Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles RÉCents

Liens

7 juin 2022 2 07 /06 /juin /2022 11:46

Ecrit pour la revue Résurrection

La question du péché originel ne concerne pas seulement l’événement mystérieux de la chute  première  ni  ne se réduit  à la théorie scolastique  de sa transmission.

Elle touche une réalité existentielle plus fondamentale : l’état  moral lamentable de l’humanité depuis les origines de l’histoire  – et sans doute avant.

 

« Pire qu’une bête ! »

 

Il ne s’agit pas que  des « petites » fautes : mensonges, vols, parjures, adultères . Il faut avancer en âge pour mesurer  la profondeur abyssale du mal  que les hommes peuvent commettre : guerres , spécialement  guerres civiles affreuses,  cruautés sans nombre , notamment contre les femmes et les enfants  , souvent associées à d’inimaginables perversions sexuelles, injustices particulièrement odieuses et  cachées ( comme celles que décrit Balzac dans  ses romans). Des guerres qui causent d’immenses souffrances sont décidées par très peu d’hommes .

Si l’on considère  la parole, don si précieux,  l’ampleur de certains mensonges, individuels et surtout collectifs laisse rêveur  . Si l’on considère l’économie  monétaire, nécessité anthropologie irrécusable,   quels abus  inimaginables ne recèle-t-elle pas , surtout  aujourd’hui ? 

On pourrait évoquer aussi les dérives  de cette institution fondamentale qui porte le nom  d’une des vertus, la justice,  dérives contre lesquelles  l’Ancien testament lui-même ne cesse de nous mettre en garde ( Ps 72 ;  Is 1, 23  et  5, 23 ;  Mi 3,  11) .  

De telles turpitudes ne  se trouvent pas chez les animaux.   S’il est vrai qu’un animal comme le tigre  ( ou  le chat !) peut , dit-on,  pratiquer la cruauté gratuite, il ne  l’inflige  pas à  ses congénères

Certes les carnivores  n’ont jamais épargné les herbivores.  Bien avant le péché originel,  les dinosaures carnivores  mangeaient les dinosaures  herbivores . Mais leur cruauté n’allait jamais au-delà de leurs nécessités vitales.    Pas davantage les guerres , les perversions sexuelles, les massacres gratuits  internes à l’espèce n’existent dans le règne animal.  Chez les animaux, les violences se  limitent presque toujours à la recherche de la nourriture et, parfois , à la rivalité sexuelle, bref au seul souci de la perpétuation de l’individu  ou de l’espèce.

On pourrait aussi regarder les conséquences du  péché. Toutes ces turpitudes rendent les hommes  malheureux , pas seulement comme victimes mais aussi comme coupables . Il  est rare que les fautes ( par  exemple l’avarice extrême) rendent heureux. La culpabilité , le suicide sont   aussi le propre  de l’homme [1] . De l’homme seul,  on peut dire qu’il  lui arrive de gâcher sa vie et qu’il aurait pu, en se comportant autrement, être bien plus heureux qu’il n’est. 

 

Le passage à l’humanité

 

L’important est de voir  que ces turpitudes sans nombre  sont le corollaire de l’entrée en humanité,  de ce qui  fait le propre de l’homme  : l’intelligence, la liberté, le sens du bien et du mal  , la spiritualité, une augmentation considérable de ses  capacités  par rapport à celles de l’animal.

Le fait de l’évolution est difficilement  discutable mais l’entrée de l’animal en humanité reste problématique.  Selon les penseurs de la dialectique  ( Hegel, Marx), une évolution quantitative , par exemple la taille du cerveau, entraîne de manière automatique un jour ou l’autre une mutation qualitative.  Des singes , puis des anthropoïdes de plus en plus   intelligents  ( comme la paléontologie en suit les traces ) doivent nécessairement devenir un jour des hommes tels que nous les connaissons .

Si l’Eglise catholique  reconnait le fait de  l’évolution, elle  n’a cependant jamais renoncé à affirmer que, conformément  au récit de la Genèse, il  ne suffisait pas   que l’homme soit modelé  à partir de la terre ou « d’une   matière vivante déjà existante »  dit Pie XII [2].  Pour devenir tel  , il fallait  qu’il reçoive en sus  le souffle de Dieu ,  un supplément  d’âme ou plutôt une âme tout court , événement précis , situé dans le temps même si on ne sait absolument ni quand ni où.  

Face à ces deux thèses, la dialectique du passage du quantitatif au qualitatif  ou l’adjonction d’une âme  , il se pourrait que  nous soyons bientôt fixés. S’il est vrai que  les progrès exponentiels de l’intelligence artificielle  doivent permettre  de faire bientôt des robots dotés de la même capacité  neuronale   que l’homme ( qui n’est pas mince : environ deux cent milliards de neurones  interconnectés ), nous saurons s’ils sont  alors  automatiquement dotés d’ une âme  ou pas.   

 

Election  de l’homme

 

Il reste  que cette    intervention de Dieu   sur un animal   donné,  pour lui  conférer son  souffle , ressemble bien à une élection.   Un acte  gratuit du Créateur  qui, à un moment donné,  choisit un animal , certes plus évolué que les autres mais qui  aurait peut-être pu continuer son petit bonhomme de chemin comme hominidé,   pour en faire   infiniment  plus : un être  doté de liberté  , de sens moral et dont  on pourra dire  pour cela  qu’ il est  fait à l‘image et à la ressemblance de Dieu, promis à   la vie éternelle.

L’élection divine  va ainsi de pair , dans l’espèce humaine,  avec la déchéance morale le plus extrême. – et  cette  autre forme de déréliction qu’est le   malheur, comme s’il y avait un lien consubstantiel entre élection divine et déchéance, non certes  un lien de principe  puisqu’il faut faire la part  de la bonté de l’acte créateur et de la liberté humaine,  mais  un lien de fait.   

Les  guerres affreuses du XXe siècle , les massacres immenses comme la  Shoah montrent que , malgré la montée des  bons sentiments et des institutions issus de la civilisation  chrétienne ou  de  son prolongement,  les Lumières : l’ONU, l’essor du droit international, la défense des  droits de l’homme, la  suppression de la  peine de mort ,   la chronique criminelle de l’humanité   n’est pas terminée.  Moins qu’à un progrès continu , il semble qu’on ait affaire à une croissance parallèle du bon grain et de l’ivraie , du bien et du mal, telle que la  décrit  l’Evangile.

 

Vicissitudes du peuple élu

 

Il en va de même   dans cette  autre élection que nous rapporte la Bible : celle du  peuple de Dieu, le peuple hébreu qui bénéficie non seulement d’une protection divine particulière , l’Alliance,  mais aussi  du don de la  Loi  à Moïse , rappel  de la loi naturelle, destinée  à  en clarifier  les obligations . Le médiateur de l’Alliance est   le Grand prêtre assisté par  un clergé dédié  dont la mission est  d’assurer  le culte de Yahvé mais aussi de maintenir  cette loi , afin que le peuple hébreu ne   la perde jamais de vue comme d’autres peuples   ont  pu le  faire – et comme l’avaient fait, selon la Genèse,  presque tous  les hommes avant  le Déluge .

Ce n’est pas   tomber dans l’antisémitisme mais suivre tout simplement  ce que dit l’Ancien testament  que de rappeler que l’élection divine  non seulement  n’a pas rendu le peuple élu meilleur mais au moins aussi mauvais   : Ps 14 ; Is , 6,  9 ;  Am 3,2 . Il est le peuple « à la nuque raide » que Yahvé est souvent tenté d’exterminer (Ex 33, 3) mais qu’il aime quand-même .

Dès le temps des  patriarches, les frères de  Joseph  se mettent d’accord pour le mettre à mort, puis pour le vendre. A peine sortis du « pays d’Egypte » et avoir bénéficié de la  révélation de la  Loi sur le mont Sinaï , les Hébreux au désert se mettent  à fabriquer et adorer  un  veau d’or. La situation  ne cesse de se dégrader au temps de Juges :  les Hébreux qui ont trouvé la terre promise  y multiplient pourtant les infidélités, au point que Dieu les prive  de l’usage exclusif de cette terre (Juges,  2 20-23).   Le premier roi d’Israël , Saül , tourne mal. Les rois David et Salomon , pourtant hommes éminents,  très proches de Dieu , tombent  dans des  fautes graves : mise à mort d’ Uri , mari  de Bethsabée pour le premier, idolâtrie sous l’ influence de  ses  nombreuses épouses pour le second. En punition des péchés de David, son fils  Absalom se révolte et s’unit, une à une,  aux  femmes  de son père ;  en punition des péchés de Salomon, le royaume est divisé en deux . Les rois qui se succèdent alors  sont en partie idolâtres  en Juda et le sont tous en Israël. La sanction tombe : la prise de Jérusalem par les Babyloniens  ( - 587) et la déportation.

Dieu  envoie les  prophètes aux Juifs ( nouveau nom de Hébreux, par référence à la seule tribu de Juda), pour leur rappeler sans cesse leurs devoirs  négligés,  leur reprocher leurs  turpitudes ( en premier lieu l’oppression des  pauvres : Is 5,8  et 11,4 ; Jr 34 8-22 ; Mi 2,2, Ne 5 1-13  ) et les avertir  des châtiments qui s’annoncent . Les  passages des Psaumes ou des prophètes condamnant le peuple élu pour  ses fautes  sont très nombreux.  Jésus Christ rappelle que ce  peuple, irrité d’entendre leurs  admonestations, a régulièrement  mis à mort les prophètes que Dieu lui envoyait , sa propre mort se situant  dans la continuation de ce rejet.

Aux fautes contre les commandements de base  ( idolâtrie, meurtres, vols, adultères,  faux témoignage, injustice  pour les pauvres  etc.), les Juifs de la basse  Antiquité ajoutent une  nouvelle perversion, que nous avons appelée le pharisaïsme qui, prend , elle , les  apparences de la vertu .  Péché au second degré, il  consiste    à prendre la loi comme une fin en soi sans accomplir  ce qui en est  la raison  d’être : l’amour de Dieu et du prochain . Une perversion que  ne devait pas être, est-il nécessaire du dire ?  le propre des Juifs .

L’histoire  du peuple hébreu et sans doute l’expérience de  la perversion pharisienne  qu’il connaissait pour avoir été lui-même   pharisien   ont  conduit saint Paul  à donner un nouveau sens à  la Loi. Il dit presque ouvertement cette chose choquante  qu’elle n’avait pas pour  but  de rendre  les Hébreux  meilleurs mais au contraire de les  rendre pire ( ou en tous les cas de leur faire prendre pleinement conscience qu’ils étaient mauvais )   afin qu’ils ressentent  mieux  , dans leur déchéance,  la nécessité d’une rédemption. 

« La loi, elle est intervenue pour que se multipliât  la faute » ( Rm 5, 20).  

 « La loi ne fait que donner connaissance du péché » (Rm 3, 20).

« Qu’est-ce à dire ? Que la Loi est péché ?  Certes non ! Seulement , je n’ai connu le péché que par la Loi.  Et de fait, j’aurais ignoré la convoitise si  la Loi ne m’avait dit : Tu ne convoiteras pas ! Mais saisissant l’occasion, le péché, par le moyen du précepte  produisit en moi toute espèce de convoitise : car sans la Loi  le péché n’est qu’un mort (Rm 7, 7-8) .

« Ah ! Je vivais jadis sans la Loi mais  quand le précepte est survenu,  le péché a pris vie tandis que moi je suis mort , et il s’est trouvé que le précepte fait pour la vie me conduisit à la mort »  ( Rm   7, 9-10).  

Ainsi selon saint Paul, la loi est cause de péché . Et il  se passe avec le peuple juif la  même chose qu’avec l’humanité dans son ensemble : le commandement du jardin d’Eden de ne  pas toucher au fruit défendu a provoqué la chute de l’humanité, la loi de Moïse précipite dans la déchéance une grande  partie des Hébreux.

 

Et l’Eglise !

 

Nous  en arrivons à une troisième élection, quoique beaucoup de  chrétiens la considèrent comme  la continuation de la précédente  : celle de l’Eglise.

Là aussi la sainteté  que l’on pouvait attendre de la nouvelle communauté issue du sacrifice du Fils  est loin d’être  au rendez-vous.

Les fautes imputées à  l’ Eglise  sont bien connues , dénoncées à satiété par  la propagande antichrétienne. On lui reproche l’usage de la  violence ( Croisades, guerres de religion), l’intolérance ( Inquisition ) ou l’injustice de ses tribunaux, voire leur obscurantisme ( affaire Galilée),   les obstacles mis à certains progrès  , sa passivité relative face à l’esclavage ou aux situations d’oppression de toutes sortes, la corruption  et la cupidité de certains prélats, l’hypocrise de ceux d’entre eux qui vivent dans  le  luxe ou la volupté, le népotisme. Et n’oublions pas des reproches scabreux plus proches de nous.  Qu’il y ait des  exagérations  dans ces accusations  n’empêche pas qu’ il y ait aussi du   vrai.

Ne sont pas concernés que le clergé mais aussi l’ensemble des fidèles : « ils vont à la messe mais ils ne sont pas meilleurs que les autres ! »

Parmi les griefs particuliers faits aux Eglises chrétiennes figurent leurs divisions séculaires,   mais aussi  le pharisaïsme qui n’est pas en définitive une perversion plus juive que chrétienne , notamment  au travers du durcissement de la loi de type janséniste ou rigoriste , qui a suscité en matière sexuelle la réaction libertaire  que l’on sait, tout aussi  perverse. 

Le procès contre l’Eglise, qui est d’abord un procès contre le clergé  ou les fidèles  de premier rang ,   s’ étend  aux nations  chrétiennes dans leur  ensemble .

Il n’est certes pas question de  nier les  apports incontestables de la civilisation  chrétienne  ; elle est sans nul doute la première de la terre  par ses accomplissements. Le progrès scientifique et technique, la  démocratie  et les droits de l’homme    se situent dans sa filiation , légitime ou non . On peut y ajouter des réalisations artistiques inégalées comme l’art roman ou gothique, voire baroque et  la musique polyphonique.

 

Les débordements de l’Europe chrétienne

 

Il reste que cette supériorité a son revers.

Le premier est que se trouvant à partir du XVe siècle plus forte que le reste du monde, elle a tendu à  déborder sur lui , généralement par la force, pour le meilleur et pour le pire. Il n’est pas sûr que les Occidentaux aient  commis plus de  massacres ou d’atrocités  que d’autres cultures hégémoniques dans la passé,  ni que ceux qu’auraient   commis les autres si c’était eux qui avaient été en avance .  Les  sociétés  traditionnelles ont cependant  été bouleversées par la colonisation,     épreuve  cruelle pour beaucoup. Savoir si    ces bouleversements  furent  pires   que ceux que suscite aujourd’hui   la mondialisation   , laquelle  touche aussi l’Europe chrétienne   et tend à la détruire  à son tour, demeure une question ouverte . Certaines des cultures antérieures présentaient des  tares qui les feront peu regretter : sacrifices humains  massifs au Mexique, anthropophagie dans les Caraïbes   ou l’Océanie. Mais , sans donner dans   l’angélisme, il semble bien que d’autres cultures  « premières » y ont perdu au contraire une certaine innocence.  L’Eglise ne reconnait certes pas la notion de « bon sauvage » à cause du péché originel . Il reste que  certains peuples ( pas tous)  présentent  dans  leur état  natif  une vertu collective qui a frappé les observateurs  : ainsi les Indiens des Grandes Antilles , aujourd’hui disparus, ou certains groupes  de Pygmées.  Plus vulnérables , ils ont été aussi  plus durement frappés, y compris par d’autres groupes indigènes.  Ce sont ces vertus préchrétiennes, ( rappelées par saint Paul : « quand les païens privés de la Loi  se tiennent  à  eux-mêmes lieu de loi , ils montrent la réalité de cette loi inscrite en leur cœur » ( Rm, 2, 14) que le pape François a  voulu  honorer dans le dernier  synode sur l’Amazonie.

L’autre effet pervers de la culture européenne , lié non point tant au christianisme lui-même  qu’à  sa dégénérescence contemporaine est le fait idéologique . « Le monde moderne est plein d’anciennes vertus chrétiennes devenues folles (Chesterton). »  Même s’il s’est ultérieurement  répandu dans  le reste du  monde ( Chine, Cambodge) , le fait idéologique qui se trouve  à la racine des pires  crimes contre l’humanité,   tel qu’il a été décrit par Hannah Arendt et d’autres , trouve  son  origine dans la culture occidentale ( la Révolution française, Marx) .

Quoique dans la théologie  catholique , l’Eglise , « épouse  du Christ »,  demeure pure et sans tache  ,  sa réalité sociologique et  historique ne fut guère plus brillante que celle du peuple  juif  telle que l’ont décrite les prophètes . Il est classique de distinguer la personne de l’Eglise de son personnel  . Cela est certes moins visible du fait qu’un  chrétien renégat[3] n’est plus considéré  comme un chrétien, alors qu’un  juif en rupture  reste  , dans l’opinion commune, un  juif, mais n’en  reste pas moins vrai.

Il est d’ailleurs fréquent qu’on l’on applique  aussi  à l’Eglise  ( au sens large, pas seulement  la hiérarchie mais l’ensemble des baptisés ) l’image que le  prophète Osée applique au peuple d’Israël : celle d’  une prostituée que le prophète  épouse pour la purifier de ses  vices et continue  d’aimer malgré ses infidélités  , comme  Dieu  fait alliance  avec un peuple  rebelle et impur. Le regretté Maurice Clavel ne parlait il pas de « Notre putain  de mère l’Eglise »,   que le Christ réépouse chaque  jour pour la purifier ?   

 

Election, déchéance, rédemption : le mystère de la Croix

 

Il fait ainsi partie du mystère , non seulement du peuple élu et  de l’Eglise, mais,  au travers de   la  doctrine du péché originel  et de son histoire  entière , de l’homme lui-même,  que l’élection y soit  inséparable de la corruption, voire de la  déréliction.

Considérer le mystère du péché originel sans ses   prolongements dans l’histoire serait  donc très réducteur.

Les turpitudes de  l’ humanité vont avec son élection et tout ce que celle-ci apporte : la liberté, la responsabilité, le sens du bien et du mal.

On voit ainsi quels risques ferait courir au monde la réussite du projet transhumaniste, du projet   d’élever de manière artificielle les capacités de l’homme : dans la lignée de ce que nous voulons de dire , au supplément de pouvoir  correspondrait sans doute un supplément de malfaisance . Le premier projet transhumaniste , ne fut-il pas le national-socialisme dont l’ambition avouée  était   de créer une  surhumanité par la lutte pour la vie ( et donc la guerre) et la génétique, sur la base d’une science il est vrai sommaire  ?   

Pour revenir à  l’humanité ordinaire,  la  perte de   dignité qui semble intrinsèque à ses capacités a  trouvé , dans la vision chrétienne, son comble  dans la passion de   Jésus Christ  qui est l’aboutissement  de l’histoire juive dans la mesure où Jésus est juif et que  la responsabilité  de sa mort, historiquement partagée entre les Juifs et les Romains,  est aussi celle de l’Eglise et , au-delà,  de toute l’humanité.  Le  Concile de Trente  le rappelle :    « Si  l'on veut chercher le motif qui porta le Fils de Dieu à subir une si douloureuse Passion, on trouvera que ce furent, outre la faute héréditaire de nos premiers parents, les péchés et les crimes que les hommes ont commis depuis le commencement du monde jusqu'à ce jour, ceux qu'ils commettront encore jusqu'à la consommation des siècles.(…) Les pécheurs eux-mêmes furent les auteurs et comme les instruments de toutes les peines qu'il endura. (…)  Et il faut le reconnaître, notre crime à nous dans ce cas est plus grand que celui des Juifs. Car eux, au témoignage de l’Apôtre, s’ils avaient connu le Roi de gloire, ils ne L’auraient jamais crucifié. Nous, au contraire, nous faisons profession de Le connaître. Et lorsque nous Le renions par nos actes, nous portons en quelque sorte sur Lui nos mains déicides. »  (Catéchisme 1e partie, chapitre 5 - 3).

 Non seulement les juifs mais aussi les chrétiens et,  au-delà,   tous les hommes portent donc  la responsabilité  d’avoir mis  mort le Fils de Dieu venu à la rencontre de ces mêmes hommes  pour leur dire qu’il les aimait à l’infini.

Election, déchéance et rédemption sont le trois moments qui, de manière si l’on peut dire homothétique s’appliquent  au peuple juif, à l’Eglise chrétienne et à l’humanité entière.

Parmi ces turpitudes, la Croix est le crime suprême et,   par un retournement que seul permet la puissance de Dieu, le moment suprême de la Rédemption, rédemption qui est une  nouvelle création et aussi une nouvelle élection. « Là où le pêché a abondé , la grâce a surabondé » ( Rm 5, 20) .

 

Roland HUREAUX

 

 

 

  

 

 

[1] Comme l’avortement qui  a  souvent cet effet.  

[2] « Le magistère de l'Eglise n'interdit pas que la doctrine de l' " évolution ", dans la mesure où elle recherche l'origine du corps humain à partir d'une matière déjà existante et vivante - car la foi catholique nous ordonne de maintenir la création immédiate des âmes par Dieu - soit l'objet, dans l'état actuel des sciences et de la théologie d'enquêtes et de débats entre les savants de l'un et de l'autre partis »  Pie XII, Humani generis, 1950 . 

[3] Par exemple Hitler ou Staline .

Partager cet article
Repost0
7 juin 2022 2 07 /06 /juin /2022 11:44
 
Il devient insupportable d’entendre le président Macron, chaque fois qu’il va en Afrique ( trop souvent à notre gré) cracher sur le passé de la France .  « Le colonialisme  , s’est-il cru obliger de dire à Abidjan , a été une erreur profonde et une faute de la République » .
Nous ne reviendrons  pas sur les arguments bien  connus qui réfutent ces propos sommaires : où en seraient ces pays s’il n’y avait  pas été colonisés  ?  D’autres, comme Driss Ghali dans Causeur [1], ont rappelé tout ce que la France avait  apporté à ses colonies africaines.
Macron s’abîme-t-il chaque  jour dans les affres de la culpabilité nationale ? Non . Au fond, il s’en fiche. Il dit cela parce qu’il se croit obligé de le dire. Ce faisant, il commet plusieurs  erreurs.   
D’abord il montre son ignorance. 
A une connaissance précise de l’histoire de nos anciennes colonies, prises une à une,  il substitue de poncifs   sur le  colonialisme en général   qui témoignent    de sa connaissance superficielle de la question. Sait-il qu’il fallut  en 1960 « pousser dehors » la Côte d’Ivoire qui aurait préféré rester  un département d’outre-mer ? Il est vrai que Houphouët Boigny avait été un ministre particulièrement en vue de  la  IVe République, un honneur  qu’aucune autre puissance coloniale n’avait accordé  à ses sujets.  

Sait-il que les  présidents de l’ancienne Afrique équatoriale française se sont cotisés pour ériger à Brazzaville  un mausolée à Savorgnan de Brazza qui avait fondé la colonie?

Sur le sujet de la colonisation  Macron ne  fait que répéter ce qu’on dit   dans les Universités américaines, gangrénées  par le politiquement correct  anticolonialiste . Il fut et reste le meilleur élève de Richard Descoings qui ne fit rien d’autre qu’américaniser  l’enseignement  des Sciences Po.   Il serait temps qu’il renouvelle sa culture  !

Chacun des pays que Macron visite est attaché à sa singularité . En leur appliquant  des clichés  passe-partout , il montre que, au  fond,  il ne s’intéresse pas vraiment    à eux.

 

Il est temps de traiter les Africains comme des gens normaux

 

Sent-il par ailleurs ce que peut avoir de blessant pour ses interlocuteurs  l’évocation du passé colonial ?   Rien de plus ambigu que la victimisation.  On ne rappelle  pas aux gens qu’ils ont été vaincus ou dominés, même sur le mode du repentir.  Dans le monde dur où nous vivons, être ou avoir été une victime n’a rien de glorieux.  Il faut    traiter  les Africains comme des  interlocuteurs  normaux . Que dirait-on si tout  président  italien ,  chaque fois qu’il visite  France,  venait  nous rappeler que nous avons été vaincus à Alésia , puis dominés,  fut-ce sur le mode de la  repentance?  Ces  subtilités échappent   à Monsieur Macron dont l’éducation ,  pour  avoir été bourgeoise,  ne comportait sûrement pas  ces délicatesses.

En clamant  que la colonisation a été   une « erreur » , il montre aussi  son absence de réflexion historique.  Erreur ? Tout au long de l’histoire ,  les civilisations   qui ont  pris de l’avance sur les autres  ,   ont été d’une manière ou d’une autre impérialistes vis-à-vis de leurs voisines  en retard . Les Perses, Grecs, les Romains, les Arabes, les Mongols  et pour finir les Européens.  C’est ainsi. Il n’y a pas à  pas avoir de repentance . Il faut seulement  savoir tourner la page .

Tous les guerres  africaines de la France ont d’ailleurs  fait bien moins de victimes que l’invasion du Congo-Kinshasa  par les troupes rwandaises de Paul Kagame entre 1997 et 1999, soit plusieurs millions. Non seulement  Macron n’a demandé  aucune repentance à ce personnage mais il ne manque  aucune occasion de  lui rendre les  honneurs , allant jusqu’à  l’inviter   au sommet du G7 de Biarritz et à promouvoir sa protégée à la tête de la francophonie. 

Il est vrai que certains  chefs d’Etat   africains usent ou  abusent de  l’alibi du mal que leur aurait fait la colonisation pour justifier leurs erreurs et  leur corruption. C’est particulièrement vrai de ceux de l ’Algérie. Le jeunes générations , tout aussi ignorantes que Macron de ce  que   fut    la colonisation , ne sont que trop promptes à  écouter ces discours . Il   ne sert qu’à entretenir  une  haine idéologique très éloignée de ce que  ressentaient  leurs pères colonisés  et qui est totalement stérile.  Macron rend un mauvais service à la jeunesse africaine  en l’entretenant. D’autant que ces sentiments sont transportés dans nos banlieues.             

Nous pourrions aussi rappeler qu’en  jouant  les coqs  quand il va en Afrique, il n ’ a pas pris la mesure du déclin de l’influence  française sur  ce continent  – dont la cessation du franc CFA dont il a l’air de se glorifier est un symbole . Seuls les dominants peuvent se payer le luxe de s’autodénigrer . Or la France ne domine plus rien sur  ce continent,  surtout  depuis son enlisement au Mali.  

 

Ne pas paver les  voies de la Chine

Mais comme là aussi les discours  oiseux risquent être  pris au sérieux,  à quoi sert désormais de vilipender  la colonisation    française sinon  à donner de la légitimité   aux entreprises concurrentes de la Chine,  de la Russie, des Etats-Unis , de l’Arabie saoudite bien moins respectueuses  de l’identité africaine que nous  ne l’avons été .

Ajoutons que les  pays africains   sont  des  pays  normaux , dont les chefs d’Etat , même corrompus,   savent ce qu’ils doivent à leurs peuples : ne pas les insulter, ne pas insulter leur histoire , les  rendre fiers de leur passé, soit les principes éternels  du leadership, exactement le contraire de ce que  fait Macron.  C’est dire que les rodomontades auto-flagellatoires du président français apparaissent aux Africains, comme  aux Asiatiques,  pour ce qu’elles sont : à la fois une bizarrerie et   le symbole de la décadence européenne.  L’intéressé n’en  récolte aucune estime, bien au contraire.   

Inculte, indélicat, pernicieux  et antinational, tel apparait Macron quand il fait ses virées  en Afrique. Il ferait  mieux  de rester chez lui.

 

Roland HUREAUX

 

 

 

 

[1] https://www.causeur.fr/macron-colonisation-afrique-maroc-170537

Partager cet article
Repost0
7 juin 2022 2 07 /06 /juin /2022 11:42

 

S’il fallait  un témoignage du vent de folie qui souffle aux Etats-Unis à la suite de la guerre de Syrie,  on le trouvera dans  la loi intitulée « Caesar Syria Civilians Protection Acta ». Ce texte voté il y a un an par la Chambre des représentants mais qui vient d’être confirmé dans un texte plus large permet  de sanctionner tout gouvernement ou toute entité privée qui contribuerait  à la reconstruction de la Syrie. Quoique d’origine démocrate, il  aurait récemment le visa du président Trump.

Cette loi est particulièrement  inhumaine quand on sait l’ampleur des destructions dont  la Syrie a souffert – et qui font obstacle au retour des quelques millions de réfugiés .

Napoléon qualifiait l’Angleterre et aurait encore mieux qualifié les Etats-Unis de « nation de   boutiquiers » .  L’idée chevaleresque que quand la guerre est terminée ,  vainqueur ou vaincu, on tourne la page et on s’entraide  à reconstruire ensemble étrangère  la mentalité anglo-saxonne. Loin aussi l’esprit du plan Marshall qui vit les Etats-Unis aider massivement l’Europe détruite de 1945.

Mais cette intransigeance  s’explique aussi  par la dimension idéologique qu’a prise cette guerre. Les Américains ne conçoivent pas qu’une guerre qu’ils mèneraient ne soit pas une guerre du bien contre le  mal –  comme tous les idéologues.  Pour se conforter dans ce sentiment  ils ont construit  au fil des ans une machine de propagande colossale qui peut persuader  la terre entière que l’ennemi qu’ils combattent à un moment donné est  le pire  de monstres qu’ait connu l’humanité : hier Milosevic, puis Khadafi, , aujourd’hui Assad et pourquoi pas un jour Poutine ?  Et ce faisant , ils arrivent à s’en convaincre eux-mêmes . Nul  doute   que les membres de la   Chambre des représentants qui ont voté ce texte inique n’en soit convaincus.

La troisième explication    est que les Etats-Unis ne se remettent pas de ce qu’il faut  fait bien appeler un échec  an Syrie : ils ont soutenu militairement  les djihadistes pendant huit ans, de concert  avec les Européens, dans le but de renverser le président Assad,  et il est toujours en place. Nul doute qu’une partie des cercles dirigeants américains ne s’y résigne pas et  attend  la première occasion de  reprendre  le guerre pour  en finir avec  Assad. Dans son immense arrogance, la superpuissance ne conçoit pas l’échec. Ce n’est  pas le moins inquiétant.

Que sera le résultat de cette loi absurde ? Forcer le président  syrien à la démission ?  Après avoir résisté pendant huit ans à la coalition de la  première puissance du monde et du terrorisme international ,  il est peu probable qu’Assad abandonne la partie ; d’autant que s’il a résisté, c’est qu’il avait l‘essentiel de la population syrienne avec lui et que les sanctions ne vont faire que renforcer son loyalisme. Un retour immédiat à la paix  et la levée des sanctions normaliserait   la situation en Syrie : il est possible  que les Syriens envisagent alors  , hors de toute pression extérieure, de  remplacer Assad par un  gouvernement démocratique . Mais du fait du  Congrès, ce ne sera pas le cas .

L’autre  conséquence de la loi Caesar concerne plus directement la reconstruction du pays.  N’en doutons pas , il sera reconstruit,  mais par d’autres que les Occidentaux  . Par qui ? Les Russes ? Ils fournissent déjà l’aide militaire. Il est douteux qu’ils aient   le moyens de mener seuls ce  ce vaste chantier. On voit bien par  contre les Chinois   s’engouffrer  dans la brèche ainsi ouverte  comme ils savent le faire. Ils n’ont pas sûrement pas oublié, que la Syrie était au Moyen Age le débouché de route de la soie sur la Méditerranée . La Syrie reconstruite par les entreprises chinoises, à quelques jours de caravane des immenses gisements  de pétrole dont ils ont plus que quiconque ( plus que les Russes en tous  cas ) besoin , n’irait-on pas vers  la mainmise de la  Chine sur le Proche-Orient ? Ne serait -il as logique que des rejoignent le premier pays importateur  d’hydrocarbures et la première région exportatrice ?   Israël qui est obligé , depuis la calamiteuse guerre de Syrie, d’aller chercher  des garanties de   sécurité à Moscou , ira-t- il demain les chercher à Pékin  ?  Est-ce vraiment que l’on cherche   à Washington ?

 

Roland HUREAUX

 

                                        

 

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2022 2 07 /06 /juin /2022 11:14

A propos des élections américaines

 

Le vieux  Marx,  qui aura bientôt 200 ans , nous avait prévenus : les sociétés sont gouvernées par une classe dirigeante et en attendant une hypothétique révolution prolétarienne, la vie politique n’est qu’un théâtre d’ombres où  cette  classe dirigeante impose ses volontés aux politiques.

La classe dirigeante, ce n’est pas le pharmacien du coin, ce sont les quelques dizaines d’immenses fortunes, aujourd’hui propriétaires de tous les grands médias de l’Occident, et qui décident seuls de  ce qui est politiquement correct ou ne l’est pas. On le savait dès le XIXe siècle : quand les intérêts de la bourgeoisie sont en jeu, la démocratie n’est pas pour elle une valeur absolue : elle s’était ainsi  ralliée à  Napoléon III parce qu’il était garant de l’ordre . Elle avait  applaudi  la  répression féroce de la Commune. La République n’a pu s’installer que parce qu’ elle « serait  conservatrice ou ne serait  pas » (Gambetta).

Les  événements  présents des Etats-Unis s’inscrivent dans la  même  logique. Donald Trump, malgré l’ image d’homme de droite que lui a faite une presse aux ordres,  avait la quasi-totalité des   plus grands milliardaires américains contre lui. Et cela lui a été fatal.

Si l’on regarde son électorat : en gros, dans ce pays où les choses sont simplifiées, parmi les Blancs, la moitié la plus riche a voté Biden, la moitié  la plus pauvre a voté Trump.

Si l’on regarde la géographie électorale, les grandes métropoles,  à commencer par celles de la côte Est et la Californie ont voté Biden, les zones d’habitat dispersé : Amérique des villages , peu nombreux, et des  petites et moyennes villes, spécialement dans les Etats de l’intérieur, où les revenus sont moins élevés, ont  voté Trump.  Les Noirs à cause du souvenir de Kennedy, hostile à la ségrégation,  et d’Obama  ont continué à voter  démocrate mais nettement moins que la dernière fois,  confirmant que le clivage de classe est plus pertinent que celui de la  race. Les Latinos aussi.

Pourquoi ce clivage électoral brutal ? La politique économique, déterminante en dernière instance, l’explique.

Nous l’avons oublié en Europe où le libre-échange   passe pour progressiste.   Le protectionnisme profite au peuple et le libre-échange, généralement le dessert. Il en va de même du contrôle l’immigration.

Le protectionnisme promu par Donald Trump a  protégé  les entreprises américaines et donc l’emploi  contre la concurrence étrangère, principalement  chinoise. Il a permis d’ouvrir ou de réactiver de nombreuses usines ou activités qui avaient dû fermer en raison des délocalisations.

En fermant les frontières aux immigrés latino-américains, Trump a mis fin à la pression à la baisse qu’exerçaient les nouveaux venus,  à commencer sur les salaires des  ouvriers non qualifiés noirs  ou latinos ; cette relation  de cause à effet est moins  visible en Europe en raison des minima sociaux de toutes sortes ;  elle apparait à cru en revanche aux Etats-Unis : toute  entrée de nouveaux immigrants fait baisser les salaires et  monter le chômage de ceux qui sont déjà là, surtout les moins qualifiés , souvent de couleur.  C’est ce qui explique la pénétration que certains trouvent surprenante de Trump dans l’électorat noir ou latino. Il n’a pas pris de posture antiraciste comme ses adversaires démocrates mais, en créant des millions d’emplois non-qualifiés, il a facilité l’accès à l’emploi des jeunes noirs. Et c’est cela qu’ils attendent :  Jobs not words.

Cette conjoncture économique, résultat direct de la politique de Trump,  lui aurait permis une réélection facile si l’arrivée, très opportune pour ses adversaires, du Covid-19, l’année de l’élection, n’avait mis fin à  ce retour d’une  prospérité partagée.

Mais n’importe comment, il est très difficile  de se maintenir au pouvoir contre la classe dirigeante des super-riches.

Pourtant la  politique « populiste » , c’est-à-dire favorable au peuple, ne semble  pas avoir affecté les bénéfices colossaux des oligarques  américains, en premier lieu les patrons des Gaffas, ses plus coriaces adversaires. Pas plus que le contrôle de l’immigration n’a empêché le président du Mexique d’être un des derniers à  soutenir  Trump. Alors pourquoi tant de haine ? Pourquoi tant de fanatisme chez les anti-Trump ?  Au point de les amener à  violer toutes les  règles de la démocratie : nous ne parlons pas tant de la fraude électorale dont la réalité est acquise  mais  dont  l’ampleur reste débattue que de la position unanimement hostile de  l’ensemble des médias au cours du mandat  et surtout de la campagne électorale : Trump fut en permanence privé d’accès aux médias, ce qui l’obligea à user de tweets pour communiquer, vecteur dont il est même aujourd’hui privé , et à vie !   Nous parlons des  oukases inouïs du patron de Facebook, première fortune mondiale,  annonçant à l’avance que c’est lui  et lui seul  qui désignerait  le vainqueur de la présentielle et qui se permet  d’interdire à vie le citoyen Trump et 70 000 de ses supporters  de tout  accès aux réseaux sociaux.  Toutes les spéculations de Marx sur le pouvoir de l’argent sont dépassées : désormais les très riches dirigent directement.

Trump lui-même milliardaire mais très en dessous de ses ennemis des Gafas (dans la ploutocratie américaine,  il n’aurait pas même pu se présenter en  2016 s’il n’avait pas été  doté de quelques moyens personnels) , n’a jamais manifesté son désir de subvertir le  capitalisme. Il n’est ni Lénine ou Trotsky. Mais ça ne suffisait pas : les milliardaires qui ont dirigé l’offensive contre lui ne supportaient pas qu’il ne  soit pas entièrement aux ordres, qu’il ait mené une politique qui ne va pas dans le sens de leur idéologie : libre circulation de marchandises et des hommes, perspective d’un gouvernement mondial  se substituant à terme  à celui des Etats-Unis. Le grand capital ne pardonne pas à ceux qui ne lui sont pas entièrement inféodés. Et généralement il gagne.

 

Roland HUREAUX   

Partager cet article
Repost0
7 juin 2022 2 07 /06 /juin /2022 10:48

JOE BIDEN, OU LE FASCISME   LIBERAL

 

Quand les observateurs auront quelque recul, ils ne manqueront pas de s’étonner que ce qui suscite l’enthousiasme de la gauche américaine et européenne, ce soit l’élection  d’un personnage comme Biden

Les sots qui peuplent une certaine droite disent : ne nous inquiétons pas, en réalité, il est plus à droite que Trump. Comme s’il suffisait d’être inhumain ou corrompu pour être de droite !  

Le palmarès du personnage est impressionnant : en Europe, on le qualifierait de fasciste (ce qui, pour les gens civilisés, n’est pas du tout la même chose que la droite).

Elu depuis presque un demi-siècle, il est facile de tracer son parcours :  il s’était  opposé en début de carrière à la déségrégation, en continuité avec la composante sudiste du vieux parti démocrate, avant que celui-ci ne vire au gauchisme sociétal. Il a fait l’éloge de son collègue sénateur de Caroline du Sud, Stroma Thérond, proche du Ku Klux Klan, qui s’était présenté à la présidence en 1949. Il a soutenu un projet de loi qui conduisait à l’incarcération à vie de petits dealers, sans doute en liaison avec le complexe industriel carcéral avide de main d’œuvre pénitentiaire à bon marché. Il soutenu la croissance sans frein de Wall Street, le Big Pharma (on le voit toujours avec son masque, comme Joe Dalton à la banque), les projets des Gafas et du Big Tech de créer un état de surveillance sanitaire et civique généralisé.  Fascisme   de droite, celui de la surenchère sécuritaire et fascisme de gauche, celui du contrôle généralisé des personnes par les réseaux numériques, se rejoignent en lui.

 

Le Delaware, un Etat spécial

 

Ajoutons que Biden a soutenu toutes les interventions militaires américaines à l’étranger depuis un demi-siècle, y compris les plus hasardeuses comme l’Irak ou la Syrie. Comme Hillary Clinton, il a apporté un soutien décisif au Sénat à George W. Bush, pourtant républicain,  pour envahir l’Irak, une équipée que Trump au contraire n’a pas  manqué  une occasion de dénoncer.

Question argent, il a été sénateur du Delaware pendant quarante-cinq ans. C’est un tout petit Etat contrôlable avec un bon réseau mais très spécial : situé non loin  de Wall Street, il en est la soupape de sécurité, ayant le statut de paradis fiscal au sein même des Etats-Unis. Le lieu idéal pour blanchir les transactions douteuses, sous le contrôle des réseaux mafieux.

On ne sait pas encore tout  des turpitudes financières de son fils Hunter Biden, révélées grâce au malencontreux oubli par ce dernier de son ordinateur chez un réparateur, mais on commence à savoir que le père y était associé. Encore avide d’argent à 78 ans, ses activités financières, à base de trafic d’influence, s’étendaient sur la planète : Ukraine, Russie, Chine. 

Qu’il aille à la messe le dimanche fait tressaillir de joie certains prélats des deux côtés d’Atlantique ; pensez : un second président catholique après Kennedy : catholique mais favorable à l’avortement sans contrôle (comme c’est le cas aux Etats-Unis), aux droits les plus étendus des LGBT, tous dossiers où il   suit les tendances les plus libertaires. Signal fort : il vient de nommer un ministre de la santé transgenre.

Il est facile de voir par quel mécanisme il est arrivé là où il est : quand le parti démocrate, appuyé par la haute finance qui voulait rendre l’image des Etats-Unis dans le monde plus sympathique au travers d’un président de couleur, a investi Obama, il fallait un vice-président venu de l’extrême-droite pour rassurer l’électorat réactionnaire.  Vice-président pendant huit ans, il est  connu et supposé compétent. Il est donc ce que le parti démocrate a trouvé de mieux à opposer à Trump, un choix qui   témoigne   du rétrécissement du vivier de compétences politiques dans la jeune génération. Il a été aussi jugé assez affaibli mentalement pour  être dirigé par les forces sombres qui gravitent dans les hautes sphères démocrates, à commencer par les    Gafas et le complexe militaro-industriel qui lui apporte un tiers de son cabinet. D’aucuns espèrent sans doute qu’il se retirera vite au bénéfice de sa suppléante Kamala Harris, ni mâle, ni blanche,  et dont l’accession à la Maison baluche serait donc on ne peut plus  politiquement correcte.

Mais par-delà ces raisons politiciennes, l’accession d’une personnalité  d’un tel   profil   au sommet est l’expression emblématique de ce qu’est devenu le libéralisme centriste, libertaire, écologiste, universaliste si prégnant aujourd’hui dans  l’opinion des deux côtés d’Atlantique.  Il n’a rien à voir avec le libéralisme bourgeois classique, dépourvu d’esprit de système et tolérant :  son durcissement idéologique en a fait au fil des ans le vrai danger fasciste, comme le dit plus franchement que nous l’extrême gauche américaine . Du fascisme, on peut avec Biden cocher presque toute les cases :  impérialiste et militariste - voir les neufs guerres entreprises ou soutenues au Proche-Orient, en Europe et en Afrique depuis trente ans  qu’il a toutes soutenues ; Trump, lui, n’en a déclenché aucune .   Antilibéral : voir la discipline croissante du langage, les projets de contrôle des communications mondiale par les Gafas qui le soutinrent totalement, et, comme en Europe, la vigilance judicaire toujours plus serrée à l’égard de tout écart dans les médias et bientôt dans la rue. Antidémocratique, puisque le pluralisme de la presse indispensable à la démocratie n’existe presque plus : Trump avait 90 % des médias contre lui. Les dissidents ne vont plus au goulag, au moins pas encore[1] ,  mais une implacable chasse au politiquement incorrect les marginalise dans leur profession ou l’opinion. Ajoutons que cette chasse se fait sur le fond d’une intolérance telle qu’elle fait de   ces idéologues le vrai « parti de la haine. » Que le directeur du magazine Forbes  , celui du grand capital par excellence,  ait annoncé qu’il détruirait l’image de  toute entreprise qui embaucherait un pro-Trump montre dans quels temps sombres nous entrons. 

Espérons seulement que la mise en avant d’un tel personnage, oxymore à lui tout seul, dont le déclin mental est inquiétant, sera le chant du cygne d’une idéologie mortifère qui est devenue, à la place du communisme, la menace principale contre la liberté.

 

Roland HUREAUX

 

 

 

 

[1] Attendons pour en être sûr de voir ce qu’on fera des rebelles à la vaccination universelle.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2022 2 07 /06 /juin /2022 10:46

De manière légitime, nos sociétés luttent contre toutes les formes de  discrimination raciale.

Comment ne pas voir pourtant  que l’instauration pour les  femmes seules  ou en couple de femmes d’un droit à la procréation médicale assistée ouvrira la porte à une nouvelle  forme de discrimination raciale ?   Les femmes qui voudront en avoir le bénéfice seront en effet amenées à  choisir non seulement le sexe ( ce qui pose d’autres problèmes) , mais aussi la couleur de la peau du père anonyme.

Cela existe déjà,  dira-t-on, dans la PMA pour couples stériles, mais les effectifs concernés, soumis à la double condition de la conjugalité et de la stérilité,   restent limités. Or  le  dispositif qu’instaure le projet de  loi bioéthique ne sera pas seulement  ouvert aux  femmes liées par un  mariage  homosexuel , dont l’effectif est et restera très réduit ; il le sera  aussi à toutes celles qui ne seront liées  par aucun  contrat , y compris celles qui pourraient avoir des enfants par les moyens naturels ,  ce qui représente  au moins la moitié des femmes de France.

On peut élargir la question à celle du transhumanisme .  Ceux qui imaginent – ou craignent -  que l’instauration d’une PMA pour toutes  conduise à légaliser  des expériences destinées à augmenter le potentiel de l’humanité , voire à une large commercialisation de la génération  humaine, doivent  regarder en face le lien intrinsèque entre les pratiques en cause  et la discrimination raciale.

 

Choisir, c’est discriminer

 

La femme qui effectuera un choix entre les donneurs  dont  le sperme est en réserve , sera nécessairement amenée à marquer  sa préférence pour telle ou telle  couleur de peau , tout comme l’institut de recherche qui sera amené à croiser les lignées, voire à manipuler les génomes, sera ipso facto conduit à intégrer le considération raciale.  

On pourrait certes imaginer une  société tellement indifférente aux questions de race  qu’une femme puisse choisir  selon la seule couleur des yeux, sans considération de  celle  de la peau , mais il en faut pas rêver :  même en France , pays moins racialisé que les Etats-Unis,  jamais la considération  raciale  ne sera devenue si indifférente qu’elle n’entre pas en ligne de compte dans une opération  d’une telle portée existentielle.  Et ce n’est pas l’obsession antiraciste  que nous avons importée  d’outre-Atlantique qui va « déracialiser » notre société, bien au contraire.

La  question d’est  pas marginale :  c’est à toute  une culture de la discrimination qu’ouvrira la porte l’ouverture large à  la procréation assistée . La plupart des  femmes  seront   nécessairement  amenées à effectuer ,  de pair avec le personnel hospitalier , un choix selon la  couleur de la peau  de leur  futur enfant   C’est toute la société qui se trouvera  ainsi entrainée    dans une culture de la discrimination qui , aujourd’hui ,    quoi qu’en disent  les militants antiracistes, est peu répandue.

On peut trouver le rapport paradoxal : dans la structuration symbolique actuelle  de la  vie politique , la PMA pour toutes passe pour être de gauche et est même présentée, comme le montre le  nom qu’on lui a donné, pour une mesure de non-discrimination , alors que la discrimination raciale passe, elle,  pour venir de l’ extrême droite . Pourtant  ce ne sera pas la première fois que les extrêmes se rejoignent.  Chacun sait d’ailleurs quel régime  fut le premier à introduire  l’objectif d’une sélection par  la race dans le champ  politique.

La solution serait  que la loi interdise  aux Cecos toute mise en mémoire   de l’origine raciale ou même nationale du  sperme conservé, à tout le moins toute communication de ces données aux utilisatrices.  François Hollande ne voulait-il  pas introduire dans la constitution le ban de toute considération raciale  quelle qu’elle soit ?   Mais il ne semble pas avoir été question d’un tel interdit dans le débat sur la procréation assistée : c’est dommage.  

Il faut se rendre à l’évidence : on ne peut à la fois prétendre lutter contre le racisme et ouvrir largement la porte à la procréation artificielle.

 

Roland HUREAUX

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2022 2 07 /06 /juin /2022 10:45

Projet de manifeste

 

L’épidémie de COVID et surtout les mesures (exagérées  ou pas, l’avenir nous le dira, mais sûrement pas innocentes ) qui ont été prises pour y faire face, ont fortement secoué l’économie mondiale et les populations qui en vivent dont beaucoup se trouvent aujourd’hui en grande difficulté.

Face à ces événements, les organisations  internationales comme le Forum de Davos ne se sont pas mises en chômage. Ce dernier réunit tous les ans dans une station de luxe en Suisse, les hommes le plus riches et les plus puissants du monde. Ils y débattent de l’avenir du monde tel qu’ils le voient.

Leurs débats sont préparés par un comité permanent dont les rapports nous permettent de savoir ce qui s’y trame . Ces rapports sont publics et ne résultent donc pas de  complots. 

Leur orientation générale est aussi claire qu’inquiétante :

  • Les mesures de contrainte individuelle prises pendant la pandémie seront pérennisées avec surveillance permanente des déplacements et des contacts.
  • La suppression de la monnaie papier permettra de contrôler les allées  et venues  de chacun.
  • L’accentuation de la prétendue lutte « pour sauver la planète »  dans un esprit écologique dévoyé,  entrainera le sacrifice de nombreuses industries classiques, au bénéfice du numérique et des activités touchant à l’environnement et au détriment de l’emploi.
  • Pour la France, il est envisagé dans un de ces rapports  la disparition de 75 % des restaurants indépendants au bénéfice de grandes chaînes. 
  • La gouvernance mondiale doit être renforcée.

Disparition de la démocraties et des libertés, atrophie des Etats  devenus  de simple organes d’exécution de décisions prise plus haut et loin des peuples , désintérêt pour le chômage,  et tout ce qui n’est pas dit ouvertement : dépopulation organisée, accélération du libre-échange, pouvoir accru de la finance mondiale, contrôle accru l’opinion  par les réseaux numériques,  brossent le tableau d’ un avenir extrêmement inquiétant.

Les gens de Davos partent du principe que tout cela est irréversible, le COVID ne faisant qu’accélérer des évolutions en cours.

Nous ne le pensons pas.

Contrairement  à ce que les puissants de ce  monde veulent nous faire croire, notre avenir continue de nous appartenir.

Les  gens de Davos prétendent que tout ce qu’ils prévoient est souhaité par les jeunes dont les sondages expriment le « désir de changement », sans autre précision.

Mais le projet de l’oligarchie mondiale est au contraire une accélération des tendances  les plus destructrices de ces dernières années , celles qu’ils ont eux-mêmes provoquées : perte de liberté, perte d’emploi, appauvrissement  du grand nombre, dépossession de notre destin , tendances qui sont précisément ce dont les jeunes  (et moins jeunes) ne veulent pas  et que l’oligarchie financière et médiatique  veut aggraver.

Mobilisons-nous contre les projets de l’oligarchie mondiale, contre les orientations que l’on s’apprête  à prendre par-dessus notre tête,  à Davos ou ailleurs, pensons qu’un autre avenir est possible.

Ne nous laissons pas intimider pour dire que doivent être préservées d’abord ce qui fait qu’ une vie est vraiment  humaine : les libertés fondamentales, dont celles d’expression et d’aller et venir,  la démocratie qui n’est pas possible au niveau mondial, des écarts modérés de fortune, la liberté de peuples (y compris dans son  expression étatique), le respect de l’homme et donc des populations existantes de toute couleur, contre ceux qui voudraient  les réduire.

Tout cela implique un combat sans relâche , en particulier des plus jeunes,  contre des oligarchies mondialistes qui voudraient cyniquement profiter de la  pandémie pour nous mettre en esclavage. Un combat qui ne fait que commencer et où tous ceux qui aiment la liberté doivent s’engager . Car en définitive, « la seule querelle qui vaille est celle de l’homme ».

Dans ce combat essentiel, est-il nécessaire de dire que la France dont le destin a toujours été lié à celui de  la liberté,   a un rôle de premier plan à jouer ?

Partager cet article
Repost0
7 juin 2022 2 07 /06 /juin /2022 10:43

 

http://www.libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/L-election-de-Biden-serait-une-menace-pour-l-Europe

Novembre 2001

Le parti-pris  quasi-unanime des  médias français en faveur de Biden dans l’élection présentielle américaine  fait frémir.

Frémir pour la démocratie et la liberté de l’ information. La semaine dernière, presque tous les jours un film contre Trump  sur le chaines et télévision  française  : où  va-t-on ?

Frémir aussi sur le manque de lucidité abyssal  des  leaders de opinion européens dans  cette élection.

Qui ne voit que les risques de l’élection  de Biden  sont considérables   pour la sécurité du continent européen.

La personnalité falote du candidat démocrate cache les forces  sous-terraines, ce qu’on appelle d’un terme imprécis l’Etat profond,  qui avaient soutenu la politique d’Obama. Cette politique , qu’on qualifie de manière trompeuse de  « néo-conservatrice » et  qui continuait d’ailleurs  celle de Bush  fis n’était pas liée à un parti ;   elle  était fondée sur le projet d’un nouveau Proche-Orient démocratique   à  promouvoir par  la force  . C’était un libéral-impérialisme.  Plusieurs  guerres furent entreprises dans ce but: Libye, Syrie, Yémen , après l’Irak et l’Afghanistan commencées par Bush. Plusieurs  autres pays ont  été déstabilisés  : Egypte, Tunisie, ce qui a  partout profité aux islamistes , protégés par Barack  Obama et Hilary Clinton.  

Les guerres du Proche-Orient provoquées par les Etats-Unis  , spécialement celles de Libye  et de Syrie sont la  cause directe de l’arrivée d’énormes   flux de réfugiés en Europe à partir de de 2015. Elles  se sont traduites par  un soutien inavoué mais systématique  aux islamistes du Proche-Orient , Al Qaida , Daech,  ce  qui leur a donné l’audace de parrainer , voire d’organiser des attentats terroristes en   Europe .   

La politique démocrate était en même temps fondée sur  une forte  animosité   envers la Russie  avec l’arrière-pensée chez  certains  théoriciens démocrates  comme   Zbigniew Brezinski, aujourd’hui décédé d’isoler complètement ce pays  des anciens territoires soviétiques et, dans un deuxième temps,    de le démanteler .   Cette politique a entrainé le coup d’Etat   de la place Maidan  à Kiev en 1994, conduit par Victoria Nuland,  secrétaire d’Etat adjoint, cause directe de  la guerre d’Ukraine.  Avec Biden, il faut craindre un regain de tension avec  la Russie, voire de nouvelles « révolutions oranges ».  

C’est une politique inverse, beaucoup  plus sécurisante pour l’Europe qu’a menée Donald Trump. La politique démocrate était celle d’une l’alliance non dite avec l’Islam – et spécialement  l’islamisme -  , contre la Russie – et de fait contre l’Europe  qui, dans cette perspective, ne pouvait être qu’un  champ de bataille ouvert à d’immenses  dommages collatéraux. Trump y a substitué sinon une alliance , du moins une détente  avec la Russie contre  l’islamisme , en particulier contre Daech . Pour les démocrates qui se cachent derrière Biden l’ennemi numéro un est la Russie. Pour Trump, l’ennemi numéro un est l’islamisme.  

En cas d’élection de Biden, l’Europe doit craindre ainsi doublement pour sa sécurité :  la reprise de la politique    Obama -Biden  au Proche-Orient et donc l’appui aux islamistes de tout   poil, y compris   Erdogan ou Daech ; un regain de tension avec la Russie  avec le risque  d’une bataille dont  le champ  serait l’Europe occidentale – c’est ainsi  que le voient   certains  stratèges  du parti.

On dit que Trump est hostile à l’Europe parce qu’il est réservé sur l’Union européenne et opposé au tandem Macron-Merkel , lié à ses adversaires démocrates. Mais sa politique  est fondamentalement favorable à la paix et à la sécurité de l’Europe tant vis-à-vis du terrorisme que de la Russie.

C’est dire que le résultat de l’élection du 3 novembre  est capital pour nous.  

 

Roland HUREAUX

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2022 2 07 /06 /juin /2022 10:41

 

Dès qu’ils auront un certain recul, les historiens se demanderont comment un pays comme les Etats-Unis, longtemps tenu pour « la plus grande démocratie du monde », le champion du « monde libre » dans la deuxième guerre mondiale et la guerre froide, a pu tomber aussi bas que dans la dernière élection présidentielle.

Malgré la guerre de propagande, à sens unique puisque les démocrates ont le soutien de 90 ou 95 % des médias, peu d’observateurs doutent désormais qu’il y a eu une fraude gigantesque destinée à placer Biden en tête dans les toute dernières heures du dépouillement. Une fraude avouée avant le scrutin par Biden lui-même dont on a vite fait de mettre les propos sur le compte de la cacochymie. Peu accusent Trump et son camp d’avoir fait de même.   

Nous ne savons pas encore si les preuves apportées par les avocats de Trump sur cette fraude seront suffisantes pour empêcher Biden d’être proclamé président. En tous les  le candidat démocrate est élu, son élection restera durablement entachée du soupçon de l’illégalité et au moins la moitié des Américains tiendront le nouveau président pour illégitime, ceux ce qui ont voté Trump mais aussi ceux qui ont voté Biden et que la fraude scandalise (on suppose que c’est le cas d’honnêtes gens comme  Jimmy Carter ou Bernie Sanders).   Dans le contexte actuel, la reconnaissance de l’élection de Biden serait suicidaire pour le Etats-Unis.

Alors que s’est-il passé ?  Comment le parti démocrate, dont jusqu’à présent personne ne doutait qu’il méritait cette appellation en est-il arrivé là ?

Certes la fraude électorale a toujours existé aux Etats-Unis : l’élection de John Kennedy reste entachée d’un doute, celle de George Bush Jr aussi. Mais rien de comparable à ce qui nous est rapporté aujourd’hui de celle, encore à confirmer, de Biden.

 

Comment le virus de l’idéologie détruit la démocratie

 

Pour comprendre ce qui a pu arriver, il faut appréhender la révolution intellectuelle qui s’est produite au cours des dernières années, dans le parti démocrate et tout ce qui tourne autour dans les milieux administratifs, bancaires et surtout médiatiques. 

Malgré sa composante originaire sudiste, le parti démocrate américain, comme tous ceux qui lui sont apparentés de ce côté-ci de l’Atlantique, partis socialistes, « En marche » français et même, pour une part, les anciens partis conservateurs comme la CDU allemande, était un parti libéral de centre gauche classiques.  Classique c’est-à-dire n’ayant pas d’autre objectif que de bien gouverner, dans la nuance d’idées qui était la sienne mais de la manière la plus pragmatique.

Le virus de l’idéologie qui a pris le monde occidental a changé tout cela. A son fondement, une vision simplifiée de la réalité et la définition d’un sens d’histoire à caractère messianique. Les communistes d’autrefois se pensaient déjà comme les agents de la Révolution mondiale, prédéterminée par l’évolution historique   et destinée à révolutionner la condition humaine. Cela à partir d’une prémisse simple : tout le mal vient des classes sociales et de la propriété privée ; il faut les supprimer.  L’impérialisme néo-libéral se rattache lui aussi à de idées simples : ses adeptes se tiennent pour  les grands prêtres d’une transformation inéluctable de la société orientée par un nouveau sens de l’histoire. Ce nouveau sens de l’histoire conduit à l’abolition non plus de la propriété mais des états nationaux au bénéfice d’un Etat mondial, à l’abolition des frontières commerciales, financières, migratoires et sexuelles en vue d’un monde où les différentes cultures et les « genres » seront interchangeables et fongibles.   Le moteur de la transformation est cependant moins aujourd’hui une espérance qu’une panique : celle des pandémies qui justifie la chape de plomb du confinement, celle du réchauffement climatique qui fonde  aux yeux des mondialistes, l’émergence d’une gouvernance internationale ne laissant aux pouvoirs nationaux que le rôle d’exécutants, dans un environnement de    décroissance.

Certains pourraient tenir l’apparition de cette idéologie pour dépourvue de conséquences : après tout, toutes les sociétés ont leurs fous, alors pourquoi pas la société politique ?  Mais en réalité, l’idéologie porte avec elle des effets désastreux. La simplification des concepts abolit le doute et donc tout débat démocratique. Elle entraine une intolérance totale à tous les opposants, immédiatement rangés, sens de l’histoire oblige, dans la catégorie   des réactionnaires ou des obstacles  au bien de l’humanité, des fous ou des pervers.  C’est la racine de la tyrannie du politiquement correct qui étend son voile noir sur tout l’Occident. La véhémence de la posture idéologique est contagieuse : les minoritaires qui voudraient encore comprendre la complexité des choses se laissent impressionner et n’osent plus contredire les idéologues, jusqu’au point où la quasi-totalité des médias soutient    l’idéologie dominante.

Une autre conséquence est que la promotion et la mise en pratique de cette idéologie justifie tout. Dire qu’elle a un caractère religieux serait à la fois dépréciatif pour les religions et insuffisant. Toutes les idéologies rejettent le passé, diabolisé, et donc l’héritage judéo-chrétien. L’intolérance des idéologues est encore plus absolue que celle des religions d’antan. Ses tenants croient se fonder sur la raison, mais sont en réalité possédés par un délire rationnel car ces concepts simplifiés sur lesquels ils se fondent, ils les  poussent jusqu’à leur pires extrémités. Dans sa version communiste, l’idéologie a provoqué la mort de dizaines de millions de personnes. Dans sa version actuelle, elle fonde ses tenants à passer outre à toutes les considérations que d’habitude les hommes placent au plus haut : la morale qui interdit la fraude, le droit spécialement le respect de la constitution, la déontologie, l’exigence du pluralisme la presse, le respect des adversaires. Cette posture explique le fait que,    en rupture avec  toutes  les  traditions démocratiques des Etats-Unis,    les partisans d’Hillary Clinton, au lieu de jouer le jeu comme l’avaient fait tous ceux qui dans le passé   avaient  été  battus, ont tout fait pendant quatre ans pour saboter le travail du président régulièrement  élus mais tenu pour illégitime, comme un non-communiste pouvait être tenu pour illégitime ans l’ancienne Union  soviétique ; la même posture explique  les illusions que s’est faite  le camp démocrate  , illusions que se sont   exprimées  par des sondages  presque unanimement favorables à Biden : ce n’ était pas là seulement  là  l’effet de la   volonté de    tromper mais aussi  de la capacité à s’illusionner de gens qui n’imaginent pas une seconde  qu’on puisse avoir des opinions  différentes des leurs. D’où leur surprise le jour du scrutin, leur panique et leur volonté d’en modifier le résultat par tous  le moyen, y compris par une adjonction de milliers de faux bulletins Biden.

 

Vers la guerre ?

 

Enfin l’idéologie est très dangereuse : elle conduit à la guerre. Pour pactiser avec l’adversaire politique, intérieur ou extérieur,  il faut un certain relativisme ; or les idéologues   pensent tant qu’ils ont raison qu’il leur faut répandre, par tous les moyens aussi, leur idéologie à travers le monde. C’est sur cette base qu’ont été conduites les politiques de regime change et les printemps arabes, avec les millions de morts qui s’en sont suivis. Parce qu’il n’est pas idéologue et qu’il accepte des régimes différents, Trump n’a déclaré la guerre à personne.  Rappelons-nous sa réplique  à Hillary Clinton lors de la campagne de 2016 :   « Vous êtes candidate à la présidence du monde, je ne  suis candidat  qu’à la présidence des Etats-Unis ». L’idéologie ne sait pas se cantonner à « un seul pays ». Elle est universelle et  donc impérialiste. Comme elle rencontre nécessairement une résistance, elle est porteuse d’un lourd risque de guerre. Risque particulièrement actuel aujourd’hui  où les idéologues mondialistes,  dans leur manichéisme simplificateur, assimilent, au-delà de tout bon sens, Poutine à Hitler. 

Une dernière caractéristique de cette posture est  qu’ elle ne supporte pas l’échec : un  seul revers et tout l’édifice   s’effondre, comme  on l’a vu en URSS en 1990.  La première élection de  Trump était passée pour un accident de l’histoire. Sa réélection serait le signe de l’obsolescence de toute l’idéologie   mondialiste  libérale- libertaire. C’est pourquoi, pour  les partisans de celle-ci qui domine encore l’opinion mondiale, sa réélection ne pouvait pas arriver. Et si elle est arrive quand-même, la presse mondiale et presque tous les gouvernements  occidentaux s’enfoncent  dans le déni, jusqu’à reconnaitre l’ élection de Biden et à le féliciter,  contre tous les usages diplomatiques, avant qu’il ne soit proclamé.  C’est à un wishful thinking international    que nous avons affaire : Biden est élu parce que je veux qu’il le soit.  Tout cela laisse présager une crise de grande ampleur, mais une crise souhaitable quand même pour ceux qui ne veulent pas que le monde occidental tombe dans une nouvelle glaciation idéologique, qui    souhaitent le maintien de la démocratie, du pluralisme et de la liberté.      

 

Roland HUREAUX   

Partager cet article
Repost0
7 juin 2022 2 07 /06 /juin /2022 10:39

 

Dès qu’ils auront un certain recul, les historiens se demanderont comment un pays comme les Etats-Unis, longtemps tenu pour « la plus grande démocratie du monde », le champion du « monde libre » dans la deuxième guerre mondiale et la guerre froide, a pu tomber aussi bas que dans la dernière élection présidentielle.

Malgré la guerre de propagande, à sens unique puisque les démocrates ont le soutien de 90 ou 95 % des médias, peu d’observateurs doutent désormais qu’il y a eu une fraude gigantesque destinée à placer Biden en tête dans les toute dernières heures du dépouillement. Une fraude avouée avant le scrutin par Biden lui-même dont on a vite fait de mettre les propos sur le compte de la cacochymie. Peu accusent Trump et son camp d’avoir fait de même.   

Nous ne savons pas encore si les preuves apportées par les avocats de Trump sur cette fraude seront suffisantes pour empêcher Biden d’être proclamé président. En tous les  le candidat démocrate est élu, son élection restera durablement entachée du soupçon de l’illégalité et au moins la moitié des Américains tiendront le nouveau président pour illégitime, ceux ce qui ont voté Trump mais aussi ceux qui ont voté Biden et que la fraude scandalise (on suppose que c’est le cas d’honnêtes gens comme  Jimmy Carter ou Bernie Sanders).   Dans le contexte actuel, la reconnaissance de l’élection de Biden serait suicidaire pour le Etats-Unis.

Alors que s’est-il passé ?  Comment le parti démocrate, dont jusqu’à présent personne ne doutait qu’il méritait cette appellation en est-il arrivé là ?

Certes la fraude électorale a toujours existé aux Etats-Unis : l’élection de John Kennedy reste entachée d’un doute, celle de George Bush Jr aussi. Mais rien de comparable à ce qui nous est rapporté aujourd’hui de celle, encore à confirmer, de Biden.

 

Comment le virus de l’idéologie détruit la démocratie

 

Pour comprendre ce qui a pu arriver, il faut appréhender la révolution intellectuelle qui s’est produite au cours des dernières années, dans le parti démocrate et tout ce qui tourne autour dans les milieux administratifs, bancaires et surtout médiatiques. 

Malgré sa composante originaire sudiste, le parti démocrate américain, comme tous ceux qui lui sont apparentés de ce côté-ci de l’Atlantique, partis socialistes, « En marche » français et même, pour une part, les anciens partis conservateurs comme la CDU allemande, était un parti libéral de centre gauche classiques.  Classique c’est-à-dire n’ayant pas d’autre objectif que de bien gouverner, dans la nuance d’idées qui était la sienne mais de la manière la plus pragmatique.

Le virus de l’idéologie qui a pris le monde occidental a changé tout cela. A son fondement, une vision simplifiée de la réalité et la définition d’un sens d’histoire à caractère messianique. Les communistes d’autrefois se pensaient déjà comme les agents de la Révolution mondiale, prédéterminée par l’évolution historique   et destinée à révolutionner la condition humaine. Cela à partir d’une prémisse simple : tout le mal vient des classes sociales et de la propriété privée ; il faut les supprimer.  L’impérialisme néo-libéral se rattache lui aussi à de idées simples : ses adeptes se tiennent pour  les grands prêtres d’une transformation inéluctable de la société orientée par un nouveau sens de l’histoire. Ce nouveau sens de l’histoire conduit à l’abolition non plus de la propriété mais des états nationaux au bénéfice d’un Etat mondial, à l’abolition des frontières commerciales, financières, migratoires et sexuelles en vue d’un monde où les différentes cultures et les « genres » seront interchangeables et fongibles.   Le moteur de la transformation est cependant moins aujourd’hui une espérance qu’une panique : celle des pandémies qui justifie la chape de plomb du confinement, celle du réchauffement climatique qui fonde  aux yeux des mondialistes, l’émergence d’une gouvernance internationale ne laissant aux pouvoirs nationaux que le rôle d’exécutants, dans un environnement de    décroissance.

Certains pourraient tenir l’apparition de cette idéologie pour dépourvue de conséquences : après tout, toutes les sociétés ont leurs fous, alors pourquoi pas la société politique ?  Mais en réalité, l’idéologie porte avec elle des effets désastreux. La simplification des concepts abolit le doute et donc tout débat démocratique. Elle entraine une intolérance totale à tous les opposants, immédiatement rangés, sens de l’histoire oblige, dans la catégorie   des réactionnaires ou des obstacles  au bien de l’humanité, des fous ou des pervers.  C’est la racine de la tyrannie du politiquement correct qui étend son voile noir sur tout l’Occident. La véhémence de la posture idéologique est contagieuse : les minoritaires qui voudraient encore comprendre la complexité des choses se laissent impressionner et n’osent plus contredire les idéologues, jusqu’au point où la quasi-totalité des médias soutient    l’idéologie dominante.

Une autre conséquence est que la promotion et la mise en pratique de cette idéologie justifie tout. Dire qu’elle a un caractère religieux serait à la fois dépréciatif pour les religions et insuffisant. Toutes les idéologies rejettent le passé, diabolisé, et donc l’héritage judéo-chrétien. L’intolérance des idéologues est encore plus absolue que celle des religions d’antan. Ses tenants croient se fonder sur la raison, mais sont en réalité possédés par un délire rationnel car ces concepts simplifiés sur lesquels ils se fondent, ils les  poussent jusqu’à leur pires extrémités. Dans sa version communiste, l’idéologie a provoqué la mort de dizaines de millions de personnes. Dans sa version actuelle, elle fonde ses tenants à passer outre à toutes les considérations que d’habitude les hommes placent au plus haut : la morale qui interdit la fraude, le droit spécialement le respect de la constitution, la déontologie, l’exigence du pluralisme la presse, le respect des adversaires. Cette posture explique le fait que,    en rupture avec  toutes  les  traditions démocratiques des Etats-Unis,    les partisans d’Hillary Clinton, au lieu de jouer le jeu comme l’avaient fait tous ceux qui dans le passé   avaient  été  battus, ont tout fait pendant quatre ans pour saboter le travail du président régulièrement  élus mais tenu pour illégitime, comme un non-communiste pouvait être tenu pour illégitime ans l’ancienne Union  soviétique ; la même posture explique  les illusions que s’est faite  le camp démocrate  , illusions que se sont   exprimées  par des sondages  presque unanimement favorables à Biden : ce n’ était pas là seulement  là  l’effet de la   volonté de    tromper mais aussi  de la capacité à s’illusionner de gens qui n’imaginent pas une seconde  qu’on puisse avoir des opinions  différentes des leurs. D’où leur surprise le jour du scrutin, leur panique et leur volonté d’en modifier le résultat par tous  le moyen, y compris par une adjonction de milliers de faux bulletins Biden.

 

Vers la guerre ?

 

Enfin l’idéologie est très dangereuse : elle conduit à la guerre. Pour pactiser avec l’adversaire politique, intérieur ou extérieur,  il faut un certain relativisme ; or les idéologues   pensent tant qu’ils ont raison qu’il leur faut répandre, par tous les moyens aussi, leur idéologie à travers le monde. C’est sur cette base qu’ont été conduites les politiques de regime change et les printemps arabes, avec les millions de morts qui s’en sont suivis. Parce qu’il n’est pas idéologue et qu’il accepte des régimes différents, Trump n’a déclaré la guerre à personne.  Rappelons-nous sa réplique  à Hillary Clinton lors de la campagne de 2016 :   « Vous êtes candidate à la présidence du monde, je ne  suis candidat  qu’à la présidence des Etats-Unis ». L’idéologie ne sait pas se cantonner à « un seul pays ». Elle est universelle et  donc impérialiste. Comme elle rencontre nécessairement une résistance, elle est porteuse d’un lourd risque de guerre. Risque particulièrement actuel aujourd’hui  où les idéologues mondialistes,  dans leur manichéisme simplificateur, assimilent, au-delà de tout bon sens, Poutine à Hitler. 

Une dernière caractéristique de cette posture est  qu’ elle ne supporte pas l’échec : un  seul revers et tout l’édifice   s’effondre, comme  on l’a vu en URSS en 1990.  La première élection de  Trump était passée pour un accident de l’histoire. Sa réélection serait le signe de l’obsolescence de toute l’idéologie   mondialiste  libérale- libertaire. C’est pourquoi, pour  les partisans de celle-ci qui domine encore l’opinion mondiale, sa réélection ne pouvait pas arriver. Et si elle est arrive quand-même, la presse mondiale et presque tous les gouvernements  occidentaux s’enfoncent  dans le déni, jusqu’à reconnaitre l’ élection de Biden et à le féliciter,  contre tous les usages diplomatiques, avant qu’il ne soit proclamé.  C’est à un wishful thinking international    que nous avons affaire : Biden est élu parce que je veux qu’il le soit.  Tout cela laisse présager une crise de grande ampleur, mais une crise souhaitable quand même pour ceux qui ne veulent pas que le monde occidental tombe dans une nouvelle glaciation idéologique, qui    souhaitent le maintien de la démocratie, du pluralisme et de la liberté.      

 

Roland HUREAUX   

Partager cet article
Repost0