 13:17

25/03/2021

Il y avait eu Robert Ménard, censuré sur Twitter en janvier. A leur tour, Marion Maréchal et   Jordan Bardella ont vu leur compte Facebook coupé, au motif qu’ils avaient pris la défense de  Génération identitaire .  Et dans une autre sphère , la célèbre Mila, adolescente  attaquée sur Facebook pour ses critiques de l’islam et interdite de parole pour …harcèlement ! Télé Libertés a été suspendu trois semaines parce que l’un de ses invités avait nié l’existence d’une pandémie : opinion évidemment exagérée mais que l’on devait avoir le droit d’exprimer.

Même si on peut penser qu’il y a eu des mouchards sur notre sol, ces décisions ont été prises en Californie, où les Gafas ont leur siège.

Ce n’est que très timidement que la classe politique a relevé ce qu’il y avait  de scandaleux dans cette censure politique imposée à des Français depuis un pays étranger.

Il faut aller plus loin : pourquoi M. Macron lui-même n’a-t-il pas réagi contre cette ingérence inadmissible dans nos affaires intérieures ? La question peut paraître naïve vu l’intimité idéologique du président   français avec les censeurs.

Nous pensons pourtant qu’il aurait été là  dans son rôle de chef de l’Etat.  Quelques mois auparavant, il s’était accroché avec le président Trump en visite à Paris au sujet de la taxation des Gafas, Trump prenant la défense de ces derniers. Les   Gafas étaient pourtant les adversaires les plus implacables de Donald Trump et furent les principaux organisateurs de la machination qui l’a évincé du pouvoir.  Interrogé   sur ce paradoxe, Trump   répondit « ils sont américains, c’est mon rôle de les défendre ». Le président Trump avait le sens du leadership (un mot qui n’a pas d’équivalent exact en français),  du fait que dans sa position de président des Américains, il devait les défendre tous à l’international sans considérer leur position politique interne.

Ne rêvons pas, bien sûr ; Macron ne protestera pas. Leadership, c’est un mot qui doit venir de la planète Mars pour le président français, idéologue narcissique ignorant complètement ses devoirs de président.q

 

Les obligations du leadership

 

Le dernier des chefs de tribu africains connait ses obligations à l’égard des membres de la tribu :  assurer leur protection et leur bonheur, avant toute autre préoccupation. Les défendre tous et défendre chacun. Macron les ignore.

L’idéologue est le contraire d’un leader :  il n’est pas au service d’un peuple. Quand il n’est pas au service de lui-même, il est au service d’une idée : en l’occurrence l’idée européenne, elle-même faux nez du projet mondialiste que Macron et les Gafas partagent. Pour des gens comme eux, le projet idéologique passe avant tout : avant toute préoccupation éthique, avant les valeurs fondamentales de l’Occident : la démocratie, les droits de l’homme, les libertés, la constitution, avant la common decency chère à George Orwell. Que les patrons de Facebook et Twitter,  bafouant le droit international et le droit interne, s’arrogent le droit d’usurper les pouvoirs de la justice française pour juger de ce qui peut être diffusé sur leur réseau et ce qui ne peut pas l’être est inouï.

Si la France avait encore un chef, il ferait de la circulation des idées sur internet un service public pouvant être le cas échéant délégué à une entreprise étrangère, s’engageant à  respecter la loi française qui réserve à la justice nationale la régulation   de la liberté d’expression et qui ne permet aucune discrimination entre les usagers. Mais comme on sait, nous en sommes loin.

Si les peuples ne s’élèvent pas avec la dernière énergie contre ces violations de droits fondamentaux, nous entrerions dans des âges bien sombres :  sous les apparences de l’« empire du bien », la fin de la démocratie , le  nouveau Mordor.

 

Roland HUREAUX

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 13:11

LE VRAI DANGER, C’EST L’ISLAMO-CENTRISME

(L’islamo-gauchiste c’est Macron)

04/03/2021

D’abord bien choisir les mots.  

J’ai du mal à admettre l’expression d’islamo-gauchisme.

Elle a signifié au départ quelque chose de précis : l’intérêt pris dans les années qui ont suivi Mai 68 par les mouvements gauchistes français (trotskistes et surtout maoïstes) pour la cause palestinienne dans le cadre d’un tiers-mondisme élargi. Cette tendance les a amenés à côtoyer dans les manifestations non des islamistes mais tout simplement des musulmans.

Déjà pendant la guerre d’Algérie de nombreux marxistes, communistes ou pas mais généralement athées,  avaient été amenés à collaborer à une révolte, celle du FLN, dont les recherches récentes ont montré que la motivation était essentiellement religieuse – et le résultat le fut aussi puisqu’elle aboutit à l’expulsion d’Algérie d’un million de non-musulmans, chrétiens, juifs ou agnostiques.  Au demeurant l ‘URSS athée fut au fil des ans un soutien actif sinon exclusif de la nouvelle république algérienne où les tendances islamistes ne cessèrent de s’affirmer.

 

L’influence américaine

 

Aujourd’hui ce système de collusions apparemment contre-nature s’est transformé sous l’influence des université américaines.  Celles-ci ont ouvert largement leurs porte aux noirs, souvent par l’effet de la discrimination positive. Assez vite,  s’y sont développées des études « décoloniales » conjuguant la critique de l’esclavage, de la situation des noirs aux Etats-Unis, du colonialisme, surtout français, et de la situation supposée des minorités immigrées dans les différents pays d’Occident. Faute de contradicteurs, puisque aucun adversaire de leurs thèses n’avait envie d’aller, ni n’aurait été accepté dans les départements concernés, une culture consensuelle anticoloniale et antiraciste à base de haine du Blanc s’est peu à peu incrustée jusqu’à déborder dans   une partie de l’opinion. Conjuguée avec la critique du mâle  par l’ultra féminisme, de l’hétérosexualité par les homosexuels militants, elle a fini par devenir l’idéologie officielle des Etats-Unis, assortie d’une intolérance croissante à la contradiction,  aggravée  depuis la désignation de Biden à la tête du pays.

Le rayonnement de la puissance américaine aidant, ces idées se sont diffusées    en Europe et ont  conquis peu à peu des départements spécialisés du CNRS et de certaines Universités.

Des gens branchés sur le monde universitaire américain, ont fini par se rallier à  la légende sombre  attachée à la colonisation occidentale à travers le monde aux cours des   derniers siècles dont l’exploitation et le rejet  des immigrés ne serait que la suite.  On ne peut qu’être choqué par les accusations d’un Macron à l’égard de la colonisation françaises, qualifiée par lui à plusieurs reprises de crime contre l’humanité. Les considérations électorales,  d‘ailleurs bien aléatoires, n’expliquent pas tout, c’est la culture du président qui est en cause, peu instruit  au fond de l’héritage européen et entièrement imbibé des idées qui prévalent  aujourd’hui dans les universités, les médias et le parti démocrate américains et que son maître Richard Descoings a introduites à l’Institut d’études politiques de Paris. 

Si l’Université française avait été longtemps marquée par l’idéologie marxiste, les contrôles de la qualité scientifique de ses travaux avaient persisté, le parti communiste lui-même  y veillant. On admettait qu’un chercheur marxiste fasse une thèse, pas que cette thèse ne soit qu’un pamphlet haineux et superficiel. Certes, le statut de la fonction publique, tant critiqué à droite, garantit encore leur poste à ceux qui résistent aux idéologies destructrices ,  mais ces barrières sont fragiles. La réforme Pécresse, notamment la fusion à tout va des universités, a éliminé les quelques ilots conservateurs qui subsistaient dans notre enseignement supérieur et ouvert grand la porte aux délires idéologiques.

L’UNEF avait été une des citadelles de l’esprit de mai 68 fondé sur la libération de la femme et des mœurs. Qu’elle soit aujourd’hui dirigée par une jeune fille  voilée témoigne que nous avons changé d’époque.  

Quoi de commun entre   des mouvement marxisants en principe héritiers des Lumières et   un islamisme dont les références datent du  VIIe siècle ?  Le premier « islamo-gauchisme » avait pour cible Israël. Le dénominateur commun de l’actuel est la haine de l’héritage chrétien occidental pris en grippe tant par les ennemis intérieurs issus des Lumières et  rendus bien plus dangereux par le phénomène idéologique, expression de la haine de soi,  que les ennemis extérieurs : la frange des musulmans  qui veut que l’Europe devienne    terre d’islam. Tout le monde comprend que les idées des uns et des autres sont contradictoires. Les musulmans modérés préfèrent généralement les chrétiens croyants aux ultra-laïques et aux libertaires. Les gauchistes haïssent leurs racines, les islamistes ne les aiment que trop. Mais le même esprit de destruction ronge les uns et les autres. 

 

L’islamo-gauchisme est une expression trompeuse

 

On se tromperait cependant lourdement à penser que cet  esprit est le propre du gauchisme. Nous avons évoqué Macron : c’est toute la mouvance mondialiste qui se tient derrière lui  pour promouvoir la subversion de notre culture, tant par l’antiracisme idéologique, l’intégrisme écologique, le brouillage des repères familiaux et sexuels. Ni les gauchistes, ni les islamistes n’auraient acquis tant de prestige s’ils n’avaient reçu  l’appui des maîtres du monde, des gafas, de la quasi-totalité   des médias, des tribunaux, des institutions internationales. Quelle différence entre l’islamo-gauchisme et la coalition  qui a mis, sans  doute par de méthodes frauduleuses,  Biden au pouvoir  aux Etats-Unis ?  Le secrétaire général de Nations-Unies, le portugais Antonio Guterres propagateur infatigable de  l’immigration, désignait récemment le « suprématisme blanc »  comme le premier danger pour la civilisation .On ne pense pas différemment à  Bruxelles.  La  grande nouveauté de ce début du XXIe siècle, c’est que l’oligarchie mondiale (ne parlons pas d’élites), à commencer par celle de l’argent, s’est, pour l’essentiel,  ralliée à la culture d’extrême-gauche sur absolument tous les sujets - à la seule exception des questions d’argent puisqu’il n’est pas question pour elle, évidemment, d’ égaliser    les fortunes ou les revenus , au contraire .  L’internationalisme est même un bon alibi pour accroître les leurs : une mondialisation apparemment généreuse ouvre un espace cruel aux pauvres et favorable aux très  riches :  le libre-échange et l’immigration font baisser les salaires dans les pays avancés, l’idéologie antiraciste alimente le mépris des classes moyennes , l’idéologie  antifamiliale dilue leur système de valeurs , la philosophie libertaire justifie les moeurs débridées des grands de ce monde  . Or tous ces gens qui dominent  le monde ne passent pas pour  des gauchistes au sens habituel du terme : ils sont de bon ton, ils seraient  plutôt centristes  , comme les  médias qu’ils  contrôlent. Est-il nécessaire de dire que les islamo-gauchistes proprement dits ne se sentiraient pas si audacieux s’ils ne se savaient soutenus par les puissants ? Ce qui menace le monde aujourd’hui, ce n’est pas l’islamo-gauchisme, c’est l’islamo-centrisme.

 

Roland HUREAUX     

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 11:38

OBAMA, UNE FAUSSE VALEUR

Ecrit en 2019

Donald Trump vient d’être acquitté de l’accusation d’avoir voulu renverser la démocratie et c’est heureux.  Bien qu’ils aient été déclarés vainqueurs de la présidentielle, ses adversaires n’en continuent pas moins à s’acharner sur lui. Tout autre  est le sort de son prédécesseur   Barack Obama  qui fait plus que jamais figure de star mondiale. Sa biographie est en devanture de toutes les librairies de France - et sans doute d’ailleurs.  Un magazine le désigne comme l’homme de la décennie qui se termine. Pour un peu, il serait canonisé.

Obama est  pourtant le premier président depuis George Washington à ne pas avoir respecté cet antique usage qui voulait qu’un ancien président restât  au-dessus de la mêlée après avoir quitté ses fonctions. Il était pratiquement le directeur de campagne de Biden et a remporté un beau succès  en abattant Trump, l’homme qu’il détestait le plus au monde. Il n’a donc pu ignorer    l’énorme fraude électorale démocrate, dont , décisive ou non, personne ne conteste la réalité.

Mais c’est sur son bilan comme président qu’il doit être jugé : avoir déclenché quatre guerres, Libye, Syrie, Ukraine, Yémen, n’est pas un mince palmarès pour un chef d’Etat, même prix Nobel de la Paix. Certes ces guerres avaient des raisons locales, mais aucune n’aurait dégénéré sans le feu vert du département d’Etat.  Au total près d’un million de victimes, surtout civiles, dont la moitié en Syrie. Aucun président des Etats-Unis, à notre connaissance, n’avait réussi pareil exploit. A côté, Trump qui n’a provoqué aucune guerre et en a même (presque) terminé deux : Irak, Syrie, est un petit joueur.

Sarkozy a beau se glorifier s’avoir mis la Libye, et à partir des arsenaux de Kadhafi, la moitié de l’Afrique, à feu et à sang, il n’aurait rien pu faire sans l’aval du président américain.

Ajoutons que le président Obama avait pris l’habitude de ratifier toutes les semaines une liste de gens que les forces spéciales devraient assassiner  sans jugement à travers le monde, en particulier avec des drones qui causent presque toujours des dommages collatéraux dans le population civile.  Certes, d’autres présidents l’ont fait, si l’on en croit François Hollande, autre grande conscience de  gauche, qui s’en est même vanté. Mais aucun autant qu’Obama, dont les victimes se comptent par milliers.

Si les Etats-Unis avaient adhéré au Tribunal pénal international de La Haye, il y aurait là un beau dossier pour entamer des poursuites. Mais nous en sommes loin : Washington contrôle étroitement ce qui s’y  passe .

On dira à la décharge d’Obama qu’il a évité une guerre mondiale le 21 aout 2013, quand tous les médias occidentaux se déchaînaient contre Bachar-el-Assad,  coupable, disait-on, d’avoir attaqué à l’arme chimique un faubourg de Damas, et exigeaient des représailles massives ; Hollande et Fabius étaient même allés, insignifiants roquets, les réclamer à Washington avec l’appui des extrémistes  néo-conservateurs. Obama qui savait sans doute que la soi-disant attaque avait été organisée par nos alliés djihadistes avec le soutien de certains services secret occidentaux, ce dont personne ne doute aujourd’hui, a préféré sagement éviter l’escalade en saisissant la perche opportunément  tendue par Poutine pour lui éviter de perdre la face.  Qu’il ne  déclenche pas une guerre mondiale  était le moins qu’on puisse attendre d’un Prix Nobel de la paix !  Mais la question ne se serait pas posée si Obama n’avait fait, avec son âme damnée, la secrétaire d’état Hillary Clinton, ce qu’il fallait pour déclencher la guerre de Syrie. Elle ne se serait pas posée non plus si Obama, dont l’hypocrisie est consommée, n’avait appuyé en sous-main les djihadistes (Daech, Al Qaeda etc.) tout en faisant mine de les combattre.

On pourra encore  dire à sa défense qu’il n’était que le jouet des forces de l’Etat profond qui avaient voulu   porter un homme de couleur à la Maison blanche pour relever l’image des Etats-Unis.  Certes, mais  c’est en toute connaissance de cause qu’il a accepté de jouer ce rôle.  

Je n’ignore pas que des voix s’élèveront   pour dire « attaquer le bilan d’Obama, c’est du racisme ! ».  Le racisme n’est-il pas plutôt de   prendre   en compte la couleur de la peau d’un responsable   pour juger de son bilan. Et en fait de racisme, rappelons  que  , par sa mère,  Obama descend  de Jefferson Davis, président de la Confédération sudiste de 1861 à 1865.

Quand Gaston Monnerville fut élu chez nous en 1947 président du Conseil de la République et donc deuxième personnage de l’Etat personne ne releva qu’il était métis, seulement son mérite qui était à la hauteur, nul n’en doutait, de la fonction.  Quand il affronta en 1962 le général de Gaulle sur le terrain constitutionnel, nul  n’imagina non plus que le débat pouvait avoir une dimension raciale.

Les temps ont changé : déjà quand Alexandre Dumas entra en 2002  au Panthéon, un grand journal titra que c’était le métissage qui était honoré : absurde considération dont n’avaient usé ni lui, ni ses contemporains, ni ses millions de lecteurs.

Que la considération raciale puisse occulter les crimes, bien réels, d’un président américain montre une singulière dégénérescence du débat politique.  Ce n’est pas cela qui fera reculer le racisme, bien au contraire.

 

Roland HUREAUX

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 11:34

VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : COMPORTEMENTS ARCHAIQUES OU EFFETS DE LA MODERNITE ?

11/02/2021

Combattre les violences faites aux femmes est une juste cause .

Le harcèlement professionnel ou artistique est odieux .

Mais bien plus encore le féminicide :   121 femmes victimes en 2019. Augmentation ? Les chiffres semblent  stables. Ce type de meurtre n’en est pas moins particulièrement odieux.  

Les femmes battues sont beaucoup plus nombreuses.

La prévention de ces turpitudes  n’est  pas facile  : encourager les femmes à dénoncer un compagnon ou un mari violent ?  Mais celles qui n’ont pas peur de le faire ne sont pas celles qui courent le plus de risques. Celles qui sont victimes sont généralement celles qui n’osent pas le faire.   

Il est cependant regrettable que les campagnes contre ces  crimes ou abus soient doublées  d’une petite musique qui laisse entendre  que ces actes  de barbarie  seraient  la persistance  d’un  passé archaïque qu’il faut une fois pour toutes liquider,  les restes d’une oppression millénaire des femmes  à  laquelle la modernité doit mettre fin.

Rien n’est moins sûr.

La vieille société européenne et chrétienne   connaissait certes les violences  contre les  femmes mais ne les encourageait  nullement .

Rien à voir avec l’Islam où  une  sourate du Coran,  d’ailleurs ambigüe, laisse  entendre  que ce genre de violences pourrait être  légitime.

Un homme qui frappait  sa femme  dans un village d’autrefois  s’exposait à la réprobation  publique , d’autant que cette pratique allait   généralement avec l’alcoolisme, socialement condamné . Là où l’autorité du curé était encore préservée, le mari  risquait d’essuyer une rude semonce de celui-ci.

Là où la foi ancienne était  encore solide, tous savaient que c’était là un péché mortel : pas parce qu’il s’agissait d’une violence contre une femme  mais parce que c’était  une  violence tout  court. Il fallait donc s’en confesser  au risque d’aller  en enfer

La déchristianisation a effacé ces repères. L’urbanisation a dissout les  communautés où  chacun était responsable devant tous ; aujourd’hui les individus appartiennent à  des réseaux qui se côtoient sans se connaitre. La responsabilité, si responsabilité il y a,  ne s’exerce que dans un  groupe de référence, forcément cloisonné  , parfois, pour des individus très désocialisés,   devant personne.

La modernité n’ pas seulement affaibli le anciennes barrières morales qui régissaient les comportements. Elle a encouragé dans   l’après-guerre les idéologies qui discréditent les  disciplines ancestrales. L’école philosophique de Francfort ( Adorno, Reich, Marcuse ) a diffusé, d’abord en Allemagne puis dans tout l’Occident ,  l’idée qu’une    éducation trop stricte était le terreau du nazisme. Mais qu’est-ce qu’une éducation stricte   sinon celle qui s’attache à inculquer le respect d’autrui – pas  de telle ou telle catégorie,  mais d’autrui en général ?  

L’idéologie  soixante-huitarde qui en procède, condamnant   la   morale,    a perdu de vue  cette idée fondamentale  que la morale est  commutative : le mal que je fais , un autre, généralement en pâtit. Les droits de  l’un sont limités par les droits tout  aussi légitimes de l’autre – ou des autres . Commet respecter le droits de l’autre  , sans une éducation appropriée , qui ne  se réduit pas, quoi qu’on en ait dit, à la répression     sexuelle ?  

Plus pernicieuse cette  idée qu’il « est interdit d’interdire », que chacun a de temps en temps le droit de  « s’éclater » de se « lâcher » . Une idée issue d’une psychanalyse sommaire – pas celle de Freud ni de Lacan, au contraire – et du surréalisme adepte de  l’authenticité ,  de la légitimité du désir immédiat . « S’éclater » , pour   des  gens convenables, ce peut être  aller danser jusqu’à pas d’heure ou raconter de bonnes blagues; pour des gens plus primaires  ce sera  relâcher les  contraintes qui interdisent par exemple    de cogner sur son entourage. L’idée que le désir est autojustifictif  ne concerne pas que la pulsion sexuelle ;  après tout  le désir de  frapper autrui  n’est-il  pas aussi une  forme de désir sexuel ? Justifié par l’accord du partenaire, forcément ambigu , le sado-masochisme n’est-il pas accepté dans  certains  milieux ?  

Il se peut que les violences  faites  aux femme procèdent de la persistance de comportements archaïques . Mais il y a de forte chances que la modernité : déchristianisation, nouvelles normes libertaires ,   discrédit de l’éducation  morale classique,  leur aient ouvert un champ  plus large qu’autrefois.  

 

RH    

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 11:24

POPULISME ET LIBERTE

11/02/2021

Non sans raison , Patrick Buisson  rappelle[1] l’incompatibilité entre ce qu’il appelle, de manière à notre sens contestable, le libéralisme et le populisme.  Ce qui réduit à peu de choses l’espoir d’une « union des droites » caressée  par certains.

Qu’il y ait  peu en commun entre les idées du Rassemblement national et celles des dirigeants[2] des Républicains   est assez évident : Europe et euro , rôle de l’Etat, questions sociétales, et même  positionnement géopolitique entre l’OTAN et la Russie : sur presque tous ces sujets, ils campent  sur des rivages opposés.   L’UMP dont la moindre faiblesse  n’était pas d’être traversée par ces clivages majeurs    a progressivement  éliminé de ses rangs , malgré les efforts méritoires d’un  Julien Aubert, tout  ce qui n’était pas dans  le courant dominant.

Un autre obstacle à l’union des droites, dont Buisson ne parle pas,  est que toute fédération se constitue  autour du partenaire le plus fort . Dans l’état actuel  du rapport des forces au sein de la droite, l’union des droites reviendrait à ce que les gens de LR ou de  « la droite hors les murs »  s’inféodent   à Marine Le Pen. Il n’est  pas sûr qu’ils  le souhaitent,  ni elle.

Reste que l’analyse de Patrick Buisson appelle des réserves  sérieuses, au moins de forme. 

La principale : appliquer le mot libéral  aux tenants de  l’ordre  mondial  n’est ni politique, ni exact  . Les grandes batailles sont gagnées par ceux qui  arrivent à imposer leurs mots.

Or quoi qu’en pense le maurassien Buisson, libéral a toujours eu une connotation positive  et pas  seulement depuis la Révolution  française. Qui a dit que les tenants de l’ordre mondial  sont des libéraux ? Eux .  Normal qu’ils se donnent de  jolis noms , mais il faut  les récuser.

Il ne s’agit pas seulement là d’une querelle de mots : 

La vérité est que le soi-disant libéralisme mondial dont il est question aujourd’hui  a bien peu à voir avec le  libéralisme bourgeois du XIXe siècle, mesuré et pragmatique,  tantôt libre-échangiste, tantôt protectionniste, tantôt monarchiste, tantôt républicain, toujours moraliste, admettant l’héritage historique et  au moins jusqu’à un certain point , les traditions. 

Ce à quoi nous sommes confrontés aujourd’hui est une  idéologie  au sens exact  où le marxisme-léninisme était  une idéologie : les peuples de l’Est qui renâclent devant la construction européenne   l’ont bien compris.

Mais , comme toutes les idéologies, elle est mensongère . Loin d’être  libérale, elle est illibérale , et cela à plusieurs titres .

Premièrement,  parce que le libéralisme est , de manière intrinsèque, incompatible avec  l’idéologie . Hannah Arendt nous l’a appris : toutes les idéologies reposent sur le  pouvoir de ceux qui savent ou croient savoir  au travers de deux ou trois idées simples  sur laquelle se fonde leur vision , assorties d’un  projet messianique plus ou moins affirmé , d’un projet de « fin de l’histoire » . De ce fait toutes les idéologies  conduisent  à l’intolérance absolue vis-à-vis de ceux qui ne la partagent pas , à une  vision manichéenne du monde et , par là , au rejet  de la démocratie :  « Il ne saurait y avoir de choix démocratique contre les traités européens»[3] dit  Jean-Claude Juncker, traités qui sont   la  déclinaison régionale de l’idéologie mondialiste. Loin d’instaurer le règne de la  liberté, l’idéologie promeut celui des commissaires politiques.

Les Gilets jaunes l’ont bien compris . Loin  de l’image de petits-bourgeois moustachus, franchouillards et fascisants que propagent leurs ennemis, ils combattent pour la  liberté.  Nul n’a   vu qu’autour des ronds-points,  les gilets aient   réclamé  un sabre à la Boulanger   ou un dictateur ; les Gilets jaunes  sont bien plutôt  inquiets du recul de la liberté d’expression  et de  la  répression policière impitoyable du régime marconien,  du recul de leur liberté de circuler au travers  des taxes dites écologiques et bien entendu du recul de leur  pouvoir d’achat  qui est aussi une forme de liberté .

Deuxièmement,  parce qu’au motif de libéraliser toujours plus  les sociétés occidentales,  l’idéologie prétendue libérale  opère un travail de destruction sans précédent qui ne peut conduire qu’à un nouveau despotisme . Destruction des  repères nationaux, régionaux,  moraux, religieux, culturel, familiaux, sociaux (laminage en  particulier des classes moyennes ). Ce libéralisme  prône l’immigration de masse  pour détruire les identités nationales et locales,  le libre-échange pour détruire les  héritages économiques, il  promeut l’homosexualité pour détruire  la famille. Ce libéralisme, nous préférons l’appeler mondialisme car ses adeptes les plus cohérents visent , par l’affaiblissement des Etats et le mélange  des  peuples , des races et des cultures , un gouvernement mondial.

Ce travail de destruction conduit à une société  qui n’est même plus celle du contrat social et  des droits  de l’homme : elle est celle de   « particules élémentaires » livrées à la loi du plus fort.   Hors d’une élite  mondialisée et toute puissante, régnera la précarité.  

Troisièmement,  parce qu’on peut établir qu’il  y a un optimum démocratique qui correspond à peu près à l’échelle de la nation , quelle qu’en soit la taille.  Ne voyons-nous pas  les libertés reculer chaque jour en France  au fur et à mesure que Macron développe son projet euromondialiste ?  Pour Jean-Jacques Rousseau, la démocratie n’était possible qu’à  petite échelle, celle des cantons suisses , plus difficile dans les grands Etats , impossible dans les empires  continentaux. Un gouvernement européen , tel que la Commission européenne en offre l’avant-goût  est déjà une lourde machine bureaucratique. Un gouvernement mondial , selon l’intuition géniale de George Orwell, ne saurait être qu’un  monstre totalitaire. A l’inverse,  souverainisme et libéralisme sont inséparables.

Face au prétendu libéralisme, Buisson plante le  populisme. Une expression qu’il faut assumer sachant que   le populus, c’est le  démos, et que donc le populisme, c’ est  la vraie démocratie.  Mais en l’opposant au libéralisme, il laisse  entendre que le peuple ne rêve que d’un pouvoir fort et illibéral,  voire d’une « démocrature », termes   que les mondialistes accolent   à ceux qui leur résistent , mais qui s’appliquent bien plus à eux-mêmes.   

Ce faisant, Buisson  commet le même erreur que Soros  qui confond la tradition avec le despotisme idéologique. Dans un excellent livre de Pierre-Antoine Plaquevent [4]qui tente de faire  le tour de tout ce qu’a de pervers  le personnage,  Soros se présente  comme  un disciple de Karl Popper . Mais dans son ouvrage capital ,  La société ouverte et ses ennemis[5], Popper s’en prend à Platon, Hegel et Marx, nullement à l’héritage judéo-chrétien ou aux nations.  

Que Popper , issu de l’Ecole de Vienne, ait promu la   société ouverte comme une antithèse aux  expériences totalitaires du communisme, du socialisme national allemand ( dit communément nazisme) et du  fascisme est très  compréhensible. Mais Soros est allé bien  plus loin en amalgament aux  régime totalitaires, sous le terme de « sociétés fermées »,   toutes les sociétés se réclamant d’une  tradition, ayant un caractère plus ou moins organique et par là tout l’héritage européen et chrétien.

Cet amalgame était inconnu des promoteurs des régimes totalitaires qui se voulaient  au contraire modernes. Il l’était  aussi , à notre connaissance, de l’Ecole de Vienne d’où est issu Popper. Boris Souveraine[6], le premier à avoir analysé en profondeur le communisme,  avait montré comment il   avait poussé sur le fumier de la  décomposition des sociétés  traditionnelles et non à partir d’elles.

Mais telle n’est  pas la  voie  qu’a suivie l’école de  Francfort ( Adorno,   Marcuse, Reich  etc.) qui, sur  la base  d’une  sociologie sommaire,  a  prétendu   montrer que  c’était les   sociétés  traditionnelles qui avaient engendré le  nazisme et le  fascisme. Bien plus que de Popper, Soros est un disciple d’Adorno. Les déconstructeurs français ( Foucault, Deleuze, Derrida, Bourdieu) , ont poursuivi sur cette voie. Détruire les nations et  la famille  est pour ces gens  une démarche antifasciste.  C’est là  aujourd’hui l’idéologie dominante.  

Il est vrai que  certains théoriciens conservateurs  comme de Bonald ou de Maistre , auxquels Maurras a plus ou moins emboîté le  pas ,  en haine  de  la Révolution française, avaient  tenté de promouvoir ( avec bien peu de succès il faut bien le dire en dehors du régime de Vichy ou du salazarisme ) un modèle de société compacte, « organique » où l’individu serait  enserré de toute part dans  des réseaux hiérarchiques. Ce faisant, ils ont fourni un beau repoussoir   aux idées de l’Ecole de Francfort et à la révolution libertaire qu’elle a inspirée. N’ayant plus après 1990 de vrai totalitarisme à se mette sous la dent, Soros et ses émules   ont entrepris, au nom d’un libéralisme devenu idéologique , de  détruire tout l’héritage de la civilisation occidentale.

Or ces amalgames reposent sur  un contresens historique. L’esprit de liberté n’est pas né en 1789. Il  souffle sur l’Europe chrétienne depuis les origines  du christianisme A Poitiers, franc veut dire libre, musulman veut dire soumis. Chateaubriand  se gaussait des contre-révolutionnaires de son temps  qui,  au motif  de combattre les idées de la Révolution , voulaient copier l’empire ottoman ( autre modèle de société totalitaire).  Comme son inspirateur Burke , Chateaubriand a compris que la  tradition européenne débouche sur le vrai  libéralisme , limité, éclairé,   respectueux du passé et des  médiations sociales  et qu’à l’inverse, il n’y a pas de liberté sans  l’appui d’une tradition[7]. « La liberté est sur la croix du Christ  et elle en descend avec lui »[8],  « La liberté émane de Dieu qui livra l’homme à son franc-arbitre » [9].

De fait tradition et  liberté sont  inséparables.  Pas de liberté possible pour un homme sans passé, sans racines, sans traditions, et donc sans esprit  critique par rapport aux pouvoirs, cet  esprit  critique qui nourrit la vraie démocratie. La liberté et non les libertés : étonnante adhésion, par cette formule bien connue,  de Maurras au positivisme juridique qui est aujourd’hui la machine de guerre avec laquelle  le totalitarisme libertaire détruit le  droit naturel . Francesco de Vitoria enseignait à Salamanque en 1570  les droits inaliénables des Indiens,  pas leurs droits positifs.  La  liberté et non l’idéologie pseudo-libérale ( et libertaire ) contemporaine, délire  qui conduit à   l’esclavage. « Si la religion chrétienne s’éteignait, on arriverait par la liberté à la pétrification sociale où la Chine est arrivée par l’esclavage » [10].

Toute bonne  propagande doit dire  la vérité des choses. Le combat  qui est la  nôtre n’est pas celui  du populisme contre le libéralisme , encore moins celui  de l’autoritarisme ( qu’il faut laisser  à Castaner),   il est celui  de la politique naturelle, voire de la civilisation,   contre l’idéologie , celui du réel ( qui comprend la nature humaine) contre les billevesées,  celui d’hommes libres contre les commissaires politiques   , celui de nations libres contre  le  mondialisme orwellien, de gens qui tiennent  autant à leur souveraineté individuelle qu’à celle de  de leur pays contre le globalisme à la Soros  et qui peuvent se réclamer tout autant des valeurs traditionnelles que de la  liberté. On ne gagne  jamais contre la liberté. C’est pourquoi  la bataille du populisme  doit être aussi celle de la liberté.  

 

Roland HUREAUX

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1] L’Opinion, 31 Juillet 2019 

 

[2] Plus que de leurs militants

[3] Déclaration faite à la suite de la victoire de Tsipras  aux élections de Grèce, 16 janvier 2015

[4] Pierre-Antoine Plaquevent, Soros ou la société ouverte , Le retour aux sources, 2019.

[5] Karl Popper, La société ouverte et ses ennemis, 1945, réed.  Le Seuil, 1979, 2 vol.

[6] Boris Souvarine, Staline, aperçu historique du bolchevisme,  , 1935, réed.  Gérard Lebovici 1935.

[7] Ce disant, nous ne tentons nullement de réhabiliter le « libéral-conservatisme » de Bellamy qui, par son adhésion à l’Europe de Bruxelles,  ne saurait être tenu pour un vrai   libéral  au sens où nous l’entendons. 

[8] Notes et pensées

[9] Génie du christianisme , 4e partie, VI, 11.

[10] Mémoires d’Outre-tombe , appendice XXV.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 11:22

L’EUROPE SELON CHARLES DE GAULLE

 et ce qu’elle est devenue après lui

 

Article publié dans la Revue politique et  parlementaire n°1094-1095, juin 2020

 

Interrogé  pour qu’il dise qui avaient été les grands Européens de l’après-guerre, l’archiduc Otto de Habsbourg, cita en premier lieu Charles de Gaulle[1]. Pour lui,  les grands  Européens   n’étaient pas ceux  qui avaient promu  telle ou telle forme d’organisation  du continent, mais ceux qui avaient relevé l’honneur de l’Europe après le désastre  des années trente et quarante, sur le plan non seulement  politique mais aussi et moral et intellectuel.

 

Pour la civilisation européenne

 

De Gaulle n’aurait pas  récusé une telle appréciation  qui, en un sens, correspondait à son dessein. Il  savait bien que la France qui lui tenait tant  à  cœur était, par sa géographie et par son histoire,  inséparable de  Europe dans son ensemble, « de l’Atlantique à l’Oural » « J’ai , de tout temps mais aujourd’hui plus que jamais, ressenti ce qu’ont en commun les nations qui la peuplent  (l’Europe) » [2].  De même qu’il ne  doutait pas que la place de la France était au premier  rang, il savait que la civilisation de l’Europe était inégalée, qu’elle avait et qu’elle devait  jouer encore un rôle essentiel dans l’histoire du monde. Au sens littéral, De Gaulle était tout le  contraire d’un « eurosceptique ».  Pour un Français,  servir la France, c’était, selon lui, la meilleure  manière  de servir l’Europe, voire d’épouser  « la seule querelle qui vaille, celle de l’homme ».  Pour lui, « ce que chaque peuple doit au monde, c’est d’abord lui-même. » 

Catholique, il ne passait pas son temps à disserter sur  la doctrine sociale de l’Eglise.  Il préférait  l’inspiration   de Chateaubriand ou de Péguy.  Il  sentait d’instinct le principe de subsidiarité dont une première application était  que l’Europe ne pouvait pas se construire  contre les Etats.  La participation et la promotion des régions qu’il proposa en 1969 avaient la même inspiration.  Certes,  aucun échelon ne devait écraser les autres mais l’Etat  demeurait pour lui  l’échelon majeur.    C’est dans ce cadre qu’il faut comprendre l’Europe des Etats (il ne parlait guère de l’Europe des nations ) :    deux niveaux qui ne sont pas  en concurrence mais qui au contraire  se renforcent l’un l’autre. L’indépendance, valeur cardinale, valait pour lui  tout autant pour les nations européennes que pour l’Europe dans son ensemble: il ne pouvait y avoir d’Europe indépendante si  ses composantes  nationales ne l’étaient pas.

Cette culture européenne, il s’était très tôt appliqué, comme l’a montré le professeur Larcan, à bien  la connaître.   Familier de  la littérature française, il   s’efforça   très jeune d’ étudier  un  grand auteur par pays:  Goethe pour  l’Allemagne  ( mais il citait aussi Hölderlin), Shakespeare pour l’Angleterre, Cervantes pour l’Espagne,   Dante pour l’Italie; pour la Russie, probablement  Tolstoï.    Il ne chercha  pas en revanche comme Jacques Chirac  à  comprendre les civilisations orientales : il savait que l’européenne, la sienne,   suffisait à une vie;  pour le reste, il avait Malraux. 

Ajoutons que cet homme que les ignorants assimilent au   chauvinisme national le plus obtus, fut, avec Giscard d’Estaing, le seul chef d’Etat  de la Ve République à maitriser deux  langues étrangères[3].

Une telle approche  ridiculise  d’emblée ceux qui tiennent de Gaulle pour un homme du passé  qui, s’il était resté en vie aurait su évoluer , se serait rallié au fil des ans  à  l’Europe supranationale ou à la réintégration de  l’OTAN, comme les 306 députés UMP qui votèrent le traité de Lisbonne et les 329 qui approuvèrent celle-ci.

 

De Gaulle vs/ Monnet

 

Entre  les partisans  de l’ Europe de De Gaulle et celle des supranationaux, il n’y a pas  un  avant et un après, il y a une opposition fondamentale   qui  se fit jour à Londres  dès  juin 1940. Le 17  au soir, De Gaulle dîne chez Jean Monnet. Il lance son appel à  la radio de Londres le 18 au soir; le 19,  Monnet intervient auprès du cabinet  britannique pour qu’il cesse de parler. C’est en s’adressant directement à Churchill, dont la vision  de l’Europe n’était pas  très différente de la sienne, que De Gaulle retrouve le droit de s’exprimer  à la BBC.

A vrai dire, il n’y a jamais  eu   deux conceptions de l’Europe, il n’y en a qu’une, celle de De Gaulle. Celle de Monnet, qu’on lui oppose  - Monnet  que son père  avait envoyé vendre du cognac à Londres à  14 ans considérant que  les études ne servaient à rien -, était étrangère à la civilisation européenne; elle était   la section continentale de l’internationale mondialiste  dominée  par les Américains, le banc d’essai d’un Etat mondial,   comme il   le dit à la dernière ligne  de ses Mémoires: « la Communauté européenne n’est qu’une étape vers les formes d’organisation du monde de demain »[4].

Ce n’est pas par un attachement fétichiste  à la nation ou à l’Etat que De Gaulle refusait la conception supranationale , c’était par ce qu’il tenait pour la première qualité d’un homme d’Etat , le réalisme : « Je vois, dit–il,  l’Europe comme un ensemble de nations indestructibles. A quelle profondeur d’illusions ou de parti pris faudrait–il plonger pour croire que les nations européennes forgées au cours des siècles par des efforts ou des douleurs sans nombre, ayant chacune sa géographie et  son histoire, sa langue, ses traditions, ses institutions, pourraient cesser d’être elles-mêmes et n’en former qu’un seule ?[5]» .   

L’idée de confédération qu’il a opposée un temps aux projets fédéraux, n’était pour lui qu’ une perspective lointaine. Y croyait-il  seulement ? Il savait au moins, en bon politique,   qu’il fallait opposer projet à projet et ne pas rester sur le registre négatif.  Il croyait  en revanche à une collaboration étroite et permanente des principales puissances  européennes pour harmoniser leurs positions sur la scène internationale et y peser de  leurs  poids additionnés.[6] Et même « Il est conforme à leur nature qu’elles en viennent à former un tout ayant au milieu du monde son caractère et son organisation[7] ».

Autre marque de réalisme relatif  au projet européen : « là où il y a fédération, dit-il,  il y a toujours un fédérateur » ,  lequel , s’agissant d’Europe de l’après-guerre , ne pouvait être  que l’Amérique. De fait , sur toutes le querelles qui opposèrent De Gaulle aux Etats-Unis dans les années soixante ( et qui n’empêchèrent nullement  une union exemplaire dans les crises comme celles de Cuba et de Berlin) : la force multinationale, projet de Kennedy destiné à saborder la force de frappe française, l’entrée du Royaume-Uni dans le Marché commun, l’étalon -or, le retrait de l’organisation militaire intégrée de l’OTAN, le rapprochement avec l’URSS,  le  Vietnam, la guerre des Six jours, le Québec, les européistes à la Monnet, essentiellement   socialistes et démocrates-chrétiens, étaient du côté de Washington, comme si  les  deux causes, l‘Europe supranationale et l’allégeance atlantique, étaient indissociables.  Alors même que l‘entrée de Britanniques attachés à la souveraineté, qu’ils souhaitaient, aurait torpillé leur  projet.

Nous disons Europe supranationale : De Gaulle  ne disait jamais Europe  fédérale :  d’abord, parce que, maître du verbe,  il  évitait de donner un nom sympathique aux projets de  ses adversaires, ensuite parce  qu’il savait que  le projet de Bruxelles n’avait  rien de  fédéral.

 

De Gaulle, accoucheur de la Communauté européenne

 

Paradoxe : cette Europe institutionnelle qu’il n’aimait guère, De Gaulle contribua  plus que quiconque à ce qu’elle voie le jour. Il avait pourtant été  d’emblée     hostile à la  CECA et  à la CED, projets plus ou moins vite mort-nés et , s’il ne s’est pas  exprimé alors sur le  Traité de Rome instaurant le  Marché commun ou sur  l’Euratom,  on sait qu’il n’en était guère enthousiaste.  Et pourtant, revenu au pouvoir en 1958 , il mit tout son zèle à appliquer le traité de Rome et nul doute que s’il n’avait pas été là, ce traité  aurait fait aussi, pour les raisons que nous verrons,  long feu. Il tenait d’abord à  honorer  la signature toute fraiche de France, d’autant que la mise en œuvre  du traité apparaissait comme un défi  à relever: de 1959 à 1968, la France opéra, dans le cadre des Six et sous son égide,  le plus important  désarmement  douanier de son histoire.  Alors que les traités de la CECA et de la CED avaient été préparés sous l’égide  des Américains, ce ne fut pas le cas du   traité de Rome;   ils    n’acceptèrent jamais sa composante essentielle: le marché commun agricole.  Les Américains étaient  le  principal fournisseur de  céréales de l’Allemagne,  le  marché commun  devait permettre à la France de prendre leur place.  De Gaulle soutint d’autant plus  le traité qu’il    était favorable aux intérêts concrets des paysans  français, ce qui était, dans sa conception du leadership , important.   Monnet , assez naturellement,  avait  boudé lui  aussi le traité de Rome qui devait être pourtant la matrice de tous le développements institutionnels ultérieurs.

L’inféodation  des cinq autres membres de la Communauté économique européenne devait permettre aux Etats-Unis de faire avorter   le volet agricole. De  Gaulle  l’empêcha.  Il imposa  au forceps le 16 janvier 1962  le principe d’une politique agricole commune.  Mais le traité de Rome restait  ambigu :  derrière le volet technique , perçaient des arrière-pensées supranationales  que le général s’attacha à  mettre en veilleuse en abaissant la commission et notamment son président  Walter Hallstein, qui avait été impliqué dans le  projet paneuropéen  d’Hitler.  Il y parvint, après avoir fait la politique de la  chaise vide, au travers du compromis de Luxembourg  adopté  en janvier 1966  qui sauvegardait les droits des Etats sur leurs intérêts essentiels.    

Face aux prétentions  de la commission, le général de Gaulle tenta de promouvoir sa conception  de l’Europe, fondée sur une  étroite coopération politique des Six , respectueuse des droits  des Etats : ce fut le plan  Fouché (1962).  Ce plan  ayant été  refusé par une majorité d’ Etats – et les Etats-Unis -, le président français  se  rabattit sur le rapprochement franco-allemand, sorte de Plan Fouchet à deux, concrétisé par le traité du 23 janvier 1963, dit traité de l’ Elysée. Ayant dès le mois de septembre 1958 invité le chancelier Adenauer à Colombey-les-deux-Eglises, privilège dont lui seul eut l’honneur,  De Gaulle avait dès le départ vu  le partenariat   franco-allemand comme  la colonne vertébrale de la future Europe.  On  a trop dit que  ce traité avait été saboté par le Bundestag, qui lui adjoignit un préambule  tendant à le vider  de sa substance ; pas assez  que  ce coup de  poignard dans la réconciliation franco-allemande ( après un siècle de guerres)  avait été préparé par Jean Monnet, à l’instigation des Américains; pourtant   ce traité s’avéra, à long terme,   un relatif succès, plaçant le dialogue   franco-allemand  ( les  Allemands ont  horreur  que l’on parle de couple !) au centre   de la construction européenne.

De Gaulle  comptait aussi  sur l’application du traité de Rome pour obliger la France à se moderniser, au moins jusqu’à un certain point : lui  qui avait préféré en 1945 le plan Pleven au plan Mendès-France, plus exigeant, avait  assez de  réalisme politique  pour mesurer les limites de  cet exercice.  Il veilla  néanmoins , après la dévaluation de 1958, à ce que le franc ne décrochât  plus du  mark. La contrainte économique qui en résulta   est peut-être une des raisons de l ’explosion de Mai 1968. En dévaluant  le franc de plus de 20 % par rapport au mark à l’été 1969, Georges Pompidou  donna au contraire un coup de fouet sans précédent  à l’économie française dont la  magnifique croissance, de 1969 à 1974 permit de rattraper en partie notre retard.

Hors cela, on ne voit pas  de lien direct entre les  troubles qui entrainèrent, dix mois après,  le départ  du général et les enjeux européens; bien au contraire, la régionalisation qu’il soumit  à référendum de 1969 n’avait rien pour déplaire à Bruxelles.  A moins qu’on ne considère les questions  européennes que comme un simple volet de l’affrontement   franco-américain qui connut son climax en 1966-67,   et les  évènements de mai 1968 comme une revanche des forces sombres, principalement transatlantiques,  que  le général avait eu, comme nul autre avant et après lui, l’audace d’affronter.  Un affrontement qui n’avait rien de fatal  puisque les premiers mois de   1969, juste avant son départ, virent au contraire une belle lune de miel franco-américaine  dès lors que le général trouva à Washington   un interlocuteur à sa convenance en la personne de son admirateur Richard Nixon.  Mai 68 et ses suites économiques mirent  en tous les cas fin à toute  idée de retour à l’étalon-or  et de déstabilisation du dollar.

Depuis l’adoption du compromis de Luxemburg, un équilibre avait  été trouvé à six dans l’organisation européenne: les marathons agricole de fin d’année   donnaient l’apparence d’un affrontement permanent mais ils gardaient un caractère technique. On était loin cependant de  l’Europe dont le général de Gaulle avait rêvé: il n’avait  convaincu aucun de ses partenaires qu’elle  devait  prendre ses distances  vis-à-vis de la puissance américaine  et,   selon Alain Peyrefitte[8], le De Gaulle des dernières années pestait souvent contre  la machinerie de Bruxelles à laquelle il n’avait jamais adhéré qu’à contre-cœur. L’Europe gaullienne n’a  jamais vraiment  existé.

 

Après De Gaulle: Pompidou et Giscard d’Estaing  

 

C’est à  tort, selon nous, que l’on considère que Pompidou aurait trahi  l’héritage européen du général. S’il donna  le feu vert à l’entrée du Royaume-Uni dans  le marché commun, le général n’y avait pas opposé un refus de principe, seulement la nécessité d’un délai plus ou moins  long. Pompidou, il est vrai, précipita les choses. Si De Gaulle n’a jamais dit comme le veut la  légende « je veux l’Angleterre nue», il les aurait sans doute  fait trainer davantage. Le Brexit, 45 ans après,  a  montré combien il avait été lucide sur la difficulté d’intégrer  le Royaume Uni à une quelconque entreprise européenne.

Les accrochages mémorables entre  Michel Jobert et Henry Kissinger montrent que le France de Pompidou n’était pas encore inféodée  à l’Amérique. Cependant, la fructueuse coopération avec le gouvernement  Nixon se poursuivit.

Les personnalités   comptant autant que les doctrines, rien ne dit que De Gaulle aurait sympathisé plus que Pompidou avec Willy Brandt. Il reste que la  conséquence majeure de l’Ostpolitik, les accords d’Helsinki (1975), furent une   victoire posthume des idées gaulliennes.

Valéry Giscard d’Estaing   avait été ministre du général. Entre les gaullistes et les atlantistes, il fut un des rares  à  adhérer  sincèrement   à l’idée d’ une  Europe « fédérale » indépendante des Etats-Unis, alors  que   la plupart des supranationaux ne distinguaient guère  l’européisme de d’atlantisme le plus servile. Il s’exprima dans ce sens en promouvant  la création d’un  conseil des chefs d’Etat et de gouvernement  dont le concept était conforme à la  vision gaullienne,  et en instaurant avec  Helmut Schmidt un partenariat de haut niveau  relativement   égalitaire. Il se fourvoya cependant en pensant que  l’élection du Parlement   européen au suffrage universel allait favoriser l’émergence d’une Europe forte. Ouvert à  toutes les influences extérieures , ce grand corps  informe fut un des moyens de l’inféodation du continent.

La crise des euromissiles vit Giscard, ambigu par rapport aux Soviétiques, s’éloigner de l’atlantisme  sur un terrain que  n’aurait   pas forcement choisi  le général , intraitable quand les intérêts fondamentaux de l’Occident  étaient en jeu.   La France de Mitterrand apporta   au contraire   un soutien essentiel  à l’Amérique de  Reagan  en approuvant   l’implantation des euromissiles américains en Europe ( implantation  sans laquelle l’Europe occidentale se serait trouvée  assez vite   finlandisée ). Mais bien peu ont vu qu’il  ne put  le faire  que parce que  la   politique d’indépendance du général de Gaulle  avait conjuré durablement  la tentation pacifiste dans l’hexagone  - à la différence du reste de l’Europe. Kissinger avait d’ailleurs reconnu, dès 1973,  que la politique d’indépendance française avait plutôt renforcé qu’affaibli   l’Alliance atlantique. Voilà peut-être l’ultime contribution du général à l’équilibre européen et  même,  indirectement,   à la chute du communisme.

 

Mitterrand et Chirac

 

Peut-être plus que De Gaulle,  François Mitterrand et Jacques Chirac, au fond d’eux-mêmes,  pensaient d’abord français.  Mais l’opportunisme politique  les conduisit à se rallier, l’un et l’autre,  à la construction européenne. Mitterrand , tout en protégeant un Chevènement  - comme Chirac ne sut jamais le faire  avec ses propres souverainistes ouvrant un boulevard  au Front national - , devait tenir compte de la  culture européiste profondément ancrée  au parti socialiste, surtout dans la deuxième gauche rocardienne, démocratie chrétienne  décolorée, qu’il avait habilement intégrée à ce  parti.   Chirac, suivant une arithmétique sommaire, pensait qu’il ne pouvait être  élu président sans  les voix  du centre.

 

La fin du communisme,  réalisation  de la prophétie gaullienne

 

Le tournant des années quatre-vingt-dix vit l’effondrement  du communisme , événement majeur pour  l’Europe, conforme aux prophéties du général de Gaulle.  En théorie, il ouvrait les  portes d’une Europe de l’Atlantique à l’Oural mais la rivalité persistante des Etats-Unis et de la Russie l’empêcha.  Il permit seulement  l’ élargissement de l’Union européenne à l’Est et, par la multiplication des membres , le renforcement de la commission .  Il n’est pas sûr que De Gaulle aurait fait tant de difficultés que Mitterrand  à la réunification de l’Allemagne  qu’il  pensait  inévitable , ni que l‘élargissement de l’Union européenne au Sud et à l’Est aurait  suscité chez lui  les réserves qu’expriment   certains de nos « souverainistes »,  ignorants  des  liens historiques forts qui attachent la plupart de ces pays à  la France . Il reste  que,  dans le cadre institutionnel actuel, cela ne pouvait aboutir qu’à  donner une majorité à des  petits pays le plus  souvent  téléguidés de Washington.

 

La mutation de 1992

 

Au même moment l’Europe institutionnelle connaissait en 1992 une mutation importante, marquée par la réforme de la  PAC et l’instauration de la  monnaie unique : le cœur du réacteur     européen cessait  d’être  agricole   pour devenir monétaire.

L’Acte unique, enfant de Jacques Delors, négocié par la gauche,  était voté par la droite en 1987. Au motif  de  faire un marché  parfait  tel qu’en  rêvent les économistes en chambre, il centralisait  l’essentiel de la  législation économique et sociale à Bruxelles, affaiblissant autant  le fédéralisme allemand que le Parlement français, devenu dès lors  une chambre d’enregistrement de  la réglementation européenne, ce qui    ne devait pas peu contribuer au discrédit de la classe politique en France comme  en Europe.  En même temps, la politique  intégriste de la concurrence appliquée par Bruxelles privait les Etats, dont  la France, de toute possibilité de mener une politique industrielle active.

Le GATT, moteur  efficace de la mondialisation commerciale, avait depuis longtemps affaibli  l’identité  européenne en faisant baisser partout les  tarifs douaniers  industriels. Si l’Europe était ouverte au grand large, l’Union douanière n’avait plus de sens. Sauf en matière agricole où la PAC  première manière instaurait des  barrières  protectrices solides.  A force de   coups de boutoir, les Etats-Unis  obtinrent que l’agriculture, jusque-là exemptée,   entrât dans la mécanique du GATT : le principe en    fut concédé    par Mitterrand en tête à tête  avec Reagan en  1984, puis mis en œuvre par Chirac en 1986. Cette banalisation de l’agriculture qui passa par les étapes de la réforme de la  PAC  en 1992 et les accords de Casablanca en 1995,  devait faire perdre à la construction  européenne  d’origine, celle que précisément le général de Gaulle avait soutenue, une partie de  sa raison d’être.  

 

La monnaie unique

 

Au même moment, toujours sous l’égide de Mitterrand, puis de Chirac, l’Europe institutionnelle se cherchait  une nouvelle  identité au travers de la  monnaie unique instaurée par  le Traité de Maastricht en 1992. Il n’avait jamais  été question de monnaie unique dans les années soixante, mais qui  peut imaginer que  De Gaulle aurait donné son accord à l’abandon définitif     d’un des  piliers fondamentaux  de la souveraineté, le droit de battre monnaie, avec tout ce  qui allait avec comme la maîtrise de la politique économique ?     Si le général avait  voulu, sans succès,   que le franc  vogue  de conserve avec le mark, c’était bien évidemment sans contrainte  et non sous la  férule de Bruxelles.

Considérons aussi que le général connaissait l’économie : il s’y était   mis  tard,  à l‘école de Jacques Rueff,  mais  en était venu à la  comprendre très bien au point de susciter  l’admiration de son maître: les conférences de presse qu’il y consacrait  étaient d’une admirable clarté pédagogique.  Pompidou et Giscard la connaissaient aussi . A partir de  Mitterrand, jusqu’à aujourd’hui, l’ignorance règne.  Que l’euro tel qu’il a été conçu, c’est-à-dire le mark repeint, dut  être un frein considérable à la croissance et de la France et de l’ Europe, et donc un instrument  de leur  déclin,  il nous semble que lui  l’aurait compris.  

Au moins deux  autres évolutions récentes de la construction européenne  sont aux antipodes de  la pensée gaullienne: la perte sans précédent de l’indépendance  de l’Europe  et l’évolution du rapport franco-allemand .

 

Une Europe de moins en moins indépendante

 

On peut  dire que plus la construction européenne a avancé, plus l’Europe a perdu de son indépendance vis à vis de son allié américain,  au point d’épouser aujourd’hui aveuglément, sous la bannière d’une OTAN largement sortie de son rôle originel,    toutes les mauvaises causes  dans lesquelles les hommes qui commandent à Washington, spécialement les « néo-conservateurs », ont réussi à l’entrainer : guerre des Balkans,  regime change   au Proche-Orient,  guerre d’Ukraine, sanctions  à l’encontre de la  Russie ou  exercices militaires provocateurs dans les pays  baltes.  

Pensons qu’ en 1956, onze ans après la fin de la seconde guerre mondiale et avant la signature du  traité de Rome,  Guy Mollet et Anthony Eden purent se mettre d’accord sur une expédition militaire conjointe au Proche-Orient  contre le vœu de Etats-Unis  (qu’elle ait mal tourné  sur le  plan diplomatique est une autre question : ils avaient pu   l’entreprendre). Aujourd’hui, Bruxelles n’oserait même  pas dépêcher  un émissaire dans cette région sans l’aval du  Département  d’Etat [9]. Une étape de cette évolution a été  le traité de Maastricht qui  subordonne explicitement   la politique européenne de sécurité commune (PESC)  à  celle de l’OTAN (article J 4) .

Dernier à résister à l’imperium américain, Jacques Chirac refusa – avec l’Allemagne – de participer à  la guerre d’Irak de 2003.  On dit  alors à Washington que la France serait « punie » . Peut-être par l’élection de trois présidents tenus de Washington avec une laisse de plus en plus  courte.   La réintégration plénière de l’OTAN  que Sarkozy fit approuver  à la plupart des députés  dits « gaullistes », constitue une étape importante  du  processus d’asservissement  de l’Europe. Ainsi, loin de s’opposer, l’indépendance de l’Europe et celle des Etat européens, comme l’avait vu le général,  vont de pair : là où  celle des Etats  s’affaiblit, celle de l’Europe aussi.

Inséparable de l’indépendance est la démocratie. Le référendum du 29 mai 2005 qui vit les Français repousser le projet de constitution européenne préparé par Giscard  montrait les résistances croissantes que  l’Europe de Bruxelles rencontrait auprès des peuples. Qu’une copie à peine amendée de ce projet, dite Traité de Lisbonne,  ait pu, quelques mois après,  être ratifiée   par le Parlement, constituait une injure à  la doctrine   gaulliste si respectueuse de la souveraineté populaire.

 

France-Allemagne: un  déséquilibre dangereux

 

L’autre évolution totalement  contraire aux vues du général est celle de la relation franco-allemande : il ne la concevait  qu’égalitaire,  et encore,  en 1963, du fait de son poids personnel,  l’avantage   était-il à la France.  Ce n’est pas tant la réunification ( qui n’apporta à l’Allemagne que 5 % de PIB en plus avec une montagne de problèmes) que l’euro avec ses effets   dissymétriques, qui a  transformé peu à peu le partenariat    en un rapport de subordination de la France   à l’Allemagne.  Mais encore plus décisifs dans cette évolution furent les  complexes  de la classe dirigeante  française: à force de traiter  par le mépris  l’héritage du général de Gaulle, elle est retombée dans une sorte de néo-vichysme   corrosif pour la  relation franco-allemande.  Avec la guerre du Kosovo (1999),   la France  de Chirac se joignait à   une opération de destruction de son allié historique  serbe, au bénéfice de pays sous influence  allemande. La même année, dans  le  traité de Nice (1999), Chirac consentait   à ce que la représentation parlementaire de l’Allemagne soit supérieure à celle de la  France, au-delà même de ce qu’exigeait la démographie.  La domination économique de l’Allemagne  que le carcan de l’euro  empêche désormais de rééquilibrer comme Pompidou avait su  le faire dans les années soixante-dix, au lieu de  rapprocher le peuples, les éloigne dangereusement. Et encore la  germanophobie n’a-t-elle pas encore  atteint en France  le niveau  de l’ Italie,  pays fondateur de la construction européenne  traditionnellement  le plus europhile  devenu le plus europhobe. Elle a pour contrepartie le mépris croissant, quasi-raciste, de beaucoup d’ Allemands pour les PIGS[10].

Asservissement sans précédent de la politique  étrangère européenne  à celle des Etats-Unis, affaiblissement par rapport au reste du monde et récession, déséquilibres économiques croissants et   ressentiments réciproques  des  peuples:  nous sommes loin de l’Europe telle que l’ avait  voulue le général de Gaulle:  indépendante, prospère et fondée sur le  rapprochement de peuples restés  libres . Même s’il n‘en a jamais formulé l’idée, Charles de Gaulle  a eu l’intuition de ce qu’était  le fait idéologique;  il l’ appelait  « les chimères », antithèse du réalisme dont il faisait sa règle absolue. En devenant de plus en plus  idéologique, l’Europe ne pouvait que s’éloigner de l’idée  que s’en faisaient les  grands européens de l’après-guerre comme De Gaulle, Churchill ou  Adenauer. L’idéologie obéit à ce que Hayek a appelé   «  la  loi des effets contraires aux buts recherchés ». Nous y sommes. 

 

Roland HUREAUX

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1] A l’occasion du 50e anniversaire du traité de Rome, mars 2007. 

[2] Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir, tome 1, page 181 .

[3] Pompidou et  Mitterrand ne parlaient pas de langue étrangère. Chirac, Sarkozy et Macron ne savent  à notre connaissance , plus ou moins bien, que l’anglais .

[4] Jean Monnet, Mémoires,  tome 2 , page 794,  Livre de Poche

[5] Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir, tome 1, page 200.

[6] Les pays européens de second rang ne tenaient pas  beaucoup  de place dans la vision européenne de Charles de Gaulle. Ils étaient , il est vrai,  les plus inféodés à Washington.

[7] Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir, tome 1, page 181

[8] Alain Peyrefitte, C’était De Gaulle, tome 3

[9] C’est ainsi que l’UE confia une mission à Tony Blair au Proche-Orient en 2007.

[10] PIIGS : Portugal, Italie, Grèce, Espagne ( Spain).

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 11:20

Du péché originel au transhumanisme

 

La question du péché originel ne concerne pas seulement l’événement mystérieux de la chute  première  ni  ne se réduit  à la théorie scolastique  de sa transmission.

Elle touche une réalité existentielle plus fondamentale : l’état  moral lamentable de l’humanité depuis les origines de l’histoire  – et sans doute avant.

 

« Pire qu’une bête ! »

 

Il ne s’agit pas que  des « petites » fautes : mensonges, vols, parjures, adultères . Il faut avancer en âge pour mesurer  la profondeur abyssale du mal  que les hommes peuvent commettre : guerres , spécialement  guerres civiles affreuses,  cruautés sans nombre , notamment contre les femmes et les enfants  , souvent associées à d’inimaginables perversions sexuelles, injustices particulièrement odieuses et  cachées ( comme celles que décrit Balzac dans  ses romans). Des guerres qui causent d’immenses souffrances sont décidées par très peu d’hommes .

Si l’on considère  la parole, don si précieux,  l’ampleur de certains mensonges, individuels et surtout collectifs laisse rêveur  . Si l’on considère l’économie  monétaire, nécessité anthropologie irrécusable,   quels abus  inimaginables ne recèle-t-elle pas , surtout  aujourd’hui ? 

On pourrait évoquer aussi les dérives  de cette institution fondamentale qui porte le nom  d’une des vertus, la justice,  dérives contre lesquelles  l’Ancien testament lui-même ne cesse de nous mettre en garde ( Ps 72 ;  Is 1, 23  et  5, 23 ;  Mi 3,  11) .  

De telles turpitudes ne  se trouvent pas chez les animaux.   S’il est vrai qu’un animal comme le tigre  ( ou  le chat !) peut , dit-on,  pratiquer la cruauté gratuite, il ne  l’inflige  pas à  ses congénères

Certes les carnivores  n’ont jamais épargné les herbivores.  Bien avant le péché originel,  les dinosaures carnivores  mangeaient les dinosaures  herbivores . Mais leur cruauté n’allait jamais au-delà de leurs nécessités vitales.    Pas davantage les guerres , les perversions sexuelles, les massacres gratuits  internes à l’espèce n’existent dans le règne animal.  Chez les animaux, les violences se  limitent presque toujours à la recherche de la nourriture et, parfois , à la rivalité sexuelle, bref au seul souci de la perpétuation de l’individu  ou de l’espèce.

On pourrait aussi regarder les conséquences du  péché. Toutes ces turpitudes rendent les hommes  malheureux , pas seulement comme victimes mais aussi comme coupables . Il  est rare que les fautes ( par  exemple l’avarice extrême) rendent heureux. La culpabilité , le suicide sont   aussi le propre  de l’homme [1] . De l’homme seul,  on peut dire qu’il  lui arrive de gâcher sa vie et qu’il aurait pu, en se comportant autrement, être bien plus heureux qu’il n’est. 

 

Le passage à l’humanité

 

L’important est de voir  que ces turpitudes sans nombre  sont le corollaire de l’entrée en humanité,  de ce qui  fait le propre de l’homme  : l’intelligence, la liberté, le sens du bien et du mal  , la spiritualité, une augmentation considérable de ses  capacités  par rapport à celles de l’animal.

Le fait de l’évolution est difficilement  discutable mais l’entrée de l’animal en humanité reste problématique.  Selon les penseurs de la dialectique  ( Hegel, Marx), une évolution quantitative , par exemple la taille du cerveau, entraîne de manière automatique un jour ou l’autre une mutation qualitative.  Des singes , puis des anthropoïdes de plus en plus   intelligents  ( comme la paléontologie en suit les traces ) doivent nécessairement devenir un jour des hommes tels que nous les connaissons .

Si l’Eglise catholique  reconnait le fait de  l’évolution, elle  n’a cependant jamais renoncé à affirmer que, conformément  au récit de la Genèse, il  ne suffisait pas   que l’homme soit modelé  à partir de la terre ou « d’une   matière vivante déjà existante »  dit Pie XII [2].  Pour devenir tel  , il fallait  qu’il reçoive en sus  le souffle de Dieu ,  un supplément  d’âme ou plutôt une âme tout court , événement précis , situé dans le temps même si on ne sait absolument ni quand ni où.  

Face à ces deux thèses, la dialectique du passage du quantitatif au qualitatif  ou l’adjonction d’une âme  , il se pourrait que  nous soyons bientôt fixés. S’il est vrai que  les progrès exponentiels de l’intelligence artificielle  doivent permettre  de faire bientôt des robots dotés de la même capacité  neuronale   que l’homme ( qui n’est pas mince : environ deux cent milliards de neurones  interconnectés ), nous saurons s’ils sont  alors  automatiquement dotés d’ une âme  ou pas.   

 

Election  de l’homme

 

Il reste  que cette    intervention de Dieu   sur un animal   donné,  pour lui  conférer son  souffle , ressemble bien à une élection.   Un acte  gratuit du Créateur  qui, à un moment donné,  choisit un animal , certes plus évolué que les autres mais qui  aurait peut-être pu continuer son petit bonhomme de chemin comme hominidé,   pour en faire   infiniment  plus : un être  doté de liberté  , de sens moral et dont  on pourra dire  pour cela  qu’ il est  fait à l‘image et à la ressemblance de Dieu, promis à   la vie éternelle.

L’élection divine  va ainsi de pair , dans l’espèce humaine,  avec la déchéance morale le plus extrême. – et  cette  autre forme de déréliction qu’est le   malheur, comme s’il y avait un lien consubstantiel entre élection divine et déchéance, non certes  un lien de principe  puisqu’il faut faire la part  de la bonté de l’acte créateur et de la liberté humaine,  mais  un lien de fait.   

Les  guerres affreuses du XXe siècle , les massacres immenses comme la  Shoah montrent que , malgré la montée des  bons sentiments et des institutions issus de la civilisation  chrétienne ou  de  son prolongement,  les Lumières : l’ONU, l’essor du droit international, la défense des  droits de l’homme, la  suppression de la  peine de mort ,   la chronique criminelle de l’humanité   n’est pas terminée.  Moins qu’à un progrès continu , il semble qu’on ait affaire à une croissance parallèle du bon grain et de l’ivraie , du bien et du mal, telle que la  décrit  l’Evangile.

 

Vicissitudes du peuple élu

 

Il en va de même   dans cette  autre élection que nous rapporte la Bible : celle du  peuple de Dieu, le peuple hébreu qui bénéficie non seulement d’une protection divine particulière , l’Alliance,  mais aussi  du don de la  Loi  à Moïse , rappel  de la loi naturelle, destinée  à  en clarifier  les obligations . Le médiateur de l’Alliance est   le Grand prêtre assisté par  un clergé dédié  dont la mission est  d’assurer  le culte de Yahvé mais aussi de maintenir  cette loi , afin que le peuple hébreu ne   la perde jamais de vue comme d’autres peuples   ont  pu le  faire – et comme l’avaient fait, selon la Genèse,  presque tous  les hommes avant  le Déluge .

Ce n’est pas   tomber dans l’antisémitisme mais suivre tout simplement  ce que dit l’Ancien testament  que de rappeler que l’élection divine  non seulement  n’a pas rendu le peuple élu meilleur mais au moins aussi mauvais   : Ps 14 ; Is , 6,  9 ;  Am 3,2 . Il est le peuple « à la nuque raide » que Yahvé est souvent tenté d’exterminer (Ex 33, 3) mais qu’il aime quand-même .

Dès le temps des  patriarches, les frères de  Joseph  se mettent d’accord pour le mettre à mort, puis pour le vendre. A peine sortis du « pays d’Egypte » et avoir bénéficié de la  révélation de la  Loi sur le mont Sinaï , les Hébreux au désert se mettent  à fabriquer et adorer  un  veau d’or. La situation  ne cesse de se dégrader au temps de Juges :  les Hébreux qui ont trouvé la terre promise  y multiplient pourtant les infidélités, au point que Dieu les prive  de l’usage exclusif de cette terre (Juges,  2 20-23).   Le premier roi d’Israël , Saül , tourne mal. Les rois David et Salomon , pourtant hommes éminents,  très proches de Dieu , tombent  dans des  fautes graves : mise à mort d’ Uri , mari  de Bethsabée pour le premier, idolâtrie sous l’ influence de  ses  nombreuses épouses pour le second. En punition des péchés de David, son fils  Absalom se révolte et s’unit, une à une,  aux  femmes  de son père ;  en punition des péchés de Salomon, le royaume est divisé en deux . Les rois qui se succèdent alors  sont en partie idolâtres  en Juda et le sont tous en Israël. La sanction tombe : la prise de Jérusalem par les Babyloniens  ( - 587) et la déportation.

Dieu  envoie les  prophètes aux Juifs ( nouveau nom de Hébreux, par référence à la seule tribu de Juda), pour leur rappeler sans cesse leurs devoirs  négligés,  leur reprocher leurs  turpitudes ( en premier lieu l’oppression des  pauvres : Is 5,8  et 11,4 ; Jr 34 8-22 ; Mi 2,2, Ne 5 1-13  ) et les avertir  des châtiments qui s’annoncent . Les  passages des Psaumes ou des prophètes condamnant le peuple élu pour  ses fautes  sont très nombreux.  Jésus Christ rappelle que ce  peuple, irrité d’entendre leurs  admonestations, a régulièrement  mis à mort les prophètes que Dieu lui envoyait , sa propre mort se situant  dans la continuation de ce rejet.

Aux fautes contre les commandements de base  ( idolâtrie, meurtres, vols, adultères,  faux témoignage, injustice  pour les pauvres  etc.), les Juifs de la basse  Antiquité ajoutent une  nouvelle perversion, que nous avons appelée le pharisaïsme qui, prend , elle , les  apparences de la vertu .  Péché au second degré, il  consiste    à prendre la loi comme une fin en soi sans accomplir  ce qui en est  la raison  d’être : l’amour de Dieu et du prochain . Une perversion que  ne devait pas être, est-il nécessaire du dire ?  le propre des Juifs .

L’histoire  du peuple hébreu et sans doute l’expérience de  la perversion pharisienne  qu’il connaissait pour avoir été lui-même   pharisien   ont  conduit saint Paul  à donner un nouveau sens à  la Loi. Il dit presque ouvertement cette chose choquante  qu’elle n’avait pas pour  but  de rendre  les Hébreux  meilleurs mais au contraire de les  rendre pire ( ou en tous les cas de leur faire prendre pleinement conscience qu’ils étaient mauvais )   afin qu’ils ressentent  mieux  , dans leur déchéance,  la nécessité d’une rédemption. 

« La loi, elle est intervenue pour que se multipliât  la faute » ( Rm 5, 20).  

 « La loi ne fait que donner connaissance du péché » (Rm 3, 20).

« Qu’est-ce à dire ? Que la Loi est péché ?  Certes non ! Seulement , je n’ai connu le péché que par la Loi.  Et de fait, j’aurais ignoré la convoitise si  la Loi ne m’avait dit : Tu ne convoiteras pas ! Mais saisissant l’occasion, le péché, par le moyen du précepte  produisit en moi toute espèce de convoitise : car sans la Loi  le péché n’est qu’un mort (Rm 7, 7-8) .

« Ah ! Je vivais jadis sans la Loi mais  quand le précepte est survenu,  le péché a pris vie tandis que moi je suis mort , et il s’est trouvé que le précepte fait pour la vie me conduisit à la mort »  ( Rm   7, 9-10).  

Ainsi selon saint Paul, la loi est cause de péché . Et il  se passe avec le peuple juif la  même chose qu’avec l’humanité dans son ensemble : le commandement du jardin d’Eden de ne  pas toucher au fruit défendu a provoqué la chute de l’humanité, la loi de Moïse précipite dans la déchéance une grande  partie des Hébreux.

 

Et l’Eglise !

 

Nous  en arrivons à une troisième élection, quoique beaucoup de  chrétiens la considèrent comme  la continuation de la précédente  : celle de l’Eglise.

Là aussi la sainteté  que l’on pouvait attendre de la nouvelle communauté issue du sacrifice du Fils  est loin d’être  au rendez-vous.

Les fautes imputées à  l’ Eglise  sont bien connues , dénoncées à satiété par  la propagande antichrétienne. On lui reproche l’usage de la  violence ( Croisades, guerres de religion), l’intolérance ( Inquisition ) ou l’injustice de ses tribunaux, voire leur obscurantisme ( affaire Galilée),   les obstacles mis à certains progrès  , sa passivité relative face à l’esclavage ou aux situations d’oppression de toutes sortes, la corruption  et la cupidité de certains prélats, l’hypocrise de ceux d’entre eux qui vivent dans  le  luxe ou la volupté, le népotisme. Et n’oublions pas des reproches scabreux plus proches de nous.  Qu’il y ait des  exagérations  dans ces accusations  n’empêche pas qu’ il y ait aussi du   vrai.

Ne sont pas concernés que le clergé mais aussi l’ensemble des fidèles : « ils vont à la messe mais ils ne sont pas meilleurs que les autres ! »

Parmi les griefs particuliers faits aux Eglises chrétiennes figurent leurs divisions séculaires,   mais aussi  le pharisaïsme qui n’est pas en définitive une perversion plus juive que chrétienne , notamment  au travers du durcissement de la loi de type janséniste ou rigoriste , qui a suscité en matière sexuelle la réaction libertaire  que l’on sait, tout aussi  perverse. 

Le procès contre l’Eglise, qui est d’abord un procès contre le clergé  ou les fidèles  de premier rang ,   s’ étend  aux nations  chrétiennes dans leur  ensemble .

Il n’est certes pas question de  nier les  apports incontestables de la civilisation  chrétienne  ; elle est sans nul doute la première de la terre  par ses accomplissements. Le progrès scientifique et technique, la  démocratie  et les droits de l’homme    se situent dans sa filiation , légitime ou non . On peut y ajouter des réalisations artistiques inégalées comme l’art roman ou gothique, voire baroque et  la musique polyphonique.

 

Les débordements de l’Europe chrétienne

 

Il reste que cette supériorité a son revers.

Le premier est que se trouvant à partir du XVe siècle plus forte que le reste du monde, elle a tendu à  déborder sur lui , généralement par la force, pour le meilleur et pour le pire. Il n’est pas sûr que les Occidentaux aient  commis plus de  massacres ou d’atrocités  que d’autres cultures hégémoniques dans la passé,  ni que ceux qu’auraient   commis les autres si c’était eux qui avaient été en avance .  Les  sociétés  traditionnelles ont cependant  été bouleversées par la colonisation,     épreuve  cruelle pour beaucoup. Savoir si    ces bouleversements  furent  pires   que ceux que suscite aujourd’hui   la mondialisation   , laquelle  touche aussi l’Europe chrétienne   et tend à la détruire  à son tour, demeure une question ouverte . Certaines des cultures antérieures présentaient des  tares qui les feront peu regretter : sacrifices humains  massifs au Mexique, anthropophagie dans les Caraïbes   ou l’Océanie. Mais , sans donner dans   l’angélisme, il semble bien que d’autres cultures  « premières » y ont perdu au contraire une certaine innocence.  L’Eglise ne reconnait certes pas la notion de « bon sauvage » à cause du péché originel . Il reste que  certains peuples ( pas tous)  présentent  dans  leur état  natif  une vertu collective qui a frappé les observateurs  : ainsi les Indiens des Grandes Antilles , aujourd’hui disparus, ou certains groupes  de Pygmées.  Plus vulnérables , ils ont été aussi  plus durement frappés, y compris par d’autres groupes indigènes.  Ce sont ces vertus préchrétiennes, ( rappelées par saint Paul : « quand les païens privés de la Loi  se tiennent  à  eux-mêmes lieu de loi , ils montrent la réalité de cette loi inscrite en leur cœur » ( Rm, 2, 14) que le pape François a  voulu  honorer dans le dernier  synode sur l’Amazonie.

L’autre effet pervers de la culture européenne , lié non point tant au christianisme lui-même  qu’à  sa dégénérescence contemporaine est le fait idéologique . « Le monde moderne est plein d’anciennes vertus chrétiennes devenues folles (Chesterton). »  Même s’il s’est ultérieurement  répandu dans  le reste du  monde ( Chine, Cambodge) , le fait idéologique qui se trouve  à la racine des pires  crimes contre l’humanité,   tel qu’il a été décrit par Hannah Arendt et d’autres , trouve  son  origine dans la culture occidentale ( la Révolution française, Marx) .

Quoique dans la théologie  catholique , l’Eglise , « épouse  du Christ »,  demeure pure et sans tache  ,  sa réalité sociologique et  historique ne fut guère plus brillante que celle du peuple  juif  telle que l’ont décrite les prophètes . Il est classique de distinguer la personne de l’Eglise de son personnel  . Cela est certes moins visible du fait qu’un  chrétien renégat[3] n’est plus considéré  comme un chrétien, alors qu’un  juif en rupture  reste  , dans l’opinion commune, un  juif, mais n’en  reste pas moins vrai.

Il est d’ailleurs fréquent qu’on l’on applique  aussi  à l’Eglise  ( au sens large, pas seulement  la hiérarchie mais l’ensemble des baptisés ) l’image que le  prophète Osée applique au peuple d’Israël : celle d’  une prostituée que le prophète  épouse pour la purifier de ses  vices et continue  d’aimer malgré ses infidélités  , comme  Dieu  fait alliance  avec un peuple  rebelle et impur. Le regretté Maurice Clavel ne parlait il pas de « Notre putain  de mère l’Eglise »,   que le Christ réépouse chaque  jour pour la purifier ?   

 

Election, déchéance, rédemption : le mystère de la Croix

 

Il fait ainsi partie du mystère , non seulement du peuple élu et  de l’Eglise, mais,  au travers de   la  doctrine du péché originel  et de son histoire  entière , de l’homme lui-même,  que l’élection y soit  inséparable de la corruption, voire de la  déréliction.

Considérer le mystère du péché originel sans ses   prolongements dans l’histoire serait  donc très réducteur.

Les turpitudes de  l’ humanité vont avec son élection et tout ce que celle-ci apporte : la liberté, la responsabilité, le sens du bien et du mal.

On voit ainsi quels risques ferait courir au monde la réussite du projet transhumaniste, du projet   d’élever de manière artificielle les capacités de l’homme : dans la lignée de ce que nous voulons de dire , au supplément de pouvoir  correspondrait sans doute un supplément de malfaisance . Le premier projet transhumaniste , ne fut-il pas le national-socialisme dont l’ambition avouée  était   de créer une  surhumanité par la lutte pour la vie ( et donc la guerre) et la génétique, sur la base d’une science il est vrai sommaire  ?   

Pour revenir à  l’humanité ordinaire,  la  perte de   dignité qui semble intrinsèque à ses capacités a  trouvé , dans la vision chrétienne, son comble  dans la passion de   Jésus Christ  qui est l’aboutissement  de l’histoire juive dans la mesure où Jésus est juif et que  la responsabilité  de sa mort, historiquement partagée entre les Juifs et les Romains,  est aussi celle de l’Eglise et , au-delà,  de toute l’humanité.  Le  Concile de Trente  le rappelle :    « Si  l'on veut chercher le motif qui porta le Fils de Dieu à subir une si douloureuse Passion, on trouvera que ce furent, outre la faute héréditaire de nos premiers parents, les péchés et les crimes que les hommes ont commis depuis le commencement du monde jusqu'à ce jour, ceux qu'ils commettront encore jusqu'à la consommation des siècles.(…) Les pécheurs eux-mêmes furent les auteurs et comme les instruments de toutes les peines qu'il endura. (…)  Et il faut le reconnaître, notre crime à nous dans ce cas est plus grand que celui des Juifs. Car eux, au témoignage de l’Apôtre, s’ils avaient connu le Roi de gloire, ils ne L’auraient jamais crucifié. Nous, au contraire, nous faisons profession de Le connaître. Et lorsque nous Le renions par nos actes, nous portons en quelque sorte sur Lui nos mains déicides. »  (Catéchisme 1e partie, chapitre 5 - 3).

 Non seulement les juifs mais aussi les chrétiens et,  au-delà,   tous les hommes portent donc  la responsabilité  d’avoir mis  mort le Fils de Dieu venu à la rencontre de ces mêmes hommes  pour leur dire qu’il les aimait à l’infini.

Election, déchéance et rédemption sont le trois moments qui, de manière si l’on peut dire homothétique s’appliquent  au peuple juif, à l’Eglise chrétienne et à l’humanité entière.

Parmi ces turpitudes, la Croix est le crime suprême et,   par un retournement que seul permet la puissance de Dieu, le moment suprême de la Rédemption, rédemption qui est une  nouvelle création et aussi une nouvelle élection. « Là où le pêché a abondé , la grâce a surabondé » ( Rm 5, 20) .

 

Roland HUREAUX

 

 

 

  

 

 

[1] Comme l’avortement qui  a  souvent cet effet.  

[2] « Le magistère de l'Eglise n'interdit pas que la doctrine de l' " évolution ", dans la mesure où elle recherche l'origine du corps humain à partir d'une matière déjà existante et vivante - car la foi catholique nous ordonne de maintenir la création immédiate des âmes par Dieu - soit l'objet, dans l'état actuel des sciences et de la théologie d'enquêtes et de débats entre les savants de l'un et de l'autre partis »  Pie XII, Humani generis, 1950 . 

[3] Par exemple Hitler ou Staline .

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 11:17

LA POLITIQUE ETRANGERE  DE TRUMP EST PLUS RATIONNELLE QU’ON NE CROIT

 

Seule sa réélection peut garantir la paix en Europe

Ecrit en 2019

Les Européens, qui ne font que suivre les idées dominantes  dans  la presse américaine, se trompent complètement sur la politique étrangère de Donald Trump : il serait, dit-on, imprévisible, incompétent  et   ne songerait qu’à mettre la planète à feu et à sang. Les journaux publient toujours la même photo où il apparait comme un furieux capable des pires extrémités.

La vérité est à l’opposé : la politique étrangère de Trump, compte tenu des contraintes qu’il subit, est parfaitement rationnelle et elle est même une garantie de paix, bien plus que ne le serait celle de son rival démocrate Biden, tributaire des réseaux les plus bellicistes,  ceux qui soutenaient le  couple Obama-Clinton.  

Disons-le tout net : sa politique a fait beaucoup pour favoriser la   paix au Proche-Orient : il est le premier président depuis Ronald Reagan, à n’ avoir commencé aucune guerre, alors que son prédécesseur est responsable de quatre (Libye, Syrie, Ukraine, Yémen), ce qui ne l’a pas empêché de recevoir le prix Nobel de la Paix . Ajoutons que grâce à lui, la Syrie et l’Irak sont sur la voie de la pacification. Il a engagé en outre un dialogue inédit avec les talibans d’Afghanistan et la Corée du Nord. 

Dès sa campagne électorale, Donald Trump avait affiché ses objectifs proche-orientaux et , pour l’essentiel, s’y est tenu  :  mettre fin aux regime change, à la doctrine qui voulait démocratiser les pays arabes par tous les moyens , au besoin en les bombardant ou en  y appuyant les islamistes les plus fanatiques, soutenir d’avantage  Israël, ce qui passait  par la rupture que l’on peut juger regrettable de l’accord  de Vienne avec l’Iran ou, plus symbolique,  le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem.

Par derrière, un objectif inavoué : apaiser les relations avec Poutine, que Trump , poursuivi en justice par ses adversaires sur un soupçon de collusion avec Moscou , n’a pu atteindre qu’en partie . Il a néanmoins instauré une certaine détente  tout en maintenant une forte pression sur la Russie.

 

Un virage stratégique essentiel

 

Dans le triangle Amérique-Russie-Monde musulman, on peut dire en simplifiant que Trump a mis fin à l’alliance malsaine remontant au pacte du Quincy (1945) entre les Etats-Unis et l’aile la plus rétrograde de l’islam, notamment les mouvements terroristes actifs en Syrie, financés par les monarchies pétrolières.  Il a tenté de lui substituer une alliance avec le Russie contre le terrorisme islamique qui s’est traduite d’emblée  par la destruction de Daech. Dans la première configuration, qui était celle d’ Obama et  Clinton , l’Europe n’avait à attendre  que   des dommages collatéraux : terrorisme, immigration. Dans la deuxième, elle peut respirer.  

Ce changement, même entravé, devrait susciter chez les Européens une immense gratitude : ils avaient tout à perdre des scénarii   démocrates fous qui prévoyaient une guerre ultime contre la Russie dont l’Europe serait le théâtre, décrits  par George Friedman[1], président de Stratfor.  Nous devons sans doute aussi à Trump le recul du terrorisme en Europe, désormais privé de ses bases.

Derrière cette logique, une approche pragmatique : Trump défend les intérêts de l’Amérique d’abord (America first) et non point un projet mondialiste de démocratisation universelle, passant    par l’extension indéfinie du libre-échange, des migrations et de la théorie du genre.

Sans doute Donald Trump n’est-il pas un humaniste : il a opéré en 2018 des bombardements très spectaculaires en Syrie (tout en prévenant Poutine), il ne fait rien pour lever les sanctions inhumaines qui pèsent sur la Syriens  ni celles qui frappent la Russie, d’autant que leur levée profiterait   plus à l’économie européenne qu’à l’américaine.

Surtout, Trump subit des contraintes qui l’obligent à multiplier les leurres. La principale est celle d’une oligarchie médiatique, militaire et administrative, peut-être bancaire, ultranationaliste dont une partie ne songe qu’à en découdre avec Moscou. Les leurres : l’augmentation de crédits militaires, le mise en avant de faucons comme Pompeo ou Bolton qui ne sont pas les ultimes décideurs en matière de diplomatie, ce que le dernier nommé, vite retiré, a bien compris. Dans cette société belliciste qui se figure   dans un grand western planétaire, Trump, homme de communication comme l’était Reagan, a compris qu’il était moins dangereux de confier le rôle du bandit à l’Iran qu’à la Russie. L’assassinant de général Soleimani s’inscrit dans ce scénario ; après tout, il est moins grave de tuer un homme que de déclencher comme l’on fait ses quatre prédécesseurs, des guerres qui en tuent des centaines de milliers, ce que Téhéran a sans doute compris.

L’autre contrainte de Trump est son isolement intérieur qui le conduit à s’appuyer sur les réseaux sionistes les plus engagés, pas forcément juifs , comme les évangélistes qui forment sa base électorale.

Sur le scène extrême-orientale, Trump avait au départ envisagé de s’entendre aussi avec le président Xi. L’agressivité nouvelle de ce dernier, notamment dans la question de Taïwan, le rend difficile. D’autant que la guerre commerciale entre les deux puissances tend leurs relations, sans qu’à notre sens cela seul puisse être cause de conflit armé. La volonté de Trump d’opérer un rééquilibrage des échanges des Etats-Unis avec le reste du monde et singulièrement avec la Chine, si longtemps réclamé par les Européens, est pourtant légitime.

 

Roland HUREAUX  

 

[1] George Friedman, The emergent crisis in Europe, New York, 2015

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 11:16
LES REPENTANCES DE MACRON SONT AUSSI OFFENSANTES  POUR L’AFRIQUE QUE POUR LA FRANCE
11/02/2021
Il devient insupportable d’entendre le président Macron, chaque fois qu’il va en Afrique ( trop souvent à notre gré) cracher sur le passé de la France .  « Le colonialisme  , s’est-il cru obliger de dire à Abidjan , a été une erreur profonde et une faute de la République » .
Nous ne reviendrons  pas sur les arguments bien  connus qui réfutent ces propos sommaires : où en seraient ces pays s’il n’y avait  pas été colonisés  ?  D’autres, comme Driss Ghali dans Causeur [1], ont rappelé tout ce que la France avait  apporté à ses colonies africaines.
Macron s’abîme-t-il chaque  jour dans les affres de la culpabilité nationale ? Non . Au fond, il s’en fiche. Il dit cela parce qu’il se croit obligé de le dire. Ce faisant, il commet plusieurs  erreurs.   
D’abord il montre son ignorance. 
A une connaissance précise de l’histoire de nos anciennes colonies, prises une à une,  il substitue de poncifs   sur le  colonialisme en général   qui témoignent    de sa connaissance superficielle de la question. Sait-il qu’il fallut  en 1960 « pousser dehors » la Côte d’Ivoire qui aurait préféré rester  un département d’outre-mer ? Il est vrai que Houphouët Boigny avait été un ministre particulièrement en vue de  la  IVe République, un honneur  qu’aucune autre puissance coloniale n’avait accordé  à ses sujets.  

Sait-il que les  présidents de l’ancienne Afrique équatoriale française se sont cotisés pour ériger à Brazzaville  un mausolée à Savorgnan de Brazza qui avait fondé la colonie?

Sur le sujet de la colonisation  Macron ne  fait que répéter ce qu’on dit   dans les Universités américaines, gangrénées  par le politiquement correct  anticolonialiste . Il fut et reste le meilleur élève de Richard Descoings qui ne fit rien d’autre qu’américaniser  l’enseignement  des Sciences Po.   Il serait temps qu’il renouvelle sa culture  !

Chacun des pays que Macron visite est attaché à sa singularité . En leur appliquant  des clichés  passe-partout , il montre que, au  fond,  il ne s’intéresse pas vraiment    à eux.

 

Il est temps de traiter les Africains comme des gens normaux

 

Sent-il par ailleurs ce que peut avoir de blessant pour ses interlocuteurs  l’évocation du passé colonial ?   Rien de plus ambigu que la victimisation.  On ne rappelle  pas aux gens qu’ils ont été vaincus ou dominés, même sur le mode du repentir.  Dans le monde dur où nous vivons, être ou avoir été une victime n’a rien de glorieux.  Il faut    traiter  les Africains comme des  interlocuteurs  normaux . Que dirait-on si tout  président  italien ,  chaque fois qu’il visite  France,  venait  nous rappeler que nous avons été vaincus à Alésia , puis dominés,  fut-ce sur le mode de la  repentance?  Ces  subtilités échappent   à Monsieur Macron dont l’éducation ,  pour  avoir été bourgeoise,  ne comportait sûrement pas  ces délicatesses.

En clamant  que la colonisation a été   une « erreur » , il montre aussi  son absence de réflexion historique.  Erreur ? Tout au long de l’histoire ,  les civilisations   qui ont  pris de l’avance sur les autres  ,   ont été d’une manière ou d’une autre impérialistes vis-à-vis de leurs voisines  en retard . Les Perses, Grecs, les Romains, les Arabes, les Mongols  et pour finir les Européens.  C’est ainsi. Il n’y a pas à  pas avoir de repentance . Il faut seulement  savoir tourner la page .

Tous les guerres  africaines de la France ont d’ailleurs  fait bien moins de victimes que l’invasion du Congo-Kinshasa  par les troupes rwandaises de Paul Kagame entre 1997 et 1999, soit plusieurs millions. Non seulement  Macron n’a demandé  aucune repentance à ce personnage mais il ne manque  aucune occasion de  lui rendre les  honneurs , allant jusqu’à  l’inviter   au sommet du G7 de Biarritz et à promouvoir sa protégée à la tête de la francophonie. 

Il est vrai que certains  chefs d’Etat   africains usent ou  abusent de  l’alibi du mal que leur aurait fait la colonisation pour justifier leurs erreurs et  leur corruption. C’est particulièrement vrai de ceux de l ’Algérie. Le jeunes générations , tout aussi ignorantes que Macron de ce  que   fut    la colonisation , ne sont que trop promptes à  écouter ces discours . Il   ne sert qu’à entretenir  une  haine idéologique très éloignée de ce que  ressentaient  leurs pères colonisés  et qui est totalement stérile.  Macron rend un mauvais service à la jeunesse africaine  en l’entretenant. D’autant que ces sentiments sont transportés dans nos banlieues.          

Nous pourrions aussi rappeler qu’en  jouant  les coqs  quand il va en Afrique, il n ’ a pas pris la mesure du déclin de l’influence  française sur  ce continent  – dont la cessation du franc CFA dont il a l’air de se glorifier est un symbole . Seuls les dominants peuvent se payer le luxe de s’autodénigrer . Or la France ne domine plus rien sur  ce continent,  surtout  depuis son enlisement au Mali.  

 

Ne pas paver les  voies de la Chine

Mais comme là aussi les discours  oiseux risquent être  pris au sérieux,  à quoi sert désormais de vilipender  la colonisation    française sinon  à donner de la légitimité   aux entreprises concurrentes de la Chine,  de la Russie, des Etats-Unis , de l’Arabie saoudite bien moins respectueuses  de l’identité africaine que nous  ne l’avons été .

Ajoutons que les  pays africains   sont  des  pays  normaux , dont les chefs d’Etat , même corrompus,   savent ce qu’ils doivent à leurs peuples : ne pas les insulter, ne pas insulter leur histoire , les  rendre fiers de leur passé, soit les principes éternels  du leadership, exactement le contraire de ce que  fait Macron.  C’est dire que les rodomontades auto-flagellatoires du président français apparaissent aux Africains, comme  aux Asiatiques,  pour ce qu’elles sont : à la fois une bizarrerie et   le symbole de la décadence européenne.  L’intéressé n’en  récolte aucune estime, bien au contaire.   

Inculte, indélicat, pernicieux  et antinational, tel apparait Macron quand il fait ses virées  en Afrique. Il ferait  mieux  de rester chez lui.

 

Roland HUREAUX

 

 

 

 

[1] https://www.causeur.fr/macron-colonisation-afrique-maroc-170537

Partager cet article
Repost0