Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Roland HUREAUX

MrHureaux

Recherche

Articles Récents

Liens

9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 22:09

La célébration de la rafle du Vélodrome d’hiver , le  16 juillet 1942 devrait être tous les ans  l’occasion d’un grand témoignage d’unanimité nationale autour du refus du racisme et de l’antisémitisme et du souvenir des victimes de ce crime innommable.  Elle est hélas empoisonnée depuis plusieurs années par la volonté d’en faire porter la responsabilité non au régime de Vichy, ni même à « l’Etat français » comme l’avait concédé Chirac, mais à la France, la France tout court comme entité historique et spirituelle et donc à tous les Français.

Le nouveau président Macron l’a fait cette année avec une insistance, voire une complaisance particulières [1].

M. Macron ne manque jamais d’accuser de crimes la nation qu’il est supposé diriger, comme il l‘avait fait à Alger avant son élection, qualifiant la colonisation française dans son ensemble de « crime contre humanité ». Il contrevient ainsi à un des principes les plus fondamentaux de l’exercice du leadership qui veut que le chef ait le premier devoir de donner du courage et de l’estime de soi à son peuple pour l’entrainer en avant, non de le disqualifier. Ne soyons pas étonné que, n’ayant pas compris cela, le nouveau président perde chaque jour un peu plus de sa légitimité.

Malgré l’aval de plusieurs présidents[2], cette thèse, que l’on ne s’y trompe pas, ne s’imposera jamais. 

Aucun pays au monde ne célèbre les turpitudes, avérées ou supposées de son passé : qui aux Etats-Unis envisage une journée du massacre des Indiens ? Exception bien normale :  l’Allemagne, mais pour combien de temps encore, tant on s’évertue à diluer sa responsabilité ?  

Ceux qui veulent frapper d’indignité la France en tant que telle jouent un jeu dangereux : en 1919, au traité de Versailles, le président Wilson du haut de son moralisme désincarné avait imposé la thèse de la culpabilité de l’Allemagne, thèse que le chauvinisme alors exacerbé des Français avait soutenue. Déjà humiliée par la défaite, ruinée économiquement, contrainte à des réparations qui, elles, étaient légitimes[3]  - et qu’elle n’a que fort peu réglées -, l’Allemagne s’est vue lui  infliger ce que les hommes détestent le plus : une condamnation morale comme responsable de la guerre. Condamnation que le peuple allemand ne pouvait que tenir pour injuste, la responsabilité de la guerre de 1914-1918 étant largement partagée.  Il y a un lien direct entre cette humiliation du peuple allemand et l’avènement d ’Hitler dont le rejet du traité de Versailles fut le principal thème de propagande. Partout et toujours, une condamnation ressentie comme  injuste suscite l’amertume et la haine. 

De même la proclamation de la responsabilité de la France est injuste à l’égard de nos concitoyens qui se trouvaient eux aussi au lendemain d’une défaite humiliante (s’il y a matière à repentance, c’est bien cette défaite, de laquelle tout découle) . Dans la mémoire collective, l’occupation a d’abord signifié d’effroyables   restrictions, la faim, le froid, les prisonniers retenus Allemagne, le travail obligatoire,  la présence humiliante de l’occupant, l’inflation, les représailles aveugles, la peur, la répression de la Résistance

A l’égard des centaines de milliers de Français résistants (77 000 fusillés ou déportés pour faits de résistance) et des millions qui ont, au risque de leur vie, caché des juifs –  ou des soldats anglais parachutés, à l’égard des résistants ou des Français libres, la déclaration de Macron est offensante.  Qui dira par quel mystère ceux qui veulent rabaisser la France, généralement venus de la gauche, reprennent les thèses qui rendent sa pleine  légitimité à   l’ «  Etat français »  ? Est-ce  à mettre en relation avec la forte présence de la gauche pacifiste à Vichy, justement   rappelée par l’historien israélien Simon Epstein [4] ,  Est-ce un hasard si les plus insistants à humilier  la France sont  aujourd’hui ceux qui s’accommodent le mieux  d’une Europe sous hégémonie allemande ? Rappelons que  la France est, de tous les  pays occupés, celui où le pourcentage  de juifs déportés est le plus faible : 26 %[5]. Cela ne fut   possible que  grâce à la mobilisation d’un peuple  qui n’était  pas, dans sa très grande majorité,  antisémite [6].

Les lois antijuives de Vichy (à commencer par le statut des Juifs décrété dès octobre 1940) ne visait nullement à satisfaire une opinion dont les préoccupations quotidiennes étaient à des années-lumière. Elles résultent des initiatives d’idéologues, demi-intellectuels, tel Darquier dit de Pellepoix[7] , soucieux d’effectuer une « mise aux normes européennes », de s’aligner sur une Allemagne victorieuse, désormais tenue pour normative, initiatives endossées    par   le gouvernement de Vichy.  

La collaboration de la police, de la gendarmerie et de l’administration locale à la déportation est un fait, mais elle se faisait sous le régime de la Convention de la Haye de 1907 sur le droit la guerre (Règlement annexe, article 43) selon laquelle, en situation d’occupation, l’occupant est responsable de l’ordre public -  dès lors peut réquisitionner les forces de l’ordre locales[8] . Ce qui n’exclut pas ici ou là des comportements  trop  zélés, - comme , bien plus souvent,   un sabotage  sournois

Nous ne nous étendrons pas sur la question largement traitée par ailleurs de la légalité douteuse du régime de Vichy[9].  S’agissant de sa légitimité, on s’en tiendra au critère mis en avant par Gaston Fessard dans son beau  texte sur Le prince esclave [10]  : la légitimité d’un chef (d’un régime) est inséparable de son indépendance. Il a la mission de défendre son peuple, ses intérêts, sa liberté. S’il est tenu d’obéir à d’autres forces, puissance  étrangère ou féodalités internes,  il ne pourra le faire qu’en trahissant les intérêts du peuple dont il a la charge  et donc en étant   infidèle à la mission qui fonde sa légitimité : il devient par-là illégitime.   Pour le général de Gaulle, le seul vrai chef était celui qui incarnait la liberté du peuple : en cas d’occupation étrangère, ce ne saurait être que le résistant et le libérateur, quelles que soient les conditions de sa désignation[11].  La mise en forme juridique de ces idées a été assurée par le grand juriste René Cassin, présent à Londres dès juin 1940 dont on ne saurait renier l’œuvre. L’homme du 18 juin, même autoproclamé, est ainsi   plus légitime pour incarner   la France que celui auquel un reste d’Assemblée nationale a illégalement conféré les pleins pouvoirs le 10 juillet.     

Ceux  qui   insistent tant  pour que la France soit tenue pour co-responsable des crimes nazis, ne visent pas seulement notre pays : compte tenu de la place de la France  en Europe, c’est à toute l’Europe que l’on veut   élargir la responsabilité de l’Allemagne . A toute l’Europe et donc à la civilisation européenne dont la Shoah   constituerait  l’aboutissement. L’affaire Pie XII lancée en 1962 par la pièce Le vicaire [12] voulait impliquer aussi l’Eglise catholique principale force spirituelle de l’Europe. Ces efforts rejoignent ceux des philosophes de l’école de Francfort, dont plusieurs   membres furent invités par Roosevelt à se joindre à l’armée américaine en vue de dénazifier l’Allemagne : leurs spéculations, fondées sur des analyses très contestables, plus idéologiques que scientifiques, tendaient à établir que le nazisme a fleuri sur le fondement d’un supposé modèle de « famille autoritaire » laquelle se trouvait être européenne et donc chrétienne [13]. C’est elle qu’il fallait éradiquer. Les philosophes déconstructeurs français[14] et leurs disciples américains, dont certains furent curieusement inspirés par Heidegger, ont repris le flambeau. Platon, les maîtres gothiques, Léonard de Vinci ou Shakespeare n’auraient été, dans une telle optique, que des jalons menant à Hitler ! Est-ce pour cela que Jacques Chirac détestait la culture européenne ?  Si l’objectif est, au travers de ces interprétations hasardeuses, de détruire la civilisation européenne, c’est la civilisation tout court qui se trouve menacée.   Faut-il pour combattre la barbarie, revenir à la barbarie ? N’est-ce pas ce à quoi nous assistons ?

Cette culpabilisation de l’Europe en général, favorisée par un édifice    européen qui la tient pour un tout, est-elle à mettre en relation avec la dépression morale, démographique et politique où s’enfonce de plus en plus le continent ? On peut le craindre.

Un des dangers les plus graves de cette approche est que, dès lors que les médias, l’école et désormais la plus haute autorité de l’Etat diffusent l’idée d’une France criminelle sur tous les plans :  Vichy, la colonisation etc.,   combien, parmi les millions   de jeunes issus de l’immigration qui sont dans nos écoles, voudront s’y  intégrer ? Qui ne voit que la montée des communautarismes, encouragé par le dénigrement systématique de la France et de l’Europe, pave la voie d’un nouvel antisémitisme ?

En ne préservant pas intacte l’image de la France, « princesse des contes ou madone aux fresques des murs » dont parlait le généal. de Gaulle, ce n’est pas une catharsis que l’on opère, c’est le retour des vieux démons que l’on prépare.

Un admirable roman signé Emile Ajar, pseudonyme de Romain Gary, grand résistant, La vie devant soi, [15], montre comment dans certains bas-fonds de la société, les filles se trouvaient entrainées vers la débauche : « Tu ne seras jamais qu’une petite vicieuse », leur dit-on dès leur plus jeune âge. Dire que l’antisémitisme est congénital aux Français est non seulement une contre-vérité historique[16]   mais aussi une incitation à ce qu’ils le deviennent.  Non, Vichy n’est pas l’essence de la France !  

L’évènement premier fut la défaite de 1940. Elle aurait pu être évitée   avec de meilleurs chefs. Déjà la stratégie de la ligne   Maginot, toute en défensive, résultait d’un complexe d’infériorité qui portait avec lui la servilité ultérieure à l’occupant que l’on dénonce avec raison dans le comportement d’une partie de l’administration française sous l’occupation. 

C’est dire que si tentation vichyste il y a en France, c’est dans une fierté nationale retrouvée que se trouve le remède. C’est à maintenir (notamment par ses idées stratégiques offensives) puis développer cette fierté nationale que s’est attaché, toute sa vie, Charles de Gaulle. C’est là bien plus qu’une    option politique   parmi d’autres. De Gaulle, Pompidou, Giscard d’Estaing et Mitterrand ont obstinément refusé de mettre au compte de la France et donc de tous les Français les crimes de Vichy. En cela, ils furent, eux, pleinement dans leur rôle de président.

 

Roland HUREAUX

 

 

  

 

[1] Au point de susciter   le revirement de Mélenchon qui, jusque-là avait adopté cette thèse et qui aujourd’hui la récuse.

[2] Jacques Chirac a déclaré « l’Etat français » responsable tout en rappelant qu’il ne représentait pas la France, formule ambiguë. Nicolas Sarkozy, sans revenir dessus, a fait le service minimum déclarant son peu de goût pour les repentances en général.  François Hollande s’est comporté en petit fonctionnaire de la nouvelle doxa allant jusqu’à  mettre sur le même plan la responsabilité de la France  et de l’ Allemagne dans  la Shoah.  En déclarant solennellement  le 16 juillet 2007  que « C'est bien la France qui organisa la rafle, puis la déportation » et  en dénonçant «  l’hypocrisie »  de ceux qui le nient, Macron est allé beaucoup plus loin que ses prédécesseurs.

[3] Rappelons que la guerre s’était déroulée en France et en Belgique, non en Allemagne. Les Anglo-saxons appuyèrent les prétentions de l ’Allemagne à ne pas payer.

[4] Simon Epstein, Un paradoxe français, Antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance, Albin Michel 2008.

[5] Le pourcentage est encore plus faible pour les Juifs de nationalité française.

[6] Malgré les complaisances de ses chefs pour Pétain, habile à amadouer les clercs, l’Eglise de France joua un rôle essentiel dans cet effort pour cacher les juifs.  

[7] Fils d’un maire radical de Cahors.

[8] Cela explique que lors de la rafle du Vel’ d’Hiv’ l’autorité allemande ait pu, en zone occupée, réquisitionner directement les forces de police locales sans l’aval explicite de Vichy – ce qui n’exonère pas celui-ci de bien d’autres turpitudes.

[9] Voir en particulier Jacques Sapir : Le Vel d’hiv et la faute d’Emmanuel Macron, 19 juillet 2017, https://www.les-crises.fr/tag/jacques-sapir/

[10] Gaston Fessard, Au temps du Prince esclave, Ecrits clandestins 1940-2945, Reed. Cratérion, 1989

[11]  Charles de Gaulle était cependant membre du gouvernement Paul Raynaud, le dernier d’une France indépendante, ce qui lui confère une certaine légitimité constitutionnelle.

[12] Attribuée à Rolf Hochhut, cette pièce de 1963, sans fondement historique, a été probablement forgée dans les officines du KGB désireux   de creuser le fossé entre l’Eglise catholique et le monde juif, tous deux opposés au communisme. Jusque-là positive dans le monde juif, l’image de Pie XII est devenue négative ensuite. Les études les plus récentes ont en partie restauré son image.   

[13] Boris Souveraine, Hannah Arendt, Emmanuel Todd ont au contraire montré que les totalitarismes trouvaient leur terreau dans la crise de ces modèles autoritaires. En outre, les philosophes de l’école de Francfort ignoraient tout des études d’Emmanuel Todd montrant la diversité des modèles familiaux européens.

[14] Principalement Foucault, Derrida, Deleuze, Bourdieu.

[15] Emile Ajar, La vie devant soi, Paris 1975 (Prix Goncourt)

[16] Les Français ne sont pas plus vertueux que d’autres peuples mais dans l’ancienne France, les juifs étaient absents de leur environnement quotidien (sauf à Paris et à Alger après la conquête), car à la différence de l’Europe centrale et orientale, Allemagne comprise, ils n’avaient pas part aux activités para-agricoles (régisseur, maquignon, aubergiste etc.) qui les auraient mis en contact avec le monde rural.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Bonsoir chèrs frères et soeursJe m'apelle CELINE LOPEZ
Je fais ses témoignages pour témoigner la compétence d'un vieux vraiment formidale.
Je vous assure que j'ai eu à contacter plusieurs marabouts qui sont rien que des faux , des menteurs, des escros je ne sais plus quoi les qualifiés mais suite aux plusieurs recherches je suis tomber sur ce vieux qui m'a vraiment redonner le bonheur , le bonheur que je recherche depuis tant d'années il est vraiment formidable je souffrais d'une rupture avec mon mari il m'a quitté cela à fait 1 an 1 mois et mème au boulot j'ai perdu le travail mon père était gravement malade mais dans un interval de 3 jours je vous rassure que j'ai eu des miracles dans ma vie grace à ce vieux aujourd'hui je vis bien avec mon mari , mon père est guérit, on m'a rapellé au boulot et j'ai mème reffuser mais actuellement je suis dans un autre service qui est mieux que l'autre vraiment je ne sais pas comment remercié ce vieux il m'a travailler sans me prendre un euro j'ai d'abord eu la satisfaction avant de le récompenser vraiment il est très bon ce vieux . Alors vous qui souffrez de n'importe que problème , vous qui avez n'importe des soucis ne vous faites plus de souci contacté directement ce vieux voici son adresse mail retourbonheur@yahoo.fr ou vous pouvez l'apellez directement sur son numéro portable 00229 98 78 86 81
Répondre
C
Bonsoir chèrs frères et soeursJe m'apelle CELINE LOPEZ
Je fais ses témoignages pour témoigner la compétence d'un vieux vraiment formidale.
Je vous assure que j'ai eu à contacter plusieurs marabouts qui sont rien que des faux , des menteurs, des escros je ne sais plus quoi les qualifiés mais suite aux plusieurs recherches je suis tomber sur ce vieux qui m'a vraiment redonner le bonheur , le bonheur que je recherche depuis tant d'années il est vraiment formidable je souffrais d'une rupture avec mon mari il m'a quitté cela à fait 1 an 1 mois et mème au boulot j'ai perdu le travail mon père était gravement malade mais dans un interval de 3 jours je vous rassure que j'ai eu des miracles dans ma vie grace à ce vieux aujourd'hui je vis bien avec mon mari , mon père est guérit, on m'a rapellé au boulot et j'ai mème reffuser mais actuellement je suis dans un autre service qui est mieux que l'autre vraiment je ne sais pas comment remercié ce vieux il m'a travailler sans me prendre un euro j'ai d'abord eu la satisfaction avant de le récompenser vraiment il est très bon ce vieux . Alors vous qui souffrez de n'importe que problème , vous qui avez n'importe des soucis ne vous faites plus de souci contacté directement ce vieux voici son adresse mail retourbonheur@yahoo.fr ou vous pouvez l'apellez directement sur son numéro portable 00229 98 78 86 81
Répondre